Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inarritu, un certain regard
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 11 - 2011

Alejandro Gonzalez Inarritu, jeune réalisateur du Sud, s'est imposé avec seulement cinq films au compteur dans l'univers féroce des studios d'Hollywood et sur la scène internationale du 7e art. Il représentera le cinéma mexicain mis à l'honneur au 11e FIFM, du 2 au 10 décembre.
À l'heure où le cinéma le plus créatif nous parvient d'Amérique du Sud, d'Asie ou des Balkans, Inarritu, né en 1963 à Mexico, signe en 2000 un premier long-métrage, d'une rare maîtrise et d'une incroyable force : Amours chiennes (Amores perros). Si cet opus révèle le comédien mexicain Gael Garcia Bernal, Amours chiennes connaît un succès phénoménal, auprès du public conquis à l'unanimité et de la critique dithyrambique dans le monde : Inarritu incarne désormais le chef de file la nouvelle génération de cinéastes mexicains.
L'esprit d'un conquérant
Déterminé et tenace, de plus, à l'écoute de son instinct, il confiait dans Leçons de cinéma, L'intégrale (Laurent Tirard) : « […] pendant que nous préparions Amours chiennes, j'ai décidé que les combats de chiens se passeraient dans une piscine vide à laquelle on accéderait par un tunnel sombre parce que j'avais imaginé un plan à l'épaule derrière le personnage qui fonce vers son dernier combat à travers un tunnel sombre. Bien sûr, on n'avait pas le budget pour construire ça. Alors on a cherché partout la maison qui avait une piscine avec un tunnel pour y accéder. Plus on se rapprochait du tournage, plus les gens commençaient à s'angoisser, pensant que l'on n'allait pas trouver, et tout le monde tentait de me convaincre de trouver une autre façon de le faire.
Mais je suis resté déterminé, et à la dernière minute, on a trouvé le décor parfait. […] Quand j'ai vu mon premier film terminé, j'ai eu le sentiment d'avoir réussi exactement ce que j'avais en tête ».
Mais je suis resté déterminé, et à la dernière minute, on a trouvé le décor parfait. […] Quand j'ai vu mon premier film terminé, j'ai eu le sentiment d'avoir réussi exactement ce que j'avais en tête ».
Toujours animé d'une volonté effrénée, et d'un besoin de liberté jamais démenti, Inarritu réalise et produit 21 grammes (2003), son second film, où il réunit pour le haut de l'affiche Sean Penn, Benicio del Toro et Naomi Watts. Accordant une part importante à ce qu'il appelle « le fardeau émotionnel », autour du processus de fabrication d'un film, il reste très sensible au choix de ses comédiens, distinguant deux types d'acteurs : « ce qui fait la différence entre un grand acteur et un acteur vraiment extraordinaire, c'est la vie intérieure. Il existe de nombreux acteurs doués. Mais les acteurs vraiment exceptionnels ont une vie intérieure très forte. Ils ont une âme. C'est pourquoi il est important de passer du temps avec eux, pour savoir ce qu'ils ont à l'intérieur. Et un jour que je me baladais avec Sean, je l'ai vu faire quelque chose qui m'a immédiatement convaincu qu'il était la bonne personne pour le rôle ».
Imbriquant les récits et les regards de plusieurs communautés, Maroc, Mexique, Japon, Etats-Unis, dans Babel tourné au Maroc, Inarritu parachève son art avec Biutiful (2010) sa grand œuvre, sombre, humain, cruel, à l'image de la fureur de la marche du monde.
Un chaos émotionnel
Une rude épreuve qui emporte le spectateur dans la tourmente d'Uxbal (Javier Bardem), héros atypique, malmené et torturé par son environnement, vivotant de sombres magouilles dans un Barcelone à l'âme noire, où les exclus du boom économique tentent de survivre au prix de leur vie.
Déterminé et tenace, à l'écoute de son instinct, Inarritu incarne désormais le chef de file la nouvelle génération de cinéastes mexicains.
La misère humaine est monnayable. Uxbal pactise avec le pire, au profit des pauvres âmes : il trafique avec la mort, auprès de parents anéantis, qui ont perdu leurs enfants, en leur faisant croire qu'il leur transmet les dernières paroles des jeunes défunts, avec des Asiatiques, « marchands de sommeil » qui exploitent leurs compatriotes clandestins, avec des flics ripoux. Uxbal n'est pas un monstre ; il est père de deux enfants et se bat pour payer son loyer, combat les démons de sa femme bipolaire, infantile (Maricel Alvarez) et pour vivre : il apprend qu'il est atteint d'un cancer de la prostate. Le bruit de la vie, assourdissant, fait alors écho au silence de la mort dans un monde dénué de complaisance.
Et le spectre de la mort du père d'Uxbal, planant près de lui : l'homme a fui le régime de Franco après la naissance d'Uxbal pour le Mexique, où il meurt des suites d'une pneumonie, à peine deux semaines après son arrivée. On sent les drames et les fantômes de l'Espagne de l'Insurrection et du pays traumatisé par le franquisme. Comme la souffrance que l'on lit dans la peinture de Matta… La lutte contre la fatalité.
Les films en lice au 11e FIFM
- 180° de Cihan Inan, Suisse
- Baby Factory (Bahay bata) d'Eduardo Roy Jr. & Almon L. Derla, Philippines
- Belvédère d'Ahmed Imamovic, Bosnie-Herzégovine
- Death is my Profession d'Amir Hossein Saghafi, Iran
- Don't be afraid de Montxos Armendariz, Espagne
- I carried your Home de Tongpong Chantarangkul, Thaïlande
- La Terre outragée (Land of Oblivion) de Michale Boganim, France-Allemagne-Pologne
- Les crimes de Snowtown de Justin Kurtzel, Australie
- Louise Wimmer de Cyril Mennegun, France
- Out of Bounds (Labrador) de Frederikke Aspöck, Danemark
- River of Gold (Rio de oro) de Pablo Aldrete, Mexique
- Seven Acts of Mercy de Gianluca & Massimiliano De Serio, Italie
- Sneakers (Ketcove) de Valeri Yordanov & Ivan Vladimirov, Bulgarie, Without de Mark Jackson, Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.