Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bakir Zied et Abdallah Badis : deux façons d'être soi chez les autres
Publié dans Le Soir Echos le 28 - 05 - 2012

Ainsi, un romancier à la fadeur calculée sinon aux calculs fades peut devenir éditeur à l'enseigne d'Encre d'Orient tout en demeurant un très provincial parisien, assez provincial pour se laisser aller à succomber au charme plus ou moins acide, et pas moins calculé, du premier livre d'un jeune Tunisien devenu germanopratin.
On a nommé Henry Bonnier dont le nom ne dit pas grand-chose à grand monde et Bakir Zied qui voudrait tant que son nom dise quelque chose à quelqu'un. D'ailleurs celui-ci signe de son nom précédant son prénom un premier roman On n'est jamais mieux que chez les autres mettant en bouquet des provocations sans risque et des
émotions sans concession.
L'ambition de Zénon ? Prendre la place de Zied, et toutes ses aises. Seuls les titres de ses ouvrages nous sont parvenus depuis l'antiquité grecque où s'illustra Zénon de Citium, ce philosophe fondateur du stoïcisme. Il y a aussi l'autre, Zénon d'Elée dont le dictionnaire Robert nous enseigne qu'il tenta de prouver l'impossibilité du mouvement par une série de paradoxes qui sont restés célèbres et dont le plus connu est celui de la flèche qui ne parvient jamais à son but. Quel serait le but de Zied ? D'abord et avant tout, comme on le lui souhaite, d'obtenir la régularisation administrative de son séjour parisien, lui qui a commencé de vendre On n'est jamais mieux que chez les autres dans les laveries de Saint-Germain des Près en version auto-éditée avant d'épater les gens d'Encre d'Orient. Son livre est une promenade déjantée, qui se voudrait burlesque, et où les effets de style sont la seule possession du héros, du narrateur et du lecteur. On entre dans un foyer réservé aux immigrés, et dans la peau de mendiants professionnels tandis que Zénon semble ne s'être jamais nourri qu'avec des mots. Son départ de Tunisie nous évoque celui de Mohamed Hmoudane quittant le Maroc dans French Dream mais Hmoudane ne fait pas le malin aussi systématiquement que Baki Zied qui, bien que trentenaire, a un ton de premier de la classe abstinent virant sale gosse obstiné, et vice-versa. Sans doute se retrouverait-il dans la phrase d'Henri Calet : « Ne me secouez pas, je suis plein de larmes ». Bakir Zied gagnerait à puiser dans cet océan secret pour continuer à bricoler dans l'incunable plutôt que de persévérer mécaniquement dans l'épate-beurgeois au nom de son expérience de la précarité sous la tente de l'insolence. La vraie insolence d'Abdallah Badis, c'est sa tranquille absence d'insolence. Du bricolage d'une 404, il est bien joliment question dans son premier film, Le Chemin noir. Ce documentaire entre campagne et sites sidérurgiques sinistrés de Lorraine est sorti à Paris à l'Espace Saint Michel où l'on applaudissait encore il y a quelques semaines Sur la planche de Leïla Kilani, merveilleuse réussite de fiction documentée où la vie et les rêves de jeunes ouvrières trépignent entre tendresse et dureté. Abdallah Badis y va, lui aussi, de sa prouesse en jouant son propre rôle d'Algérien ayant passé l'essentiel de son existence en France et méditant sur ses origines et les courages des siens. Des chibanis lui racontent leur carrière et tout ce petit monde apaisé, rieur ou mélancolique s'affaire à réparer une vieille 404. La leçon du Chemin noir ? On n'est jamais mieux qu'en se respectant les uns les autres, en s'écoutant, en se faisant entendre, en contribuant à ce que les plaies des nations et des hommes cautérisent et à ce que poussent les fleurs et les enfants. Il y a dans ce film d'Abdallah Badis tout ce que la maturité apporte à un artiste, cette humilité et cette fidélité manifeste à ce qui demeure la meilleure boussole de l'être : la nécessité intérieure. Dans Le Chemin noir, on est immergé dans le respect de la mémoire ouvrière franco-maghrébine, loin des miasmes de la xénophobie et des errements du repliement sur soi. Ainsi, Abdallah Badis a-t-il réussi à forger les images et les paroles de l'amicalité franco-maghrébine sans faire l'impasse sur les jours tragiques, quand le couvre-feu couvait des noyades d'innocents. La question n'est pas tant de considérer bien hâtivement qu'on n'est jamais mieux que chez les autres. Sans doute ne serait-on jamais mieux qu'en accord avec le monde, pourvu que celui-ci acceptât d'être envisagé, ô surprise, comme l'allié de tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.