Message du président des EAU au roi Mohammed VI    Compteur Coronavirus : 684 cas testés positifs, 4.495.477 personnes vaccinées    Guinée : Une fausse annonce de suspension du Ramadan suscite la polémique    Casablanca : Inauguration de l'annexe du tribunal de commerce réservée au registre de commerce    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 684 nouveaux cas, 502.961 au total, mardi 13 avril 2021 à 18 heures    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    La haute précision marocaine mondialement reconnue    David Govrin, représentant d'Israël au Maroc, nous ouvre son coeur (TEASER)    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    Ramadan: voici les nouveaux horaires des cours diffusés à la télévision    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    Transport: la nouvelle flotte de bus fait le bonheur des Casablancais    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Lutte anti-Covid: Le doute se pose sur l'efficacité des vaccins chinois    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Le mois sacré de Ramadan débutera mercredi au Maroc    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Ramadan: Joe Biden adresse ses vœux aux musulmans    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une rentrée littéraire timide ? | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 24 - 08 - 2012

œuvres de grandes plumes déjà connues ou jeunes révélations, les pépites littéraires se bousculent au portillon. Zoom.
Les éditeurs misent sur les oeuvres littéraires de la rentrée pour relancer les ventes dans les librairies.
La moisson littéraire cette année inclut des premiers romans, ainsi que de nouvelles révélations qui n'ont pas laissé indifférents aussi bien les critiques que les lecteurs. Des auteurs prolifiques font leur rentrée – ceux justement qui reviennent tous les deux ou trois ans et détiennent un certain public – et d'autres, moins laborieux fortement suivis par la presse ou ayant déjà obtenu un prix littéraire. La plupart de ces romans seront en librairie dès fin août en attendant, en octobre, le tour des écrivains tels que Pierre Assouline, Patrick Modiano, Jean Echenoz, Philippe Soller. Cette année, Amélie Nothomb – qui publie un roman à chaque rentrée littéraire depuis belle lurette – ne déroge pas à la règle et sort « Barbe Bleue ». Les rayons s'orneront des pépites tels que « Les lisières » d'Olivier Adam, « Une semaine de vacances » de Christine Angot, « La banlieue quand elle ne brûle pas » de Florence Aubenas et « L'enfant grec » de Vassilis Alexakis.
Maalouf récidive
Figurent également « Rien ne se passe comme prévu : journal de campagne de François Hollande » de Laurent Binet, et « La vie sans fard » de Maryse Condé, «Je vais passer pour un vieux con... » de Philippe Delerm et « Oh... » Philippe Djian. Nous retrouvons aussi cette année Laurent Gaudé, Tahar Ben Jelloun ou encore Pascal Quignard qui, tous les trois, ont déjà remporté le Prix Goncourt.
Tahar Ben Jelloun revient avec « Le bonheur conjugal » qui a lieu à Casablanca, au début des années 2000, et déroule l'histoire d'un peintre célèbre immobilisé dans un fauteuil roulant, suite à un accident cérébral. Déprimé et persuadé que son mariage est la cause de tous ses malheurs, il couche sur papier les difficultés liées à sa relation avec son épouse qui finit par découvrir le manuscrit et livre sa propre version des faits. Amin Maalouf, élu à l'Académie française en juin dernier, revient avec « Les Désorientés » et raconte l'histoire d'Adam, un historien du Proche-Orient vivant à Paris depuis vingt-cinq ans, et qui, après un appel téléphonique de Mourad, un ami très proche de sa jeunesse, retourne à sa terre natale et entreprend le bilan d'une vie : l'amour et l'amitié, les idéaux et les compromissions, la politique, le désir, la trahison, le destin... Dans la catégorie des auteurs qui ne sont pas connotés « grand public » mais qui figurent dans les listes de sélection des prix littéraires et qui fournissent de bonnes oeuvres, se trouve Gwenaëlle Aubry avec « Partages » qui avait obtenu le Prix Femina et qui est susceptible de franchir un certain pallier cette année, ou Julia Deck avec « Viviane Elisabeth Fauville » qui publie aux éditions de Minuit, et qui se positionne comme romancière remarquable et constitue une des plus belles révélations. Certains auteurs comme Christine Angot ou Philippe Delerm constituent des passages obligés pour la critique littéraire. Enfin, des écrivains comme Olivier Adam ou encore Florian Zeller ont un succès tel que l'on est sûr d'en entendre parler.
Le livre de poche s'y met
D'autre part, les éditeurs de livres de poche ne sont pas en reste, et font aussi leur grande rentrée et sortent les précédents ouvrages des auteurs qui publient des nouveautés, tels « Pour seul cortège » de Laurent Gaudé, « L'enquête » de Philippe Claudel, Lionel Duroy ou « Une femme célèbre » de Colombe Schneck, et « Qu'as-tu fait de tes frères ? » de Claude Arnaud. D'autres sont très attendus en poche comme « Retour à Killybegs » de Sorj Chalandon, prix du Roman de l'Académie française 2011, « Jayne Mansfield 1967 » (J'ai Lu) de Simon Liberati, prix Femina 2011, « Olivier » de Jérôme Garcin (Folio), « Tout, tout de suite » de Morgan Sportès, prix Interallié 2011, « Freedom » de Jonathan Franzen (Points), « Dire son nom » de Francisco Goldman (10-18), prix Femina étranger 2011, ou « IQ84 (1 et 2) » de Haruki Murakami (10-18). Bien que le livre connaisse sa crise la plus aiguë depuis 2004 – 121 premiers romans ont été répertoriés lors de la rentrée littéraire de cette même année, contre 69 en 2012 Un phénomène qu'il faut mettre en perspective puisque sur les 69 premiers romans publiés cette année, « seulement 10 % devraient sortir leur épingle du jeu soit par une bonne exposition médiation ou de bons chiffres de vente », selon l'avis des experts littéraires. Faute de razzias dans les librairies, nous croyons toujours en les visites ponctuelles de ces rares puritains, pas encore totalement disparus.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.