(Vidéo) Patrouille de voltige. « La Marche Verte » a conquis les coeurs à Toulouse    Aziz Akhannouch est arrivé à Tokyo pour les funérailles de Shinzo Abe    Transport routier. Les inscriptions pour bénéficier du soutien exceptionnel supplémentaire lancées    Tanger Med. Une « expérience inédite » pour une délégation du Parlement panafricain    La Bourse de Casablanca débute la semaine en repli    Arrivée à Tokyo de Akhannouch pour représenter le Roi aux funérailles de l'ancien premier ministre Shinzo Abe    Averses orageuses et rafales de vent, lundi et mardi, dans plusieurs provinces du Maroc    Vidéo-photos. La patrouille de voltige «La Marche Verte» fait sensation à Toulouse    La version algérienne fallacieuse mise à nu à l'ONU    Les exportateurs qataris s'ouvrent au Maroc    Le street workout s'invite à Essaouira    Marathon international de Marrakech : Plus de 10.000 athlètes attendus    Matches préparatoires U23 : Les Marocains rechutent face à leurs homologues sénégalais    Benzerti : Le coach ''volant'' débarque à Alger !    Pour un mandat de 2 ans : La HACA aux commandes du Réseau des instances africaines de régulation de la communication    Réinsertion des femmes détenues Un don de 6 MDH octroyé par la Fondation Othman Benjelloun    Sidi Bennour : Violée quinze fois la même nuit    Larache : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Qualité de vie numérique : Le Maroc gagne 13 places et se classe 71ème en 2022    Plongée dans l'univers transparent de Safaa Erruas à Casablanca    «Grands concerts de Rabat» : Une clôture en beauté    20ème édition du festival L'Boulevard : De jeunes talents de rap/hip hop ouvrent le bal    Une délégation du Parlement panafricain visite le complexe portuaire Tanger Med    Assemblée Générale des Nations Unies : Le Maroc continue d'engranger les victoires sur le front du Sahara    Maroc – Paraguay : L'heure et les chaînes pour suivre la rencontre    Focus : Le golf marocain se hisse au niveau des grands    Rassemblement à Paris de l'opposition algérienne : une militante molestée et violentée par la police    62ème Anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire : Un partenariat d'exception entre le Maroc et le pays d'Akwaba    Séoul et Washington entament des exercices navals conjoints    Inde: Les services 5G devraient couvrir tout le pays en deux ans    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce lundi 26 septembre    Funérailles à Casablanca de la militante des droits de l'Homme Aïcha Ech-Channa    El Jadida: une jeune femme donne naissance à des quadruplés    L'humoriste Amine Radi convole en justes noces    Russie: plusieurs morts dans une fusillade    Législatives en Italie : victoire historique de l'extrême droite selon les sondages à la sortie des urnes    Made in Morocco : KITEA s'engage à porter son sourcing local à 38% !    Maroc : Collins Aerospace fête ses 10 ans d'implantation    Algérie: le patron de Ennahar condamné à 10 ans de prison ferme    Les Espagnols exigent des réparations après Maroc-Chili    Amical U23: nouvelle défaite du Maroc face au Sénégal (VIDEO)    Maroc-IFC : Sérgio Pimenta en visite ce lundi    Sahara    Clôture des Concerts de Rabat : Samira Said, Fnaire, Lartiste et Salif Keita enflamment la scène de l'OLM    L'égalité des genres, principe essentiel pour le progrès    Littérature itinérante. « D'une culture à l'autre »    Casablanca / L'Boulevard : Deux décennies d'existence festive    22ème FNF: « Zanka Contact » d'Ismaël El Iraki remporte le Grand prix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bras de fer entre les Conseillers et Benkirane | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 10 - 12 - 2012

Le groupe fédéral a boycotté la séance mensuelle des questions de politique générale, vendredi, à la Chambre des conseillers, alors que celui du PAM s'est retiré vers la fin. Entre les Conseillers et le gouvernement, rien ne va plus.
Abdelilah Benkirane.
Un ton provocateur et des critiques acerbes. Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a fini par céder à la pression qui montait au fil de la séance mensuelle des questions de politique générale, vendredi 7 décembre, à la Chambre des conseillers. Consacrée à la sécurité alimentaire, la séance devait servir de débat autour de la politique du gouvernement dans le secteur agricole et sa mise à niveau, mais des extrapolations auxquelles s'est ajouté le retrait de deux groupes l'ont transformé en règlement de comptes.
Le groupe de la FDT ouvre le bal
« Nous aurions souhaité débattre, aujourd'hui, de la stratégie de la sécurité alimentaire dans notre pays avec le chef du gouvernement. Mais vos déclarations à la dernière séance mensuelle de la Chambre des représentants (...) nous ont convaincus que la sécurité dont nous avons besoin est celle de garantir les droits économique, social et syndical de la classe ouvrière », lance le président du groupe fédéral de l'unité et de démocratie –FDT, Mohamed Daidaa. Avec virulence, le représentant syndical justifie le retrait de son groupe dénonçant la décision de prélèvement sur les salaires des grévistes et l'interdiction des marches pacifiques prévue le lendemain, samedi 8 décembre, dans différentes villes. « Nous ne comprenons toujours pas ce qui pousse le chef du gouvernement à faire de la classe ouvrière un adversaire au lieu d'un allié stratégique dans la lutte contre la corruption et les abus et dans la mise en œuvre d'une justice sociale », déclare-t-il. Le groupe fédéral FDT interpelle ainsi Abdelilah Benkirane sur les raisons pour lesquels le gouvernement n'a pas ratifié la convention 87 de l'OIT concernant les libertés syndicales ni aboli l'article 288 du code pénal. « Pourquoi n'avez-vous pas encore mis en place le fonds pour l'indemnisation de la perte d'emploi ? » Des questions suite auxquelles Daidaa annonce le retrait de son groupe pour protester contre «l'asphyxie des libertés syndicales ».
Une seule et même leçon
Benkirane réitère ses convictions pour défendre la politique de son gouvernement, rappelant qu'il ne cèdera jamais aux provocations. «Durant les 50 dernières années, des habitudes se sont ancrées au point qu'il est devenu difficile de les changer », affirme-t-il, réitérant aux conseillers que la décision des prélèvements sur le salaire des grévistes est maintenue, malgré le risque qu'elle représente sur sa cote de popularité. « Je le répète : je ne compte pas dépenser l'argent de l'Etat (...) Si les Marocains veulent que je parte, je le ferai, mais je ne serai jamais l'allié du déséquilibre », martèle-t-il. Avec autant de virulence que ses interlocuteurs, Benkirane souligne que son gouvernement n'est pas responsable d'un état des lieux dont les origines remontent à bien longtemps. « Si vous croyez qu'au moyen de complots et de certains médias vous nous vaincrez, vous avez tord ! », met-il en garde suscitant un vent violent de contestations au sein du groupe PAM dont le président, Hakim Benchammas, n'a pas tardé à réagir par le retrait de toute l'équipe. « Vous devriez respecter les ministres, il en va du respect de votre pays », recommande Benkirane à Benchemmas qui conteste « l'attaque contre son groupe». Le rappel à l'ordre du président de la deuxième Chambre n'a pas réussi à baisser la température.
Azami, la cible
Le chef du gouvernement n'a pas hésité à exprimer sa colère contre le président du PAM pour avoir, deux jours auparavant, porté de graves accusations contre le ministre délégué chargé du Budget, Idriss Azami. Benchammas lui avait reproché des « grimaces méprisantes » à l'égard des conseillers, avant de mettre en doute la transparence du gouvernement. Ce dernier aurait, selon lui, introduit des amendements concernant les comptes spéciaux sur l'article 18bis du Projet de loi de finances 2013 après son approbation par la première Chambre. Une enquête a été ouverte par le ministère de l'Economie et des finances pour déceler le mystère de ces amendements. Pour le chef du gouvernement, c'est une tentative de l'opposition de mettre des bâtons dans les roues de son équipe. « Le plus grand danger qui guette notre pays n'est pas de savoir si nous assurons la sécurité alimentaire, mais c'est ce genre de personnes qui croient encore disposer du pouvoir de gouverner (...) C'est contre eux que le Mouvement du 20 février a envahi les rues. (...) Les Marocains ont trois revendications : Ils veulent leur roi, la stabilité et la réforme ».
Sécurité alimentaire : une vision claire
En chiffres, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a exposé les acquis et reconnu les défis. Il a, entre autres, annoncé la construction de 11 grands barrages et la réalisation de 4 autres à Khénifra, Martil, Errachidia et Ouarzazate. Quant à la mise à niveau de l'agriculture irriguée, c'est la modernisation des systèmes qu'a choisie le gouvernement sur une superficie de 550 000 ha, à raison de 55 000 ha par an. Une démarche qui permettra, selon Benkirane, d'assurer des économies de 2,5 milliards m2 d'eau au niveau des fermes agricoles. A cela s'ajoute l'élaboration d'une loi sur l'agrégation agricole dans le but de soutenir la mobilisation du foncier et affronter les difficultés liées à la petite taille des exploitations agricoles. Benkirane espère que le gouvernement parviendra en 2020 à garantir une récolte annuelle de blé de 7 millions de tonnes sur une superficie de 4,2 millions ha, pour une campagne agricole ordinaire.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.