Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    122e semaine du Hirak en Algérie : «Monsieur 23 %, dehors !»    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Iran : Ebrahim Raïssi élu président avec 62 % des voix, selon des résultats partiels    La terre a tremblé dans la province de Driouch    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Ligue des Champions / WAC-Kaiser Chefs : La CAF autorise une jauge de 5000 supporters...les autorités marocaines refusent    Officiel : Mohamed Bouldini rejoint Santa Clara    Sofiane Alakouch dans le viseur de deux clubs de Ligue 1    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Temps nuageux prévu pour samedi 19 juin    Covid-19 : Réception d'un million de doses du vaccin Sinopharm    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Euro 2020: voici pourquoi la finale pourrait être délocalisée    Younes Belhanda ne retournera pas au Montpellier HSC cet été    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    La star du FC Cologne s'affiche en maillot du Wydad (PHOTO)    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    « Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits    Deux enfants bloqués en Turquie: Ouahbi interpelle Laftit et Bourita    Education nationale: 57% taux de participation aux élections des représentants du personnel    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salwa Al Neimi et Marguerite Duras : deux passions suspendues
Publié dans Le Soir Echos le 21 - 01 - 2013

Cent morts par jour, cela semble le tribut ordinaire de la tragédie syrienne dans une indifférence universelle. Dès lors, comment lire aujourd'hui la poétesse et romancière Salwa Al Neimi dont on connaissait déjà La Preuve par le miel (Robert Laffont, 2008), cette méditation sur le plaisir et la liberté, endiablée par la lecture des grands textes érotiques de la littérature arabe (traduit par Leïla Tahir, 2013) ? Si l'on a le cœur serré par l'ordalie que subit la Syrie, que reste-t-il d'audible dans une scène de jalousie : « Dès qu'il m'avait vue, il n'avait pu s'empêcher de lancer une attaque sur tous les fronts. Il est impossible de discuter avec un tireur embusqué qui cherche ouvertement à vous assassiner, de lui expliquer pourquoi vous passez sur ce trottoir. La violence de sa jalousie m'avait anéantie ». Les termes guerriers pour évoquer une joute entre amants, comment les entendre autrement que les échos du verbiage narcissique lorsque des meurtres sont perpétrés à la chaîne et que des blessés sont défigurés, des familles entières dépecées et que les balles sifflent dans les décombres ? Presqu'île arabe publié à Beyrouth en 2012 sous le titre Shibh al-Jazira al-Arabiya a été écrit entre 2009 et 2011. Le livre contient des propos plus graves que les seuls aveux de détresse dans le conflit amoureux. L'exilée syrienne écrit avec amertume et colère : « Cette patrie est la leur. La patrie est à eux. La partie est leur propriété. Ils n'ont que la patrie à la bouche. Nous ne la leur avons pas cédée, mais ils nous la soufflent au visage comme un poison qui nous tue. » Ailleurs, Salwa Al-Neimi constate : « Il faut que la blessure soit béante pour que les spectateurs s'y intéressent et que le pays s'élève au rang de matière consommable. » C'est ainsi qu'elle interprète le sort de l'exilé irakien racontant : « – J'ai vécu vingt ans en Hollande comme un vagabond. (...) Dès que je proposais une pièce de théâtre, elle était jetée à la poubelle. Cela a duré jusqu'en 2003 et l'occupation de L'Irak. (...) Tout a changé.» Presqu'île arabe est le roman du droit à l'absence d'illusions. La traductrice aurait gagné à ne pas écrire « haltons » qui est un affreux barbarisme tandis que « faisons halte » s'imposait. Il n'empêche que Presqu'île arabe émerge de la production romanesque comme une myriade d'affects venant affronter l'impassibilité du lecteur.Fille d'une chrétienne et d'un musulman, la narratrice explorait la névrose politique de sa mère mais avec tendresse : « Je ne colle à elle comme un petit chat et je n'adhère pas à sa ligne dogmatique ». Salwa Al Neimi n'adhère d'ailleurs à nulle ligne dogmatique : elle écrit tantôt pour s'inventer, tantôt pour inventorier ses intuitions, ses convictions et ses rêveries. Alors ? « Le ciel ne m'a pas engloutie. Il n'a pas même été l'hôte de mes débris. Le ciel ne m'a jamais engloutie, la terre non plus. Suspendue entre les deux, je poursuis ma chute.
» Il y a de moins belles façon de tomber des nues face à l'opacité du monde en sauvegardant le droit imprescriptible de chacun à ne pas être broyé par la fausse parole et à faire retentir les plus intimes convulsions et convictions. Cela s'appelle la liberté intérieure, sans quoi la liberté s'apparente à des grimaces avantageuses ou pas. Le plus intrépide dans Presqu'île arabe, c'est la manière bravache dont Salwa Al Neimi médite, elle qui est Parisienne depuis des années, sur la relation que les exilés entretiennent avec le pays d'origine et avec le pays d'accueil. L'idée de suspension de la personne qui affecte tout le vécu de la romancière de Presqu'île arabe dans sa vision panoptique des effets d'une société militarisée continuera certainement de hanter les lecteurs. Ils feront provision de propos lumineux comme aussi d'assertions drastiques, voire grotesques, et de confidences rarement exemptes d'égomanie en découvrant les entretiens recueillis par la journaliste italienne Leopoldina Pallotta della Torre à la faveur de ses rencontres avec Marguerite Duras. Le fruit de ces échanges qui portaient sur la vie et l'œuvre de l'auteure de L'Amant parait sous le titre La Passion suspendue (Seuil, 2013, traduit de l'italien et annoté par René de Ceccatty). S'il y a prouesse, c'est d'abord le fait du traducteur qui restitue miraculeusement la ligne mélodique des intuitions comme des exaltations et des exaspérations de Marguerite Duras. Que dit-elle ? « Ceci, par exemple : « C'est l'oubli, le vide, la mémoire véritable : celle qui nous permet de ne pas succomber à l'oppression du souvenir, des souffrances aveuglantes et que, heureusement, on a oubliées ». On est saisi par le pouvoir de révélation que possédait Marguerite Duras, son art de décanter les enchantements et les désenchantements. Voici qu'elle prodigue soudain des clés dont chacun pourra user, voulant se découvrir. Bien sûr, les proclamations de pythie auxquelles la romancière se livra si volontiers dans les dernières années de son existence nous laissent souvent consternés quand elles n'apparaissent pas loufoques mais qu'à cela ne tienne, la lecture de La passion suspendue nous fait pénétrer dans l'atelier d'un peintre du vivre dont la palette est déroutante et souvent éclairante car l'artiste menait une lutte contre la censure de l'expérience et du désir. L'antidote à l'adhésion requise est, si l'on veut, fournie en notes avec une réfutation de Duras par Philippe Sollers. Inversement, Duras y va de sa volée de bois vert à l'encontre de l'auteur de Femmes dans sa conversation avec Leopoldina Pallotta Della Torre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.