Résolution du PE: un eurodéputé prend la défense du Maroc    Benmoussa devant les diplomates: mais où sont passés les ambassadeurs d'Espagne et d'Allemagne?    Charte des services publics: le projet de loi adopté à l'unanimité par la 2ème Chambre    Marhaba 2021: les premiers MRE débarquent à Ouarzazate !    La Bourse de Casablanca finit en repli    Les coulisses de la visite d'Ismaël Haniyeh au Maroc    Israël lance une page Facebook dédiée au Maroc (PHOTO)    Euro 2020: les chances de qualification de la Turquie compromises (VIDEO)    Sergio Ramos quitte le Real Madrid    Yassine Bounou dans le viseur de trois clubs anglais    Maroc/Covid-19: le nombre de personnes complètement vaccinées à ce jour    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Nordin Amrabat : "Il y a un certain intérêt de clubs de laLiga"    Botola Pro D1 :Le programme de la 22e journée    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Services juridiques à distance: lancement d'une nouvelle plateforme au profit des MRE    Averses orageuses localement fortes durant 48 heures dans plusieurs provinces marocaines    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Maroc et la Serbie dans une approche tridimensionnelle pour l'Afrique, dit El Malki    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La caresse des Contes des 1001 désirs
Publié dans Le Soir Echos le 15 - 06 - 2011

Quand Al-Tifâchî, Ala al ‘Dine et Al Hawrani croisent Al Soyoûti et Ovide. Quand Marguerite de Navarre est lutinée par Sade, quand Al Jahiz vous mène à Restif de la Bretonne, et que Pétrone vous conduit à lire la Fontaine, il n'y a plus de secret : vous êtes plongé jusqu'au cou dans l'épais volume tout de rose vêtu dont le titre : Contes des 1001 désirs (Omnibus, 2010), dit fort bien de quoi il (s) s'agit (ent).
C'est un festival pour étalons et courtisanes, sur pas moins de 1 264 pages choisies et présentées par Salwa Al-Neimi, Catherine Bouttier-Couqueberg et Annie Collognat.
Le panorama licencieux est immense. Les trois dames qui l'ont composé en piochant dans les siècles passés nous reviennent avec 220 contes dont mille et un désirs sont livrés à la méditation du lecteur.
Annie Collognat est une spécialiste, si l'on ose dire, de la sagesse antique, tandis que Catherine Bouttier connait bien des secrets de l'œuvre de Diderot. Poétesse, la Syrienne de Paris Salwa Al Neini, qui est aussi nouvelliste, a vu son roman La Preuve par le miel (Robert Laffont, 2007) traduit en vingt langues après son succès à Beyrouth.
Je vous avais présenté La preuve par le miel, il y a quelques mois, comme un ouvrage alliant le naturel le plus crû à la psychologie la moins gnan-gnan, tout en nous prodiguant, à toutes fins utiles, la recette égyptienne dite « viagra des pauvres » que je rappelle au bénéfice des oublieux : un mélange de bigorneaux et d'arches, auquel on ajoute un émietté de gambas, un peu de poisson bouilli et beaucoup de piment à bouquet rouge et d'épices».
Du piment, les Contes des 1001 désirs en fournissent d'abondance. Jupiter amoureux raconté par Ovide (environ 8 ans après J-C) voit Callisto entrer dans une épaisse forêt et se dit « Quelle belle occasion ! Junon, mon épouse, ignorera tout de cette infidélité. En admettant qu'elle l'apprenne, je veux bien supporter ses fureurs jalouses : le prix en vaut vraiment la peine ! »
Les comportements ne sont pas toujours exemplaires ! Ainsi Geoffry Chaucer égrène-t-il dans Les Contes de Cantorbéry (1387) des aveux tels que celui de Mary : « Pars donc. Mais avant de partir, passe sur le seuil de la porte arrière. Tu y trouveras un pain fait de ta propre farine. J'ai aidé mon père à te la voler. Va, aimé, que Dieu te garde ! »
Garçon fourbisseur et jolie fourbisseuse chez Restif de la Bretonne (1781), mari prêtre en Provence, ou bien, à Tunis, au XIIIe siècle, chameau avançant dans la rue après avoir reçu son comptant d'eau sur la tête, rossignol florentin piégé par l'oiseleur, les fables friponnes croissent et se multiplient au long de pages torrides ou lestes, parfois grivoises.
La prise des anthologistes est quelques fois une vraie découverte pour le lecteur. Il en est ainsi des Deux frères (Egypte, XIIIe siècle avant J.C) traduit en 1889 par Gaston Maspero dans Contes populaires de L'Egypte ancienne, XIXe dynastie.
Une version biblique de La femme de Putiphar (Ixe – VIIe siècle avant J-C) précède la version coranique, elle-même, suivie de la version voltairienne. On retrouve avec plaisir Germain Mouette et sa Relation de la captivité du sieur Mouette dans les royaumes de Fès et le Maroc, où il a demeuré pendant onze ans (1683) : « tout ce que je puis vous dire, c'est que sous l'habit d'un esclave, j'ai le discernement d'un homme libre, et que je sais assez connaître le prix des choses pour ne pas refuser des offres aussi avantageuses que celles que vous voulez bien me faire : je sais que je n'en suis pas digne, mais je tâcherai de suppléer par mon respect et par mon zèle à ce qui me manque ailleurs ; disposez donc, madame, de moi et de ma vie».
Par gourmandise, on lit aussi Le pâtissier et la pâtissière dans Jaques le fataliste et son maître de Diderot (1778-1780). Le pâtissier est-il toujours celui qui couche avec la pâtissière ?
C'est encore Ahamd al-Tifâchi dans Les Délices des cœurs (traduit par René Khawam qui unit le mieux l'érotique et le spirituel : « Je participais un jour à une réunion où se trouvait une femme renommée pour sa pratique de la pauvreté volontaire et de l'abstinence. Or il se trouva un moment où on nous laissa seuls dans la pièce, cette femme et moi-même. Je lui citai quelques phrases sur la Voie et la Vérité, et elle en ressentit un tel transport de joie qu'elle se leva, me sauta au cou et se mit à m'embrasser sur la bouche. Comme je la voyais réagir de cette étrange façon, je me mis à débiter d'autres sentences du même genre, ce qui la conduisit à renouveler de plus belle ses baisers».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.