Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Loi sur le blanchiment d'argent : les députés se penchent sur la réforme proposée par le gouvernement    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Wafasalaf: Recul du PNB à fin septembre    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ALE achoppe encore sur le volet services
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 06 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / Economie / L'ALE achoppe encore sur le volet services
Un nouveau round de négociations en vue d'un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) entre le Maroc et l'Union européenne démarrera la semaine prochaine à Rabat. Il faut dire que les discussions ne semblent pas sur la même longueur d'onde au vu de la différence des priorités économiques et sociales des deux partenaires. Rupert Joy, ambassadeur, chef de la délégation de l'Union européenne au Maroc est on ne peut plus clair: «ce que nous négocions c'est un package composé de l'ensemble des domaines de coopération, mais du côté marocain, on traîne encore sur le volet des services», nous confie-t-il. Il n'est pourtant rien de plus vrai, ni de plus significatif que les pouvoirs de force et les armes de négociations ne sont pas les mêmes.
Le Maroc, un refuge pour les investissements
Le patronat marocain l'a annoncé expressément lors de l'époque de Mohamed Horani: le tissu entrepreneurial n'est pas encore en mesure d'affronter la concurrence farouche des Européens. La mise à niveau a pris plus de temps que prévu. Cela a poussé bon nombre d'entrepreneurs à critiquer ouvertement cette précipitation des autorités nationales. Il ne faut pas perdre de vue non plus une variable de taille à savoir le contexte économique très tendu contraignant notre partenaire à chercher au Maroc un refuge pour ses investissements. Plus encore, le cadre juridique est loin de protéger les investisseurs nationaux. La convergence juridique ne se fait pas du jour au lendemain pour ne citer que les engagements en matière de concurrence. «Certes l'ouverture en cours est sous exploitée. Toutefois, l'accès au marché européen n'est pas aussi simple. Un accord d'association n'implique pas automatiquement une hausse des exportations et des échanges commerciaux. Faut-il encore un cadre juridique et réglementaire adéquat. C'est là tout le défi pour le Maroc avec la convergence réglementaire et le rapprochement des législations requises », insiste l'ambassadeur. C'était vendredi dernier à Casablanca à l'occasion d'une rencontre sur « les activités de la Banque européenne d'investissement au Maroc », organisée par l'union des chambres de commerce et d'industrie européennes au Maroc (EuroCham).
la préférence nationale, priorité de Benkirane
Il est également un autre chapitre crucial et non des moindres, les marchés publics. Là encore, le gouvernement Benkirane qui a annoncé officiellement des négociations le 1er mars 2013 à Rabat se risque sur un terrain glissant. Celui qui a fait de ses priorités, la préférence nationale, avait promis de réserver des avantages aux PME nationales sans pour autant aller jusqu'au respect du seuil des 35 % proposé par la confédération patronale et encore moins pour les poids lourds. Pourtant le dispositif de libre échange prévoit de traiter les entreprises des deux négociateurs sur un même pied. Interrogé sur l'évolution des négociations et sur le renouvellement de l'accord de pêche Maroc-Union européenne, Rupert nous assure que cela tardera encore et pourrait prendre plusieurs mois.Il s'est toutefois retenu à fournir plus de détails sur les aspects freinant la conclusion de cet accord tant attendu par les Espagnols. Cependant il paraît clairement que, au delà des points purement techniques, la question des droits de l'Homme divise toujours les parties prenantes. Quoi que dernièrement le ministre Aziz Akhannouch, ministre de l' Agriculture et de la pêche maritime a changé de discours, véhiculant un message favorable saupoudré d'un optimisme prudent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.