Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    L'IRES publie un glossaire de la question du Sahara marocain    Tel-Aviv accueille le premier incubateur israélo-marocain    Nouvelle distinction pour Dakhla Attitude    La CCIS de Dakhla-Oued Eddahab et Attijariwafa Bank scellent un partenariat pour soutenir les commerçants et lesTPE    Mobilité propre : Volvo capitalisera désormais sur l'électrique cette année    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    Joe Biden marque la rupture avec Trump à son arrivée à la Maison Blanche    Matteo Renzi, le ténor toscan devenu inaudible    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Botola Pro D2: Le RAC et le TAS se neutralisent    La Juventus s ' adjuge la Supercoupe d'Italie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1164 nouveaux cas, 4 63. 706 au total, jeudi 21 janvier 2021 à 18 heures    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    Ecrivain le plus lu de France, Guillaume Musso a écrasé ses concurrents en 2020    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Faculté de droit de Rabat : Des partenariats pour l'inclusion professionnelle    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Les détenus d'Al-Hoceima transférés suite à des comportements contraires aux lois    Abdelghani Siffeddine : Un grand Rajaoui s'éteint    Les écrans menacent-ils la vie de nos enfants ?    Stimuler vos défenses immunitaires    Comment fonctionnera le nouveau bachelor marocain    Dédiée à l'actualité lifestyle et la promotion des talents marocains : «Wejeune» fête ses 2 ans au Maroc    Mondial des clubs : Le Bayern affrontera Al Duhail ou Al Ahly en demi-finale    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Coupe du Roi : le Real éliminé par un club de D3 espagnole    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    France. Contre l'extrémisme turc, le remède marocain et émirati    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    Digitalisation, Marjane holding met le turbo    Renault Maroc maintient son leadership    Gestion de la Covid-19 : le Maroc, modèle en Afrique et dans la région Mena    Vaccins contre le Covid-19 : victoire du « chacun pour soi »    CHAN 2020 / Groupe A: Une journée à l'avantage du Burkina Faso    Le poison de « la vérité alternative »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord de libre-échange approfondi et global (ALECA) : Les négociations risquent d'être âpres
Publié dans Finances news le 06 - 06 - 2013

En 2012, les échanges entre les deux entités se sont chiffrés à plus de 26 Mds d'euros. L'ALECA, qui est en cours de finalisation, a pour objectif d'amplifier les échanges, et surtout d'établir une symétrie entre les deux partenaires.
Les accords de libre-échange (ALE) entre l'UE et le Maroc sont entrés en vigueur et restent assez profonds, d'après Rupert, Joy ambassadeur de l'UE au Maroc. Globalement, les accords portent sur les produits liés à la pêche, à l'industrie et aussi à l'agriculture. Toutefois, les limites de ces ALE résident dans le fait que certains produits marocains peinent à accéder au marché européen. Ceci a probablement conduit les deux partenaires à mettre en place un nouvel accord (ALECA) qui se veut approfondi et surtout global, instaurant une meilleure symétrie dans les échanges commerciaux. L'ALECA, dont les consultations se tiendront le 27 juin 2013, a pour ambition d'être une référence en matière de partenariat économique concernant la zone euro-méditerranéenne. Cet accord aura pour objectif majeur d'intégrer totalement les services afin d'instaurer un droit d'établissement des deux côtés de la Méditerranée. L'objectif clairement affiché de l'UE est d'instaurer à terme une zone euro-méditerranéenne de libre-échange par le truchement d'instruments comme l'accord d'association, celui portant sur l'agriculture et ceux afférents aux règlements de différends.
L'ALECA en ligne de mire
La politique commerciale de l'UE concerne grosso modo les marchandises, les services et les IDE. En 2012, les exportations de l'UE vers le Maroc ont été estimées à plus de 16 Mds d'euros. A l'inverse, 55% des produits agricoles et textiles du Maroc ont été exportés vers l'UE à la même date. La valeur totale des exportations du Maroc vers l'UE est estimée à plus de 9 Mds d'euros. Plus édifiant encore, 80% des IDE du Maroc proviennent de l'UE, ce qui représente 14 Mds d'euros. Ces chiffres attestent très clairement l'importance de la relation commerciale des deux entités que l'ALECA a pour dessein d'amplifier. Toutefois, la mise en place de cet ambitieux accord, nécessite certains prérequis. Il s'agit d'accentuer le rapprochement législatif entre le Maroc et l'UE, d'assurer plus de symétrie concernant l'accord d'agriculture. Il convient aussi de faire remarquer que les deux parties doivent se mettre d'accord sur les critères d'indications géographiques. Et, enfin, il est plus que nécessaire de résorber les problématiques liées au domaine des services et au droit d'établissement. Il en est de même pour ce qui est de l'évaluation de la conformité et l'acceptation des produits industriels. Vu le nombre de points sur lesquels il faudrait trouver des terrains d'entente, il n'y a aucun doute que les négociations entre le Maroc et l'UE seront âpres. De plus, l'ALECA a pour objectif d'intégrer, aux négociations, des secteurs que le Maroc considère névralgiques. Il s'agit, entre autres, des services, des marchés publics, des aides publiques et de la législation douanière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.