Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Une nouvelle agence ANAPEC à l'Université Hassan II de Casablanca    Compensation: La charge décroche de 12%    La CGEM propose la création d'un "Label santé"    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Covid-19-Cas suspects: des centres de santé dans les quartiers    Migration illégale: Interpellations à Tan-Tan    Transformation digitale : la CDG passe à la vitesse supérieure    Covid-19 : Pourquoi le vaccin russe a déclenché autant d'animosité en Occident ?    Ciments Modernes étend son voile en Cote d'Ivoire avec une nouvelle cimenterie    US Round Up du mercredi 12 août – Kamala Harris, Bill de Blasio, Restaurants/Bars    Coronavirus: nouveau record au Maroc avec 1499 nouveaux cas    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.499 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 36.694 cas cumulés, mercredi 12 août à 18 heures    Ecoles privées et parents d'élèves : La confrontation reprend de plus belle    Champions League: heure, chaines...le programme des matchs (quarts de finale)    Un camion dérape, le chauffeur légèrement blessé    Situation épidémiologique au Maroc : Les indicateurs s'affolent !    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Que vive le Liban des lumières !    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relations Maroc-UE : Accord de libre échange en négociation
Publié dans Jeunes du Maroc le 05 - 06 - 2013

L'Union européenne va continuer à soutenir le Maroc à travers la conclusion d'un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA)
Selon les propos de Rupert Joy, ambassadeur de l'Union européenne à Rabat, l'accord n'est pas encore parfait, mais les deux partenaires sont déterminés à aboutir un accord, et notamment renouveler l'accord de pêche Maroc-UE.
D'après La Nouvelle Tribune, "l'Accord de libre-échange approfondi et global (ALEAG) en cours de négociation entre le Maroc et l'UE permettra à long terme un gain en PIB de 1,3 milliard d'euros par an pour le Maroc contre 1,4 milliard d'euros pour l'UE, a indiqué l'expert européen, Koen Berden.
Les résultats préliminaires de l'étude d'impact de l'ALEAG montrent, qu'à court terme, les gains potentiels du Maroc seraient de près de 1,15 milliard d'euros par an, contre 834 millions d'euros pour l'UE, a ajouté M. Berden, expert à l'ECORYS, un organisme de consulting chargé par la Commission européenne d'élaborer l'étude d'impact de développement durable pour l'ALEAG. Intervenant lors de la réunion, mardi à Bruxelles, d'experts marocains du Conseil économique, social et environnemental (CESE) avec leurs homologues européens dans le cadre du groupe d'étude "relations commerciales UE-Maroc", M. Berden a indiqué que "l'impact macroéconomique de l'ALEAG sur l'économie marocaine sera positif" dans le sens où l'accord va contribuer à l'amélioration de la capacité concurrentielle du Maroc et à la promotion de la croissance et de l'emploi.
Il a toutefois indiqué que l'accord devrait profiter à certains secteurs de l'économie nationale plus que d'autres, notamment celui de l'agriculture, les fruits et légumes en particulier, ainsi qu'à certaines branches de l'industrie (automobile). Commentant ces résultats, Mohamed Bachir Rachdi, rapporteur de la commission des affaires économiques au CESE et président de la délégation marocaine à cette réunion, a estimé que "le modèle d'évaluation adopté par ECORYS comprend des failles manifestes par rapport aux simulations et aux études d'impact et ne tient pas compte de tous les facteurs influents". Il est de ce fait important que le CESE marocain élabore sa propre étude d'impact et engage avec son homologue européen un débat serein et objectif qui tient compte des "intérêts des sociétés" et pas seulement de ceux de quelques acteurs économiques et politiques.
M. Rachdi a fait savoir à ce propos que le CESE planche sur l'impact des accords de libre-échange sur l'économie marocaine avec un focus sur l'accord conclu avec l'UE, principal partenaire du Maroc, notant que l'analyse menée par le Conseil a révélé que "ces accords profitent davantage aux pays partenaires comme en témoigne l'aggravation continue du déficit commercial du Royaume avec la plupart des pays avec lesquels il est lié par un accord de libre-échange".
Les impacts limités de ces accords sur l'économie marocaine s'expliquent par des facteurs en rapport avec leur mode de négociations et leur gouvernance ainsi qu'avec le degré de préparation du Maroc à la libéralisation commerciale, a-t-il dit. Le Maroc et l'UE ont tenu, en avril dernier à Rabat, un premier round de négociations en vue de la conclusion d'un accord de libre-échange approfondi et global. L'ALEAG a pour objectif principal de faciliter l'intégration progressive de l'économie marocaine dans le marché intérieur de l'UE."
www.lnt.ma/JeunesDuMaroc


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.