Omar Hilale met à nu le «polisario» et son parrain algérien    Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l'impulsion de SM le Roi    Le CNDH réitère sa position pour l'abolition de la peine de mort    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Country Brand Awards : le Maroc premier en Afrique    Impact de la pandémie : les femmes encore plus pénalisées    Nouzha Bouchareb: 12 objectifs en ligne de mire    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Tous les établissements pénitentiaires traitent avec les instances représentatives des avocats dans le cadre de la loi    Femmes créatives à l'honneur à l'Institut Cervantès de Casablanca    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    Tanger: La dimension touristique du voyage d'Ibn Battouta mise en avant lors d'un webinaire    Laâyoune : une nouvelle station de dessalement de l'eau de mer sera mise en service au second semestre 2021    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    Chambre des représentants : un projet de loi relatif au processus électoral adopté par la commission de l'Intérieur    Nasser Bourita reçoit le ministre des Affaires étrangères du Burundi    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Algérie : le pouvoir doit prendre acte de l'échec de sa feuille de route, affirme LADDH    Rencontre de communication pour soutenir l'action de coopératives à la préfecture d'arrondissement Hay Hassani    Coronavirus : le variant britannique présent dans plus de 100 pays [OMS]    Chichaoua : ouverture d'une enquête à la suite des déclarations d'une personne qui affirme avoir reçu deux doses à la fois du vaccin anti-Covid    Covid-19 : la situation se dégrade en France, le gouvernement annonce des mesures    Harhoura : Jusqu'à 500 millions de DH pour l'aménagement    Laâyoun : la nouvelle station de dessalement de l'eau de mer bientôt opérationnelle    Procès à distance : 8.331 affaires mises au rôle du 15 au 19 février    Infantino reçu à Rabat par Bourita    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    Le WAC entame la Ligue des champions par une victoire à Luanda    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    L'ONEE lance un grand projet pour le renforcement de l'alimentation électrique dans les provinces du Sud    Le dirham s'apprécie face au dollar    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    La classe politique évoque « un non-événement »    Retrait de la liste grise de l'UE : quelles conséquences pour le Maroc ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FITUC brûle les planches
Publié dans Le Soir Echos le 08 - 07 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / Culture / Le FITUC brûle les planches
Célébrant son jubilé d'argent, le FITUC (Festival international du théâtre universitaire de Casablanca) a une fois de plus réuni les jeunes représentants du théâtre international, donnant à voir des performances chorégraphiques, théâtrales et musicales. La soirée de clôture qui a eu lieu jeudi soir au complexe Moulay Rachid, a été marquée par les allocutions du doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines de Ben M'sik, du président du festival Abdelmajid elkaddouri, et par des performances musicales et théâtrales. La chorale de l'université Hassan II, sous la houlette du musicien Nabil Ben Abdel Jalil, s'est démarquée en interprétant le morceau traditionnel « Rham ya rassoul el lah », ainsi que le morceau « l'Amour est un oiseau rebelle » interprété par la cantatrice américaine Caroline Dorf. Un mini-concert de jazz a également égayé la soirée, interprété par les étudiants de l'université de Kennesaw, chapeautés par leur professeur, le compositeur Trey Wright.
Réalisé sur le thème « Arc-en-ciel : expressions et expériences théâtrales variées » le festival, comme à son accoutumée, a célébré la diversité et la pluralité, accueillant des talents venant de plus de cinquante pays. Les Etats-Unis, invité d'honneur cette année, ont brillé par le biais des étudiants de l'université des arts Kennesaw de Georgie, véritable mine de talents. Un tour d'horizon de la programmation s'impose.
Un théâtre expérimental
Serbes, Chiliens, Mexicains, Allemands, Français, Espagnols, Américains et beaucoup d'autres se sont succédés sur les planches, présentant des démarches expérimentales variées. Un dialogue d'expressions qui varie entre le théâtre de recherche, le théâtre chorégraphique, le théâtre épique et le théâtre interactif qui privilégie le spectateur. La veille de la clôture, un rendez-vous a été donné à la représentation théâtrale marocaine « Les deux immigrés » mise en scène par Mohammed Ayad, membre de la « troupe de la licence professionnelle en études théâtrales » issue de la faculté de Ben M'sik des Arts et des Sciences Humaines. La pièce, minimaliste, a mis en scène un huis clos entre deux hommes où l'espace et le temps sont occultés, ponctué de deux dialogues sur la vie, le quotidien, la différence, l'immigration. La pièce est emblématique du théâtre traditionnel qui met en avant le texte et le dialogue.
Parmi le théâtre reposant sur la parole, figure également la pièce « Regardless » de la troupe émiratie des étudiants de l'Université de Sharjah où douze acteurs se sont retrouvés sur scène pour s'exprimer sur l'extrémisme, la violence, le terrorisme. La troupe, qui s'inspire du théâtre dramatique du dramaturge syrien Saadallah Wannous, s'empare de sujets costauds et distille un théâtre au souffle épique accentué par une prose poignante en arabe classique. Séduit par le festival, l'assistant du metteur en scène Mohanad Karim, nous a fait part de son désir de donner un nouveau souffle à son théâtre. « Nous avons assisté à toutes les représentations, et nous avons été épatés. Le théâtre occidental nous dépasse de loin. Nous sommes contents d'être ici parce que nous sommes nourris des autres pièces présentées. Nous allons sûrement étoffer notre théâtre, l'alléger, et adopter une démarche plus gestuelle, le geste étant souvent plus éloquent que la parole », nous a confié le jeune metteur en scène.
Le spectateur, participant majeur
Côté français, les étudiants de l'université d'Artois, ont signé une pièce qui place le spectateur au cœur de la démarche théâtrale. « Anthony coup de ville » est presque dénuée de paroles, truffée de subtilités où défilent de petits tableaux retraçant le parcours initiatique d'un homme : son enfance, son évolution, ses premières expériences, sa vie quotidienne. Les six tableaux sont ponctués de critiques sociales, d'imageries liées à la religion et de clins d'oeil à l'actualité subtilement ficelés. De surcroît, les scènes sont dominées par une unité du groupe qui donne à réfléchir. On dirait que les acteurs évoluent de la même manière, avec la même démarche et la même gestuelle, avant de s'isoler de temps à autre dans leur propres personnages. Une unité suggestive qui invite le spectateur à décrypter davantage ces puissants tableaux imagés, sorte de métaphores intelligentes de l'homme face à sa société. Le festival qui nous a habitué à des fusions théâtrales n'a pas dérogé à la règle cette année. Sept étudiants allemands et sept étudiants marocains ont conjugué leurs talents pour monter une adaptation symbolique du roman de Tahar Ben Jelloun « Moha le fou et Moha le sage ». Ce roman prémonitoire de l'écrivain marocain, écrit en 1978, anticipe le Printemps arabe, les sociétés en changement et décrit une société à la lisière de l'autoritarisme, plombée par un système de répression et de soumission absolue. La pièce reprend ces thèmes en recourant à un collage philosophique et à un assemblage de scènes oniriques. Créée à la manière d'un théâtre chorégraphique inspirée du metteur en scène brésilien Augusto Boal, précurseur du « théâtre des opprimés » , la pièce a su cristalliser une société universelle et profondément humaine. En recourant à la poésie imagée, à la chorégraphie et la musique, la metteur en scène allemande Iriell Ruff a plongé le spectateur dans une ambiance de théâtre expérimental, d'une grande sensibilité.
Du haut de sa 25e édition, Le FITUC reste un kaléidoscope frémissant du jeune théâtre à l'international et une belle synergie éclectique que nous saluons. Longue vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.