Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FITUC brûle les planches
Publié dans Le Soir Echos le 08 - 07 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / Culture / Le FITUC brûle les planches
Célébrant son jubilé d'argent, le FITUC (Festival international du théâtre universitaire de Casablanca) a une fois de plus réuni les jeunes représentants du théâtre international, donnant à voir des performances chorégraphiques, théâtrales et musicales. La soirée de clôture qui a eu lieu jeudi soir au complexe Moulay Rachid, a été marquée par les allocutions du doyen de la faculté des lettres et des sciences humaines de Ben M'sik, du président du festival Abdelmajid elkaddouri, et par des performances musicales et théâtrales. La chorale de l'université Hassan II, sous la houlette du musicien Nabil Ben Abdel Jalil, s'est démarquée en interprétant le morceau traditionnel « Rham ya rassoul el lah », ainsi que le morceau « l'Amour est un oiseau rebelle » interprété par la cantatrice américaine Caroline Dorf. Un mini-concert de jazz a également égayé la soirée, interprété par les étudiants de l'université de Kennesaw, chapeautés par leur professeur, le compositeur Trey Wright.
Réalisé sur le thème « Arc-en-ciel : expressions et expériences théâtrales variées » le festival, comme à son accoutumée, a célébré la diversité et la pluralité, accueillant des talents venant de plus de cinquante pays. Les Etats-Unis, invité d'honneur cette année, ont brillé par le biais des étudiants de l'université des arts Kennesaw de Georgie, véritable mine de talents. Un tour d'horizon de la programmation s'impose.
Un théâtre expérimental
Serbes, Chiliens, Mexicains, Allemands, Français, Espagnols, Américains et beaucoup d'autres se sont succédés sur les planches, présentant des démarches expérimentales variées. Un dialogue d'expressions qui varie entre le théâtre de recherche, le théâtre chorégraphique, le théâtre épique et le théâtre interactif qui privilégie le spectateur. La veille de la clôture, un rendez-vous a été donné à la représentation théâtrale marocaine « Les deux immigrés » mise en scène par Mohammed Ayad, membre de la « troupe de la licence professionnelle en études théâtrales » issue de la faculté de Ben M'sik des Arts et des Sciences Humaines. La pièce, minimaliste, a mis en scène un huis clos entre deux hommes où l'espace et le temps sont occultés, ponctué de deux dialogues sur la vie, le quotidien, la différence, l'immigration. La pièce est emblématique du théâtre traditionnel qui met en avant le texte et le dialogue.
Parmi le théâtre reposant sur la parole, figure également la pièce « Regardless » de la troupe émiratie des étudiants de l'Université de Sharjah où douze acteurs se sont retrouvés sur scène pour s'exprimer sur l'extrémisme, la violence, le terrorisme. La troupe, qui s'inspire du théâtre dramatique du dramaturge syrien Saadallah Wannous, s'empare de sujets costauds et distille un théâtre au souffle épique accentué par une prose poignante en arabe classique. Séduit par le festival, l'assistant du metteur en scène Mohanad Karim, nous a fait part de son désir de donner un nouveau souffle à son théâtre. « Nous avons assisté à toutes les représentations, et nous avons été épatés. Le théâtre occidental nous dépasse de loin. Nous sommes contents d'être ici parce que nous sommes nourris des autres pièces présentées. Nous allons sûrement étoffer notre théâtre, l'alléger, et adopter une démarche plus gestuelle, le geste étant souvent plus éloquent que la parole », nous a confié le jeune metteur en scène.
Le spectateur, participant majeur
Côté français, les étudiants de l'université d'Artois, ont signé une pièce qui place le spectateur au cœur de la démarche théâtrale. « Anthony coup de ville » est presque dénuée de paroles, truffée de subtilités où défilent de petits tableaux retraçant le parcours initiatique d'un homme : son enfance, son évolution, ses premières expériences, sa vie quotidienne. Les six tableaux sont ponctués de critiques sociales, d'imageries liées à la religion et de clins d'oeil à l'actualité subtilement ficelés. De surcroît, les scènes sont dominées par une unité du groupe qui donne à réfléchir. On dirait que les acteurs évoluent de la même manière, avec la même démarche et la même gestuelle, avant de s'isoler de temps à autre dans leur propres personnages. Une unité suggestive qui invite le spectateur à décrypter davantage ces puissants tableaux imagés, sorte de métaphores intelligentes de l'homme face à sa société. Le festival qui nous a habitué à des fusions théâtrales n'a pas dérogé à la règle cette année. Sept étudiants allemands et sept étudiants marocains ont conjugué leurs talents pour monter une adaptation symbolique du roman de Tahar Ben Jelloun « Moha le fou et Moha le sage ». Ce roman prémonitoire de l'écrivain marocain, écrit en 1978, anticipe le Printemps arabe, les sociétés en changement et décrit une société à la lisière de l'autoritarisme, plombée par un système de répression et de soumission absolue. La pièce reprend ces thèmes en recourant à un collage philosophique et à un assemblage de scènes oniriques. Créée à la manière d'un théâtre chorégraphique inspirée du metteur en scène brésilien Augusto Boal, précurseur du « théâtre des opprimés » , la pièce a su cristalliser une société universelle et profondément humaine. En recourant à la poésie imagée, à la chorégraphie et la musique, la metteur en scène allemande Iriell Ruff a plongé le spectateur dans une ambiance de théâtre expérimental, d'une grande sensibilité.
Du haut de sa 25e édition, Le FITUC reste un kaléidoscope frémissant du jeune théâtre à l'international et une belle synergie éclectique que nous saluons. Longue vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.