Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mazaya : un souffleur guérisseur
Publié dans Le Soir Echos le 10 - 07 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / Culture / Mazaya : un souffleur guérisseur
Mazaya, programme culturel et social qui offre aux enfants défavorisés l'occasion de se former à la musique classique et de s'insérer socialement, a clôturé son année scolaire lundi soir dans un concert réunissant trente-huit élèves. Porté principalement par la fondation Ténor, le projet a présenté les auditions de fin d'année de la première promotion des jeunes bénéficiaires du programme. Au centre culturel d'Agdal, l'heure était à l'émotion. Les performances se sont enchaînées sur une durée d'une heure et demie et les jeunes initiés sont passés du duo, de la musique de chambre, au quator en passant par les formations de chorale, faisant montre d'une sensibilité doublée d'une timidité qui a totalement attendri leur public.
Vers une visibilité professionnelle
Le projet socio-culturel, lancé en janvier 2012 par la Fondation Tenor, à but non lucratif, a pour mission de former ces jeunes âgés de 8 à 14 ans à une carrière liée à la musique. « Nous avons la chance d'être estampillés INDH, et d'être reconnus socialement », a déclaré le président de la Fondation Farid Bensaïd lors de la conférence de presse qui a précédé le spectacle. L'INDH (Initiative nationale pour le développement humain) a Salé, qui répertorie les familles dans le besoin au Maroc, propose des listes d'enfants à la Fondation qui sélectionne ceux prédisposés à une carrière musicale. « Le projet est né il y a un an et demi, et nous n'en sommes qu'au début », a poursuivi le président. « Le but est de trouver des débouchés professionnels pour ces jeunes défavorisés, en l'occurrence un musicien d'orchestre, un enseignant de musique, ou encore un membre d'un groupe de musique. La formation ne se réduit pas à la musique classique, mais offre un métier de technicien de musique. Le Maroc manque de jeunes musiciens talentueux, et nous ouvrons aux jeunes les voies de la musique universelle, j'entends la musique andalouse, le jazz, la musique orientale ou autre », a t-il précisé.
Un projet salutaire et thérapeutique
Le programme s'étale sur cinq ans et prend en charge les enfants du matin jusqu'au soir. Les trente-huit étudiants suivent une double formation à l'école internationale de musique et de danse de Rabat, qui les initie aussi bien à la musique qu'à l'alphabétisation et à la culture générale. Considéré comme un programme d'éducation informelle, reconnu cependant par l'état, il est organisé avec l'aide de la fondation Zakoura connue pour son expertise dans le domaine. Sans être un programme scolaire classique, il représente l'équivalent d'un certificat d'étude reconnu par le ministère de l'Education. Les jeunes apprennent initialement à jouer les instruments à vent, à savoir le violoncelle, l'alto, le violon et la contrebasse, qui sont plus faciles à apprendre, en attendant l'introduction de nouveaux instruments l'année prochaine.
Mazaya est une expérience fondatrice et salutaire pour ces jeunes qui apprennent à panser leurs plaies, à éduquer leur sensibilité et aiguiser leur spiritualité. « Les enfants, en majorité indisciplinés et toujours enclins à l'agressivité, deviennent de plus en plus calmes et sereins », note Nawfal Baizari, coordinateur de la fondation Ténor et assistant social. Selon le président de Tenor Group, « ces enfants n'avaient aucun objectif dans la vie et aucun espoir en un avenir professionnel. Les parents qui ne savaient pas comment orienter leurs enfants ni comment leur assurer un avenir, entrevoient maintenant une lumière. L'objectif de ce programme est de montrer à travers un métier culturel que l'avenir peut être lumineux, et que l'espoir n'est pas vain. La relève de l'orchestre philarmonique du Maroc sera peut-être eux ». Le programme prévoit de recruter cent enfants à Rabat et cent autres sur Casablanca : un projet de démocratisation prévu dans les trois ans qui viennent, et qui rappelle le projet de musique national « El Sistema », réalisé avec succès au Vénézuela. Lancé en 1975 dans un pays qui affiche un taux de criminalité des plus élevés, « El Sistema » est né d'une démarche visionnaire prônant une éducation musicale libre et immersive, susceptible d'influencer une société frappée par la pauvreté et de sauver des enfants cabossés par la vie. Le programme, judicieusement thérapeutique, s'est étendu à tout le pays avec plus de 380 000 enfants enrôlés. La plupart sont devenus des avocats, des professeurs, des médecins et des fonctionnaires. Les orchestres et les chorales, pilier du programme, ont contribué à donner un sens inouï à la solidarité, et à la lutte efficace contre la pauvreté et l'inégalité. Reste à savoir si le modèle de projet de musique national, à l'instar de l'exemple vénézuelien, est susceptible de connaître le même engouement chez nous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.