Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le hit parade 2009
Publié dans Le temps le 13 - 09 - 2009

Le dernier classement de référence des avocats d'affaires The Legal 500 vient de paraître.
En tête du peloton, Gide LoyretteNouel-Naciri, Kettani, UGGC et Mehdi Salmouni-Zerhouni. Des résultats qui confirment la professionnalisation de l'activité de conseil en droit des affaires.
Une idée répandue veut que les cabinets d'avocats d'affaires français dominent le marché marocain. La proximité de la langue et du système juridique, ainsi qu'une implantation précoce sont deux atouts qui expliqueraient ce tropisme français. L'impression est trompeuse. En réalité, les acteurs majeurs du conseil juridique sont d'abord marocains. Et lorsque des noms français sont cités, il s'agit souvent d'un mariage à la recette simple : un mix entre une expérience et un savoir-faire internationaux, conjugués à des compétences locales, nécessaires pour saisir les subtilités du droit marocain. Gide LoyretteNouel-Naciri& associés (GLN-Naciri) en est le parfait exemple. Dirigé par le brillant Hicham Naciri, c'est une association entre le fameux réseau français et un cabinet de droit marocain, établi de longue date. Aujourd'hui, le bureau de Casablanca de Gide LoyretteNouel-Naciri& associés compte autant d'avocats et juristes internationaux que locaux. Parmi ces derniers, beaucoup justifient de plusieures années d'expérience à l'international. Le cabinet, à l'image des plus grands confrères, réalise une grande partie de son chiffre d'affaires dans le conseil, même s'il offre à ses clients un full service, incluant le contentieux, sous la supervision de l'ancien bâtonnier Mohamed Naciri, célèbre pour défendre les intérêts du palais.
Cette marocanisation du droit des affaires, qui a longtemps été imputée à une volonté de préserver certains intérêts privés, a une explication très prosaïque. “Il y a un domaine où les avocats marocains sont imbattables : c'est le contentieux, précise un connaisseur des affaires juridiques. La procédure et la langue sont un obstacle pour les cabinets étrangers qui n'ont pas de compétences marocaines”. C'est pourquoi les cabinets locaux, qu'ils soient 100% marocains ou une implantation d'un cabinet international, tiennent le haut du pavé.
Le classement élaboré par Legal 500, un des annuaires de référence du secteur, montre la concentration de l'activité de référence, parmi quelques noms célèbres. Avec des différences minimes, selon les domaines d'activité.
Catégories
Si l'on prend en compte les moteurs de la croissance de ces dernières années, les activités corporate, grands projets, tourisme et construction sont l'apanage des grands noms de la place. Outre GLN-Naciri, les noms de Kettani Law Firm, UGGC & associés, Mernissi-FIGESreviennent souvent dans les premières marches du podium (lire encadrés thématiques).
Ces cabinets ont tous profité d'une hausse de l'activité, depuis quelques années. Une croissance portée par les projets d'infrastructure, les investissements dans les secteurs immobilier et touristique et par le marché boursier (IPO notamment). “Le Maroc s'est doté à partir des années 90 d'un corpus législatif qui a permis d'encadrer le monde des affaires et de faciliter l'investissement”, note ce praticien casablancais qui requiert l'anonymat.
Preuve de cet impact de la législation, l'annuaire The Legal 500 entrevoit des opportunités d'affaires dans le secteur, avec la relance du Conseil de la concurrence. Une bonne nouvelle, en pleine crise financière internationale. “La croissance du secteur, ces dernières années, doit beaucoup à une exubérance financière qui s'est tarie”, poursuit notre source. Les investisseurs du Golfe ont beaucoup investi dans le secteur touristique, jusqu'à l'année dernière. Faut-il alors craindre un éclatement de la “bulle juridique” ? Pas vraiment, puisque les cabinets les plus professionnels ont su diversifier leur offre de services et couvrent tous les domaines de la vie des affaires (lire encadrés thématiques) et que les niches sont plutôt à chercher du côté d'activités à fort potentiel de croissance, comme pour le droit fiscal ou la propriété intellectuelle. Dans ce dernier secteur, c'est d'ailleurs un cabinet spécialisé, dirigé par Mohamed Medhi Salmouni-Zerhouni qui est classé premier par Legal 500.
Les stars du barreau
Parmi les grands noms des avocats regroupés en structure d'importance : Hicham et Mohamed Naciri (GLN-Naciri), Azzedine et Nadia Kettani (Kettani Law Firm), Patrick Larrivé (UGGC), Kamal Nasrollah (August &Debouzy), AnertzMuniategi (Garrigues Maroc Sarl), et BassamatFassi-Fihri (Bassamat& associés). La nouveauté, relevée par The Legal 500, est à chercher du côté de Tanger. La ville du Détroit a vu l'implantation récente de deux cabinets d'avocats d'affaires espagnols. Le premier, Garrigues, leader du marché espagnol, vient d'ouvrir son deuxième bureau au Maroc après celui de Casablanca. Il a fait le même choix que Balms& Cruz, preuve que les cabinets d'avocats suivent les opportunités d'investissement.
Là où il y a de l'argent, vous trouverez toujours un avocat. Une pratique du milieu est de facturer les clients des cabinets selon le nombre d'heures passé par le ou les avocats sur un dossier, une pratique qui est aujourd'hui remise en cause dans de nombreux pays, notamment aux Etats-Unis. C'est une conséquence d'un rapport de marché, l'avocat faisant payer son “temps de cerveau disponible”. La coutume veut que les avocats les plus expérimentés (les fameux associés) soient rémunérés pour quelques heures seulement (à près de 400 euros de l'heure parfois), le reste du travail étant confié à des collaborateurs plus ou moins seniors, en fonction de leur expérience.
Aujourd'hui, les gros clients négocient des forfaits ou des caps (plafonds) qui permettent de maîtriser les honoraires. Une aubaine pour les meilleurs avocats qui parviennent à fidéliser des clients aux besoins toujours croissants.
PAR Mohamed Yazidy
Projets et droit public
1 GLN – Naciri & associés
Mernissi –FIGES
2 Kettani Law Firm
3 CMS Bureau Francis Lefebvre
Hajji & associés
UGGC & associés
Tourisme et urbanisme
1 Bennani & associés LLP
CMS Bureau Francis Lefebvre
GLN – Naciri & associés
UGGC & associés
2 August &Debouzy
Garrigues Maroc Sarl
Kettani Law Firm
Mernissi – FIGES
Corporate, fusions acquisitions
1 GLN – Naciri & associés
2 UGGC & associés
3 Kettani Law Firm
Arbitrage
1 El Andaloussi
GLN – Naciri & associés
Kettani Law Firm
Mernissi –FIGES
UGGC & associés
Propriété intellectuelle
1 Mehdi SalmouniZerhouni
2 Abu-GhazalehIntellectualProperty TMP Agents
Cabinet Aksiman
Bennani & associés LLP
Saba & Co
Bancaire, financier et marchés
1 GLN – Naciri & associés
2 Kettani Law Firm
UGGC & associés
3 August &Debouzy
Hajji & associés
SFM
Droit fiscal
1 A. Saaidi consultants
CMS Bureau Francis Lefebvre
2 SFM
3 Deloitte& Touche
Ernst & Young – AssociatedAdvisers
Garrigues Maroc Sarl
KPMG
UGGC & associés
Contentieux des affaires
1 GLN – Naciri & associés
Kettani Law Firm
2 Bassamat& associés
Bennani & associés LLP
El Andaloussi
Hajji & associés
UGGC & associés


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.