Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    BMCE Bank of Africa Lance le 1er rapport annuel digital au Maroc    Le HCP et la Banque mondiale se rapprochent davantage    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Lutte contre les maladies non transmissibles : le Maroc réitère son engagement    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Atlanta Assurances : le plan stratégique continue de porter ses fruits    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    El khalfi: "Le chef du gouvernement a entamé les concertations sur le remaniement ministériel"    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Entretien avec Fouad Hani, auteur-compositeur et interprète : «Je travaille beaucoup sur ma musique»    Premières Assises nationales du Développement humain    Après les Assises du développement humain, quelles priorités ?    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Banque Centrale Populaire. La performance au rendez-vous    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Crise économique mondiale : L'OCDE tire la sonnette d'alarme !    Bordeaux accueille le sommet Afrique-France en juin 2020    «#b7arblaplastic» : Une opération de collecte de déchets dans les plages signée Label'Vie    PLF 2020. Le calendrier se précise    Le RNI organise la 3ème Université d'été ce vendredi à Agadir    Question d'intégration    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Au Groenland, les chiens de traîneau menacés par la fonte des glaces    Ces stars qui se sont mariées en secret    La gestion des risques de santé, sécurité et environnement débattue à Casablanca    Le Maroc, une cible importante pour la cybercriminalité    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Sensibiliser pour ne plus faire les frais de l'addiction aux antidouleurs    Appel aux dons    Un plan d'action pour la relance du tourisme à Béni Mellal-Khénifra    Tenue à Rabat du Forum des parlementaires arabes sur la population et le développement    Paris corrige Madrid : L'issue de parité sanctionne le choc Atlético-Juventus    Di Maria, la "MCN" à lui tout seul    Le stade d'Honneur d'Oujda fait peau neuve    "Woh!" d'Ismahan Lahmar projeté au Festival international du film de femmes    "Esthétique de la création poétique'', un nouvel ouvrage célébrant l'œuvre de Mohamed Serghini    Bouillon de culture    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Bourse salue la fusion ONA-SNI
Publié dans Le temps le 28 - 04 - 2010

Le nouvel holding issu de la fusion ONA-SNI investira selon plusieurs modes : minoritaire, en joint-venture ou majoritaire.
L'opération est de grande envergure. Les deux holdings les plus influents au Maroc chambouleront leur tour de table et leurs portefeuilles. Sur le plan pratique, ONA et SNI se retireront d'abord de la cote. Sur le plan stratégique, les deux groupes souhaitent se défaire de la filière agroalimentaire. Centrale laitière, Cosumar et Lesieur Cristal feront l'objet d'offres publiques de vente à la Bourse de Casablanca. La mise en vente de ces filiales compenserait la sortie des holdings de la cotation, on estime le montant de cette cession à 19 milliards de dirhams. Les deux groupes entendent évoluer avec un portefeuille de relais de croissance comme les télécommunications et les énergies renouvelables.
Trois scénarios
Un nouveau schéma d'investissement a été élaboré. Celui-ci comporte trois scénarios définis en fonction du degré d'implication dans le capital et la gouvernance. Les métiers de distribution, télécommunications, mines et énergies renouvelables resteront sous le contrôle majoritaire de la nouvelle entité. Un second mode de détention prévoit le contrôle à travers des joint-ventures avec des partenaires métiers, internationaux pour la plupart : Lafarge Maroc, Sonasid, Somed, etc. Le dernier mode de participation prévoit la sortie du groupe des aspects de la gestion, et le maintien d'une position minoritaire, à moins de 30% du capital, en cédant le contrôle au marché financier. Les filiales agro-industrielles rentrent dans cette dernière optique. Outre cette réorganisation, la nouvelle entité opèrera sur un large spectre de modes d'investissement. Le holding se veut incubateur de projets nouveaux, c'est-à-dire capital-risqueur accompagnant le développement des nouvelles entités avant de les céder sur le marché lorsqu'elles auront atteint un stade de développement «pérenne». ONA et SNI profiteront également des avantages fiscaux que confère la Loi de finances de 2010, la fusion par apports d'actifs est défiscalisée cette année. Puis encore, la remontée de profit et le processus de prise de décision seront allégés et simplifiés, puisque le nouvel ensemble procèdera à l'absorption des holdings intermédiaires, ce qui consolidera la détention conjointe de la plupart des participations, ainsi que la capacité d'endettement du groupe. L'annonce a eu un impact immédiat sur le marché boursier. Les indices de la place ont enregistré des hausses considérables. L'intention de recapitaliser la Bourse via plusieurs offres de vente de certaines filiales aurait insufflé au marché un nouvel élan. Si le rythme actuel est maintenu, on pourrait assister à un retour en force de la dynamique d'investissement. Pourvu que ce ne soit pas qu'un effet d'annonce.
M.A.
«Nous ciblons des entreprises de taille significative»
Quelle est la dimension stratégique de la fusion SNI-ONA ?
La dimension stratégique de cette fusion repose sur la mise en commun des ressources de deux groupes de taille, au service d'une vocation de holding d'investissement, gérant de manière dynamique des participations minoritaires mais stratégiques. Elle jouera un rôle actif d'actionnaire professionnel au sein des organes de gouvernance, véritable catalyseur de projets de taille, structurants pour notre économie et créateurs de valeur.
Quelles seront les missions du nouvel holding ?
Le holding d'investissement articulera son action autour de plusieurs axes. En premier lieu, l'investissement dans les actifs cotés et non cotés structurants pour l'économie marocaine, à fort potentiel de création de valeur et/ou de rendement. Le holding entend aussi remplir son rôle d'actionnaire de référence actif dans les organes de gouvernance tout en confiant la gestion opérationnelle à un management responsabilisé devant le marché, et en insufflant l'expérience d'actionnaire professionnel pour favoriser le développement des actifs et l'émergence de champions nationaux ou régionaux. Autres axes de travail, l'autonomisation des participations une fois qu'elles ont atteint leur rythme de croisière et la pérennisation du retour aux actionnaires sous forme de dividendes et d'accroissement de la valeur patrimoniale.
Ainsi, le holding ciblera les projets et sociétés de taille significative, sur des secteurs attractifs, présentant de fortes barrières à l'entrée, et des niveaux de rentabilité satisfaisants pour les actionnaires. Ceci se fera par ailleurs dans un souci d'équilibre de portefeuille aussi bien en termes d'exposition sectorielle et géographique, qu'en terme de répartition actifs cotés/non cotés.
Avez-vous déjà un calendrier du retrait de la Bourse et de l'introduction des filiales ?
A priori, le déploiement des OPR de ONA et SNI devrait probablement nous mobiliser jusqu'en juillet. Au lendemain de leur radiation s'enclenchera la fusion proprement dite des deux entités, ce qui devrait vraisemblablement mener à la fin de l'année, le temps d'effectuer les démarches juridiques et la réorganisation de l'ensemble. Dans la foulée, la cession du contrôle en bourse des sociétés matures se mettra en place.
Quid des actionnaires minoritaires des deux titres ONA et SNI ?
Dans le cadre de ce qui est prévu par la loi pour ce genre d'opérations, les actionnaires minoritaires se verront proposer deux options : apporter leurs titres aux offres de retrait qui les concernent, à un prix prévoyant une prime attractive (ce prix fait, comme l'exige la loi, l'objet d'un rapport d'expertise indépendant), ou alors, conserver leurs actions. Ils continueront alors de percevoir les dividendes de la nouvelle entité fusionnée, qui par contre ne sera pas cotée.
Quels sont les nouveaux secteurs où le futur holding compte se redéployer?
La cession du contrôle des métiers matures (agro-industries) nous permettra de mobiliser notre attention sur les métiers en développement : télécoms, énergie, immobilier, grande distribution et mines. A ce stade, et au vu de la complexité de ces métiers, il n'est pas d'actualité d'investir à court terme dans de nouveaux métiers.
Propos recueillis par
Abdelkhalek Zyne


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.