Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Le Bayern et le Barça en quart !    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« LA REVOLTE DES TROTTOIRS ET LE MANIFESTE DES ARBRES »
Publié dans Le temps le 19 - 02 - 2011


INEPTIES ET AUTRES INDIGENCES:
VOS RONDS POINTS,
ÇA NE TOURNE PAS ROND, MESSIEURS DE LA VILLE !
« LA REVOLTE DES TROTTOIRS ET LE MANIFESTE DES ARBRES »
Un bout de nuage brillant sur la crête d'une immense nuée noire. Un brin de ciel bleu des spots sur la télé, des marches, des despotes, ça c'est le versant terre à terre ! Qu'en est-il, ô miroir et chacha de télé, sur l'autre versant des planètes qu'on vient de découvrir, là, dans la Voie Lactée ! Dieu est partout, la tâche est immense.
Que faut-il attendre pour corriger ou réparer tout ça ?
C'est l'appel du muezzin pour la prière du moghreb ! Une prière pour le Maghreb aussi ! C'est aussi, sans doute, un appel à l'annulation de toute manifestation étrangère ou sauvage ! Les gens prient le bon Dieu à même sur le trottoir. Le trottoir devient un temple respecté, de par l'usage, mais pas un cirque !
Ce conte en parabole, n'est pas une chronique des évènements mais une réflexion, terre à terre, sautant du coq à l'âne. Libéré sans plan préconçu, comme un délire face aux événements attristants et angoissant qui nous interpellent et nous irritent.
Ainsi, les éléments vont parler. C'est un délire qui leur délie la langue ! Les trottoirs abusés, troués, violés, se soulèvent et se révoltent. Les trottoirs, à peine carrelés, sont retraversés de tranchées et ravines ! Mal assis, mal scellés, mal dans leur peau, les carreaux pètent et pestent sous la marche ! La simple déjà !
C'est à la mode disent-ils de se soulever et de râler ! Ils sont contaminés par le voisinage ! Ils sont devenus fous ! Ils parlent et crient leur honte et leur hogra ! Contagion de voisinage malgré le mur des frontières entre frères ! Ou qu'on les ait salis, rompus, corrompus, car on leur marche dessus ?
LOIN DE NOUS TOUT MALHEUR !
Pas la marche du 20 février 2011, programmée intempestivement pour forcer l'évolution ou le destin. Loin des comportements grégaires qui donnent à la foule, le besoin de narguer et celui de l'offense, loin de la force du nombre et des folies instinctives, qui nées sporadiquement dans des esprits jaloux pour exploiter la misère, accompagnent en squattant les manifs pour en faire de séditieuses révoltes. Loin des foules déchainées, des rassemblements hirsutes que l'on veut rebelles. Loin des marches qui scandent des slogans arrogants, des avanies, des injures et un tas de misères, loin des casseurs et des récupérateurs politiques, qui supplantent les anciens pour acquérir le pouvoir. Loin de l'essaimage des troubles, des guerres civiles que l'on préfabrique, pour vaincre les nations et domestiquer les peuples. Loin des contritions, des blessures et des morts, des troubles et de la panique qui n'apporteront que peu dans la manipulation des enjeux et des richesses et des cartes.
Loin de singer les voisins, qui dans bien des choses nous ressemblent mais dont organiquement et par la légitimé du pouvoir, on diffère. Loin des révoltes brutales et de leurs défis sacrificiels, loin des répliques brutales, des exactions et des belligérances, loin des actes d'immolation, des suicides inutiles et de la vindicte des foules et des crimes des casseurs. Loin des suicides et des morts, du risque de spolier nos déserts et nos richesses et nos terres. Loin du copier-coller des révoltes de masses voisines. Loin des dérives des maghrébopathies avoisinantes, lancées des sérails princiers, des salons bourgeois, des tables de presse et des écrans satellitaires. Loin des agitateurs virtuels, des marcheurs du dimanche, de ceux souks hebdomadaires, où l'on se gargarise de mots et de flèches insidieuses.
Loin de ces talismans, jetés comme de mauvais sorts, où l'on ne vend que des mots aguichants, des offenses nihilistes, de la hogra et des relents scandales. Loin des préversions, de la corruption comme elles existent partout sur terre. Loin de ces dénigrements et des ténébreuses fourberies qui squattent nos faiblesses, nos indigences et nos timides progrès. Loin des manœuvres commanditées de l'extérieur, des inconnus qui manipulent le verbe et le web. Loin des félonies sournoises qui scrutent nos faiblesses, nous guettent, nous épient et nous pistent.
FACE AUX FALLACIEUX PARADIGMES, UNE PARABOLE
Ils sont, comme une panthère qui s'abat du haut de ses branches sur un lion assagi. Loin des nuées de chacals, des hyènes pleurnichardes et de leurs cyniques regards, qui croyant appliquer la loi de jungle, tuent pour prendre le territoire et les aires. Loin de ceux qui rêvent ou se croient vivre comme dans un film de télé une histoire, fabriquent les événements, manipulent les esprits, exploitent les espoirs. Comme ces faquirs et ces charlatans qui se targuent de guérir les maladies et les tares, ils font de la médecine de catastrophe, une mystification au rabais et au noir !
Par vagues sauvages sur les rues et les consciences, le tellurisme atteint nos côtes avec des orages dans les têtes ! Entretenues par d'opportunistes intelligences, elles accostent sur nos trottoirs, inondant de monde nos places ! Les nôtres vont montrer leur pacifisme à l'ouvrage. La police antiémeute va contenir avec sérénité les sollicitations belliqueuses de foule affolée. Mais il restera la houle des saboteurs. Celles des casseurs et des voyous en tous genres, qui mélangés aux manifestant, desservira leur cause. Le point de non retour se marque en offrant à la vindicte populaire ses blessés, ses prisonniers, ses champions et premiers martyrs.
Ces barbares, ces mercenaires par jeux, emporté par le vent révolutionnaire, la vindicte te la rancune en fait, sèment la panique et n'ont rien à voir avec la politique, la citoyenneté, la culture politique ou le civisme ! Les slogans initiés par les officines n'ont pas de programmes à offrir ! On ne demande pas aux ‘'bâtons dans roues'' de nos offrir une feuille de route ! Ou un planning après chute ! Ceux que voudraient les Machiavels, et leurs associés de circonstances, infiltrés physiques ou par Windows, c'est la déflagration pure et simple. Pourquoi pas des exacerbations, la lutte des classes et la guerre civiques, le terrorisme local ? et c'est là où les puissances entre en jeu, ne sachant plus quel mouvement regretter ou encourager, en voguant à vue ou en surfant sur les marées et les ouragans qu'ils ont soufflés et insidieusement semés !
DE LA FLORE A LA FAUNE
La force des faibles vient de la léthargie des puissants ! Opportunistes fiévreux, jaloux empressés, qui vous dit qu'on sommeille ? Regardez le travail se faire ! Regardez comment le trône marche et se déplace ! Labourant les moindres espaces, curant les moindres recoins, soignant, enseignant, saluant les foules loyales et sincères, semant partout enthousiasme, amour, travail, logement plus digne, sécurité et espoirs. Bien sûr, qu'il reste des choses à faire, avec plus de passion, d'économie et de raison ! On vient juste de commencer. On est en développement. On ne peut pas nous comparer aux pays les plus avancés ni les plus nantis, ni aux nations les plus riches Ni avec ceux qui entravent nos progrès et qui pour leur expansion, veulent continuer séduire nos jeunes, à les induire en erreur, à les intoxiquer, à nous les mettre en opposition, afin de semer la terreur et les troubles. En tentant par tous les moyens à faire chuter la dynastie alaouite, le prince rouge avec et jamais en remplacement, et saper notre nation, en nous coupant de nos territoires océaniques, pour acheter tout le Maroc, l'assujettir et s'approprier de ses territoires !
LES FEES DES TROTTOIRS
Trottoirs désastreux, arbres déracinés absents, trous dans les chaussées, façades odieuses et hideuses, absences de peinture et de décoration, stationnements de bus face à face réduisant les chaussée, stationnement de voitures aux endroits réservés aux bus, qui plus est aux endroits les plus exigües, lampes éteintes très souvent, le plus souvent absentes, comme nos parlementaires qui votent à 3 heures de la nuit, à 15 personnes, le budget annuel de l'Etat ! Par patriotisme, par civisme, par réaction de pudeur et de mépris, je n'irais plus jamais voter si j'étais de vous ! Je me tiendrais à carreau !
Absence de passages cloutés aux croisements. Aucune priorité ni permis de passer aux piétons, on les ignore comme ils ignorent en retours les autos et le risque, quand ils traversent les chaussées en sortant de partout !
L'esprit ailleurs le corps collé au phone ! Spécialement aux ronds points néoformés, là où il fallait certainement des signalements de passages réservés aux piétons ! L'urbanicité est une notion inconnue ici. C'est à croire que tous le monde roule en voiture et n'en descend jamais ! Si l'on doit faire des marches et des manifestations, des soulèvements pour révoquer les chefs d'état, ici ce sont les présidents de mairie qui vont être stigmatisés, par les arbres et les trottoirs pour les destituer en bloc ! Le peuple lui, il est absent ! Il n'en veut plus à personne ! Si on lui ouvre les frontières, il s'en ira ailleurs !
On doit remettre les pouvoirs au pouvoir central ! A ce Makhzen que d'infâmes allégations ont terni. ! On doit remettre l'avenir, au passé ! Notre avenir, aux caïds et aux pachas ! Attention, ils m'écoutent ! Je ne vais pas faire usage d'autocensure à mon âge ! Et ce au Maroc nouveau, de M6! Ils n ont qu'à bien saisir le message dans sa profondeur, dans sa teneur philosophique, patriotique et mystique. Je les sais cultivés dans les deux langues ! Ils ont au moins de la classe et toute une histoire qui a fait rêver.
Une histoire qui a son charme et ses mystères, par rapport aux sordides vampires et aux arrivistes assoiffés ! Cette démocratie-là, ne se mérite pas ! Nostalgie de circonstance, cynisme existentiel de parade, ou réels regrets face aux prenantes angoisses ! Non, ce qui est dit par dépit, ou par nostalgie affectée, ce makhzénisme * est dépassé par les forces démocratiques de fait ou en puissance ! On ne revient pas aux passéistes clichés, qui ne gardent, et c'est dommage, que les excès surannés de leurs préhensibles, folkloriques et préhensives dérives !
La Démocratie est là, je men nourri et m'exprime, librement Arbre ou trottoir, serait-je, marqué par les frasques et les erreurs de céans ! Ou simple passant, fatigué et boiteux sur ces trottoirs troués et encombrés, ces façades hideuses, ces rues mal famées, cet a-patriotisme, ce manque de civisme qui est à châtier, disons à corriger et sanctionner, me font réfléchir ! Cette culture du bien collectif et du respect d'autrui, est la base du civisme et du nationalisme ! Ancien Marcheur, de la Verte façon, myasthénique et cardiaque, j'ai encore mon mot à dire, mes maux à médire, mon message à communiquer. Mon sacerdoce…de citoyen à défendre !
VIVRE SA VIE D'ARBRE
C'est vrai qu'on n'a qu'une seule vie et la malheureuse se passe là ! Elle n'a rien de citoyen ni de citadin. C'est un spleen éthéré, dans les vaps, dans les nuages, juste pour dégager vers d'autres arcs-en-ciel ! La ruralisation, sans arbres, sans prairies, sans fermage, c'est le comble du paradoxe: elle ne vaut rien ! La ruralisation infâme, rien qu'avec des crottes de vaches et des relents de purin, prend le dessus sur la culture et du respect, si vital aux habitants ! Les ébauches de villes, laissées par les colons regrettent leurs fondateurs !
Leurs planteurs et leurs agriculteurs.
Plus aucun arbre ne vit sans les siens ! Ils veulent la nationalité de ceux qui les ont plantés. Eux aussi ont le mal de mer, la nausée, la mélancolie, la nostalgie de leur anciens maîtres ! Ils refusent les autodafés ! Ils refusent de se laisser immoler par le feu ! Ils préfèrent être déracinés, libres de passer le Détroit pour aller vers d'autre cultures ! Les requins, ils s'en balancent, ils les fréquentent. Leur chair a gardé les traces de leurs
dents ! La noyade, c'est une promenade de santé !
Ils regrettent les promenades, les sorties, le théâtre, les conférences, le ciné ! Ils ont opté pour le hrig ! Ils changent de mains et de maîtres ! Le hrig pour ne plus rester entre les mains sales des rompus, qui les méjugent et les maltraitent…Ne plus stagner entre les mains d'indignes indigènes mal décrottés ! Des chiens qui nous pissent dessus, des ivrognes et des chats aussi ! On ne veut plus de municipalité. Ni locale ni concédée aux gouares et autres étrangers ! On est capables de ramasser nos feuilles et nos crottes pardi ! ! On veut une république. Chaque ville doit avoir son autonomie…pour nous arroser tout seuls, nous fertiliser et nous traiter, nous tailler...nous-mêmes ! Ou partir et chercher d'autres rues et d'autres nationalités !
L'eau, les mers les vents les pluies changent bien, le soleil, le ciel, ne sont jamais aux mêmes endroits, ils bougent ! Pourquoi pas nous, les Arbres ! Les autres éléments bougent... Les nuages, le vent, l'air lui-même, alors qu'il est si nauséabond qu'il colle à nos feuilles, nos écorces et nos peaux ! Pourquoi pas nous ? Comme nos voisins de palier ! Qu'est ce qu'ils ont de mieux que nous ? On doit faire comme eux! Qu'on nous enlève les chaînes, les carcans, les barrières, les murs, les visas, les douanes, les taxes, les maladies et les lois qui les bloquent ici !
LA FORET URBAINE VEUT DEMENAGER
Ils veulent fuir ces primitifs qui les maintiennent dans le règne végétal de ce pays. Nous aussi ! Ils veulent marcher, droits, et manifester, debout comme des hommes ! Ils refusent de se refugier, de déserter, ou de fuir comme les Benali, ses acolytes et ses capitaux ! Mais, ils veulent partir, la tête haute, vers le Nord. Mal aimés, ils veulent changer de look et de nationalité, faute de continuer à être bien considérés, ici, chez eux, toujours mal taillés et jamais arrosés ! Ils voudraient être des traitres rien que pour partir et se sauver ! Mais ils hésitent. Ils ne veulent pas faire certains donneurs de leçons ! Prince ou journalistes, comprendra qui voudra ! La harangue en moins, je n'ai pas la langue dans la poche ! Mais voilà, on leur dit que pour s'exprimer, librement, ils doivent s'exiler ! Sinon on les dissout ici pour en faire du ‘'pâté de papier'' ! Dès lors manifester, ce n'est s'immoler ! C'est faire feu de tout bois. Et ça ne colle pas pour les arbres racés que nous sommes!
Alors ils ont écrit cette lettre, espérant qu'on la remette à ‘' Si '' Jean de la Fontaine ! Et qu'on la lui traduise ! Faut-il aller en France pour traduire nos mots, par des français ? Sommes-nous si incapables de traduire nos sentiments, monsieur Mitterrand, pour devoir rester collés à votre postérieur alors que vous êtes partis ? Alors comprenez-nous, nous les éléments, on en a marre des canidés qui nous arrosent pour marquer leur territoires et qui nous collent leur gadoues de carnivores dessus ! Soi-disant qu'ils sont nos gardiens et nos bergers ! Nous ne sommes plus des moutons, même si nous l'eussions été ! Nous sommes de la même chair que les cèdres et les lions de l'Atlas !
ECRITS SUR DES FEUILLES D'ARBRES
Oui, nous voulons transmette nos mots pour chanter leur calvaire, dans un conte ! Une légende, vouée aux générations à venir, afin que les nouveaux responsables en tirent une morale ! Un autre profit ! Ou à Dieu, devant la face du monde, parce que Dieu fait le destin, la nature et les libertés ! Oui Dieu fait le bon choix pour nous ! Il sait ce qu'il y a et ce qu'il a mis, sur terre et dans les cieux, dans l'eau, les nuages, l'air et cette brume qui entoure les dernières feuilles de ces arbres en hiver, comme il sait les pousses, les germes et les bourgeons qui sortent de terre et qui les vont remplacer. Il sait leurs points de chute, les voiries qu'ils vont boucher et les ignares qui vont les y laisser, au lieu de les dégager. Il sait les intempéries qui viennent, les barrages et les retenues, les vagues qui vont déferler, noyer les cabanes et abattre leurs toits, noyer les chemins champêtres, les routes et les avenues. Il sait les cultures et les villes qui vont être noyées ! La tomate et le pain qui vont renchérir.
Il sait ceux qui vont périr et ceux qui vont chômer ! Il sait les conséquences du moindre orage ou tsunami ! A travers le monde et sur terre, Il sait les conséquences des marches en cours et de celles qui risquent d'arriver. Il sait les cours des marchés et les prix en cours et comment et par qui, ils vont grimper.
LES TYRANS SE SONT TIRES
Il sait ta force, monsieur le Président Moubarak et ton courage, tes besoins et ta santé et tes maladies. Il voit ta réticence et tes erreurs ! On te savait tenace, méritant dans le passé. Mais au moment où a commencé cet écrit, tu n'étais pas encore parti. Pas plus que Benali, n'était dans son coma. En solitaire, sous un faux nom, alors que sans sa célébrissime Leïla moitié !
En a-t-Il informé nos prophètes et à ceux des hommes qui gèrent, en Son nom, nos jours, cadres sécuritaires, pharmaciens, juges et médecins ? Ce quand du haut de ses pyramides, momies éventrées, la mère de civilisations tremble ! Au bord gouffre, effondrement, pillage, saccages ruinent des pays amis ! Quand le maître des policiers s'évapore ou s'évade, que les siens volent et que les soldats pillent bijouteries et musées !
Basta. Les vieux lions s'en vont. Penaud et malades ! La queue entre les pattes et c'est dommage. Je perçois cette fin, comme une humiliation non méritée ! Et ce n'est pas une victoire du peuple ! C'est la preuve seulement qu'on n'a pas de prise sur les événements et leurs complications fortuites ! Et la force et la paix de n'importe quel potentat, la quiétude des régimes, ne vient pas de l'étouffoir où l'on confine les gens ! Ils ont une âme, une vie. Il faut leur donner leurs chance de concourir à leur pays, de parler, de communiquer sans entraves, ne serait ce que pour surveiller et corriger !
Le départ de ces deux géants, plus triste l'un que l'autre, c'est la preuve du manque de démocratie et de libertés, seulement, de clarté encore et de dépassements ! A quoi servent tous ces milliards qu'on assassine et qu'on arraisonne ? Personne ne peut consommer les milliards qu'il ramasse, vivrait-il mille ans ! Au lieu de laisser dans leur pays, pour produire du travail et enrichir les gens, ils les spolient et s'en cachent de les cacher ! A toute fin utile ! Seulement, la vie est si sommaire ! Demandez aux cigognes de notre ville, lesquelles du haut de leur nids, nous regardent. Elles ont une mémoire qui nous interpelle, nous les Marocains venus de partout, et qui habitons sous leur regards, dans cette contrée ou celle-là !
DES FEUILLES SUR LE MACADAM
Délire pour délire, que faut-il penser alors des feuilles des arbres qui tremblent sous les orages et les vents ? Nous autre humains, carnivores et prédateurs, nous ne sommes pas plus importants que ces feuilles de platanes. Celles de mon avenue ou de la tienne, Lecteur improbable et juge de mes allégations ! Ces feuilles, tremblent comme les lâches et les délateurs, les proies et les profiteurs. Je les vois et je les compare. Je ne suis pas meilleur et mes juges non plus !
Je vois les feuilles des branches squelettiques qui restent en dernier. Celles de l'avenue qui tremblent dans la lumière glauque que laisse le brouillard de ce matin frileux de février. Nous, simples vivants, nous sommes avec nos espoirs et nos tares, conditionnés comme ces branches et ces arbres. Personne n'est à l'abri, ni ne sait de quoi sera fait demain.
Ici on creuse le macadam, on le rembourre très mal. Cela fait des dos d'ânes, des dos d'abrutis ! Cela provoque des incidents ! Ici, les regards, pas ceux des responsables, qui sont absents ou neutres, ou occupés chacun ses attributions. Ces regards béants sont ouverts sur les trottoirs. Comme des ventres d'ogres hideux, inattendus et insatiables ! Cela provoque des incidents.
PESTE ET LÈPRES SUR LES TROTTOIRS
Comblés de canettes, de papiers sales, de bouteilles et détritus en tous genres, ils sont comme les lois opaques, impropres à l'application ou que l'on ne comprend pas ! Et les responsables ne les voient pas ! Nos chemins sont pleins de ces insalubres déficiences qui font de la ville, un endroit si mal famé, qu'il ne mérite pas ce nom ! Et les électeurs conspuent leurs cadres incompétents ! Hier, quand la ville était l'orée de la Maamora et du Gharb, les gens venaient de la capitale pour leurs repos ou leurs affaires ! Et puis c'est le dortoir ! Même pour ceux qui restent étendus, sans défenses sur le trottoir et les entrées d'immeuble, au point d'apporter le danger, la mort, la honte et la nausée ! Et pourtant face aux dénigrements, il y a des chantiers énormes et des miracles se font !Ces reliefs de ma ville, de ta vile, de notre ville, de notre pays, demeurent, ça et là, sont comme des taches de lèpre sur un visage.
Je salue la consultante, qui pour soigner cette affreuse ‘'lèpre'', le vitiligo, passe sa langue dessus, comme une main bénie ! Mue par une mission mystique, elle lèche les tâches disgracieuses chez les gens qui en sont frappés. C'est un miracle à portée de fragiles humains ! Hier jeune enfant, bottée pour devenir une bonne, n'a-t-elle pas attenté à sa vie en avalant tout ce qu'elle trouvait de plus dangereux, les clous ? A force de lécher les parties, c'est aussi par miracle, sans en avoir ni honte ni nausée, qu'elle reste en bonne santé. Elevée à sa mission, sans nulle élection ni préparation, c'est une nuit, en plein songe, qu'elle a reçu de Jésus, cette vision. Nos faquirs ont une belle immunité.
DES MESSAGES ET DES VŒUX
On espère pour nos cadres autant de protection ! Car nous autres éléments, nous avons des droits et ceux qui sont sensés s'occuper de nos affaires, ont des devoirs ! Celui entre autre de veiller sur nous et de soigner notre image et la leur. Des fois, par conséquent ! Améliorer notre vie et leurs programmes et visions, des fois, par conséquent. Nous autres, les arbres et trottoirs, qui vous servons de marches-pieds et d'oxygène, absents ou béants, comme ces parlementaires en état de léthargie, ou comme des insultes faites aux électeurs, aux urnes et à la démocratie délaissée, nous montrons nos aspérités naturelles et nos dents. Leurs fosses nauséabondes, comme ces pestilences qui nous proviennent des montagnes de détritus, non traitées ou de ces rares usines, menacent d'asphyxies les allergiques de la ville et de dyspnée toute personne qui a le malheur de sortir de sa forêt natale et de passer par cette tanière-là !
Ces lèpres, ces poisons, ces pestes et ces abcès, ces pièges pour autos et piétons, ces feux souvent déréglés, ces lampadaires, cassés ou absents, comme ces arbres d'alignement, manquants et jamais remplacés, faut-il attendre le retour des colons pour ça, cette terreur-là, ce manque d'espérances et de paix, s'appelle la ville, le soir. Cette menace physique s'appelle la ville. C'est ma cité et tu la diriges mon grand !
Vous pouvez remplacer Kénitrous, par le nom de votre ville chérie. Ou du moins là où vous êtes né citoyen et où vous avez une famille et peut être un boulot. C'est quasiment du pareil au même dans certains endroits de notre cher pays, de notre seule et unique Patrie. Que Dieu la préserve unie, et vous avec Parce qu'elle a l'espoir de changer après son retard millénaire, ses dérives passées, ses progrès actuels, ses attentes urgentes face à toute involution et plaies torpides.
Dès lors pour et pour être à jour avec les éléments, ou les événements, pour ce qui est des contestations et des protestations, des livres et des éditos, c'est OK ! Manifestations et émeutes, ce sera non à jamais ! Simplement, parce que les émeutes se soldent en répressions et en sacrifices qui ne résolvent pas toujours le problème initial des dictateurs ! Pour le savoir et s'en assurer, voyons voir ce que feront les restes de cabinets et les armées des capitales qui ont chassé dernièrement leurs démons !
SIGNE : L'Arbre du bord du trottoir,
avec ce tas de piétons sur la chaussée, parce que les trottoirs sont occupés !
Du 07 au 19 février 2011


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.