Wydad-Raja: pas de vainqueur dans un derby très moyen (VIDEO)    Marché financier international: le Maroc lève 1 milliard d'euros    Réorganisation de « Casablanca Finance city »: le gouvernement donne son feu vert    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    Source militaire: plusieurs opérations menées ces derniers jours en Méditerranée    Bilan quotidien: 13 nouveaux décès à Casa-Settat    World News Day: D'esclave à activiste    Article 1067609    Confinement: La majorité des réfugiés au Maroc bénéficient des services de santé    Blanchiment de capitaux/financement du terrorisme: 390 affaires en 2019 et 2020    Une tonne de drogue saisie à Errachida    Opération «mains propres»: Au-delà du trafic d'alcool...    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    La Barbade déclenche son «Queenxit»    US Round Up du jeudi 24 septembre – Ségrégation scolaire, Ecoles contaminées, Chômage, Trump/Markle,    A quoi servent les rapports d' activité des institutions de gouvernance ?    FAR: le général Louarak en visite d'inspection au mur de défense    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Zidane au Wydad, Roberto Carlos confirme!    Ayoub El Kaabi de retour au Wydad!    Zlatan Ibrahimovic testé positif au covid-19    Ce soir, finale Supercoupe UEFA : Une présence marocaine et une menace covidienne !    Derby Casablancais : Le DTN et ses collaborateurs présents en mission officielle    La nécessité de la Politique !    Le camarade Abdelhak Khyari tire sa révérence    Wafa Assurance, quels impacts du covid-19 ?    30.000 tests anti-Covid rapides effectués dans la région de Fès-Meknès    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    CGEM : une Commission Afrique avec Abdou Souleye Diop et Ali Zerouali    La CGEM accueille trois nouvelles Fédérations    La jeunesse du PJD veut la tête de Mohamed Amekraz    Vers une alternance consensuelle ?    Settat: le covid-19 force un lycée à adopter l'enseignement à distance    Covid-19. Les Chinois nous piquent bien    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    Le ministère de l'éducation nationale et le CESE signent une convention-cadre pour le partage d'expériences et de données    Fès : un brigadier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un individu dangereux    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alexandre Benalla, un garçon posé qui devient parfois "Rambo"
Publié dans Libération le 26 - 07 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/24010072-26028637.jpg?v=1532525093" alt="Alexandre Benalla, un garçon posé qui devient parfois "Rambo"" title="Alexandre Benalla, un garçon posé qui devient parfois "Rambo"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/24010072-26028637.jpg?v=1532525118" alt="Alexandre Benalla, un garçon posé qui devient parfois "Rambo"" title="Alexandre Benalla, un garçon posé qui devient parfois "Rambo"" width="708" /
Alexandre Benalla, 26 ans, inculpé dimanche pour des violences contre un manifestant, a connu à l'ombre des politiques une ascension rapide, mais émaillée d'incidents.
Membre des jeunes socialistes issu d'un quartier populaire d'Evreux (nord-ouest), Alexandre Benalla intègre en 2010 le service d'ordre du Parti socialiste après avoir été portier de bar. "Gentil", "sérieux" : les témoignages recueillis sur lui dans sa Normandie natale sont positifs.
A son lycée, qu'il a quitté en 2009, on se souvient d'un "gamin gentil, poli et reconnaissant", rugbyman "attachant" et "pas bien costaud".
Un élu socialiste de l'Eure qui l'a connu à l'époque évoque "un jeune homme gentil, serviable, pondéré et calme. Quelqu'un qui voulait s'en sortir."
"C'était quelqu'un de calme et posé", se souvient aussi Eric Plumer, chef du service d'ordre du PS en 2010 et son premier employeur en politique, qui dit avoir "formé" M. Benalla et n'avoir "rien à lui reprocher".
Alexandre Benalla est affecté à la sécurité de l'ancienne numéro un du Parti socialiste, Martine Aubry. "Il était très sérieux dans les missions que je lui demandais", se souvient M. Plumer.
L'entourage de Mme Aubry évoque un homme "plutôt discret". Alexandre Benalla fait aussi partie du service d'ordre de François Hollande durant la campagne présidentielle en 2012.
M. Benalla travaille ensuite pour Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif: "Je m'en suis séparé au bout d'une semaine après une faute professionnelle d'une première gravité: il avait provoqué un accident de voiture en ma présence et voulait prendre la fuite", a-t-il raconté.
Titulaire d'un master de droit, selon la presse locale, M. Benalla effectuera un passage à Casablanca dans une société de sécurité. Il intègre ensuite l'équipe de sécurité d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle.
Il devient "l'épaule" du candidat, son plus proche garde du corps. Plusieurs journalistes se sont plaints de son comportement "musclé" et au siège de campagne du parti présidentiel En Marche!, on le surnomme "Rambo".
Des associations locales des Jeunes Communistes ont affirmé dans un communiqué qu'un de leurs camarades "a été frappé après avoir été traîné à l'écart" par M. Benalla en marge d'un rassemblement à Bobigny, en région parisienne, en 2016.
Le niveau de ses dépenses pousse Cédric O, alors trésorier et devenu conseiller d'Emmanuel Macron, à le rappeler à l'ordre sur "ce qui peut faire l'objet d'une note de frais ou pas" dans un courriel interne publié dans les Macron Leaks.
Dans d'autres mails issus des Macron Leaks, Alexandre Benalla a aussi été rappelé à l'ordre en mars 2017 par Cédric O alors qu'il souhaitait passer "commande d'armes pour le mouvement" (pistolets "gomme cogne" à munitions en caoutchouc, flash-ball, boucliers anti-émeute, etc).
M. Benalla s'était vu refuser une autorisation de port d'arme pendant la campagne par le cabinet du ministère de l'Intérieur. Il l'a obtenue ensuite via la préfecture de police de Paris.
Celui dont le mariage devait être célébré le week-end dernier est lieutenant-colonel de la réserve opérationnelle de la gendarmerie nationale, un grade élevé qui n'est presque jamais atteint avant 40 ans, mais "conféré au titre de son niveau d'expertise", a justifié la gendarmerie.
"Il n'a pas été employé depuis 2015", a-t-elle précisé. Et "en 2017, il a été radié à sa demande de la réserve opérationnelle, et a été intégré comme spécialiste expert pour apporter un éclairage sur la fonction protection".
Après la victoire d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla est "chargé de mission" en matière de sécurité, en tant qu'adjoint au chef de cabinet du président, François-Xavier Lauch. Il est perçu comme un des très proches garants de la sécurité du président, qu'il accompagne souvent lors de divers déplacements, officiels ou privés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.