Maroc/Covid-19: la répartition des 826 nouveaux cas par villes    C1: Coman et Boateng joueront contre le Barça    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Béni Mellal: une panne d'électricité provoque l'ire des habitant de plusieurs quartiers    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Coronavirus : 826 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 34.063 cas cumulés lundi 10 août à 18 heures    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Alerte météo: averses orageuses ce lundi au Maroc    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Une voie vers l'amélioration de la performance des services publics    Les hôteliers en déception!    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Chaleur : Comment rafraichir vos animaux de compagnie    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jim Ratcliffe, discret entrepreneur devenu première fortune britannique
Publié dans Libération le 21 - 08 - 2018

Discret fondateur d'un géant industriel, l'entrepreneur et partisan du Brexit Jim Ratcliffe est désormais en pleine lumière après avoir accumulé la plus grande fortune du Royaume-Uni, qu'il a choisi de transférer à Monaco.
L'homme d'affaires de 65 ans, patron du groupe de chimie Ineos, est devenu la première fortune britannique en 2018 avec un patrimoine estimé à 21 milliards de livres (23,5 milliards d'euros), selon le classement établi en mai par le Sunday Times.
Il n'était que 18e un an auparavant mais la valeur de son entreprise, dont il détient 60%, a été fortement revue en hausse.
Rien ne prédestinait Jim Ratcliffe à devenir milliardaire et à être récemment anobli par la reine, lui qui a grandi dans un logement social dans la banlieue de Manchester (nord de l'Angleterre).
L'ancien étudiant en chimie de l'Université de Birmingham et titulaire d'un MBA de la London Business School a bâti dans l'ombre Ineos, devenu un mastodonte industriel dans un pays dominé par le secteur des services.
Sir Jim a passé plusieurs années dans la société d'investissement Advent International avant de se lancer à 40 ans dans le monde des affaires, puis de créer Ineos en 1998.
Son groupe réalise désormais des ventes annuelles de 60 milliards de dollars et emploie plus de 18.000 personnes sur ses 171 sites dans 24 pays.
Ineos a grandi à coup d'acquisitions, dont celle en 2005 du groupe de pétrochimie Innovene, filiale de BP, pour 9 milliards de dollars, qui lui a permis de changer de dimension.
Le milliardaire avait à cet occasion racheté la raffinerie géante de Grangemouth en Ecosse, où ses rapports avec les syndicats ont été néanmoins houleux.
Jim Ratcliffe croit en outre beaucoup au gaz de schiste, organisant fin 2016 l'arrivée en provenance des Etats-Unis de la première cargaison destinée au Royaume-Uni. L'entrepreneur voudrait même tenter sa chance en explorant le sol britannique, mais ses progrès sont lents dans un pays qui hésite à se lancer dans cette aventure.
Les produits chimiques fabriqués par Ineos se retrouvent par ailleurs dans de nombreux produits du quotidien, du gel douche aux médicaments.
Jamais avare de défis, M. Ratcliffe poursuit la diversification de son groupe dans le secteur automobile avec pour objectif de donner un successeur au célèbre 4x4 Land Rover Defender. Le groupe doit décider dans les prochains mois s'il choisit comme site d'assemblage le Royaume-Uni ou un pays d'Europe continentale.
M. Ratcliffe, par ailleurs marathonien, a également investi dans d'autres domaines en mettant la main sur le spécialiste des vêtements de motos Belstaff ou encore en rachetant le club de football suisse du FC Lausanne, lui le supporteur de Manchester United.
Malgré sa réussite, l'homme est longtemps resté mystérieux, certains le jugeant "secret" et "solitaire" et l'affublant de surnoms évocateurs comme "JR" de la série Dallas ou "Dr No", le méchant du premier film de la saga James Bond, selon un portrait publié par le Financial Times en 2014.
Cette discrétion constitue d'ailleurs une marque de fabrique du groupe Ineos qui n'est pas coté en Bourse et n'a donc pas l'obligation de dévoiler ses comptes.
L'homme d'affaires s'est toutefois positionné sur le sujet épineux du Brexit, s'affichant comme l'un des rares patrons à soutenir la sortie de l'UE, à l'image de l'entrepreneur James Dyson.
"Les Britanniques sont parfaitement capables de s'occuper des Britanniques et n'ont pas besoin que Bruxelles leur dise comment s'y prendre", avait-il assuré au Sunday Times un an avant le référendum de juin 2016.
Il a toutefois préféré assurer ses arrières et décidé, selon la presse britannique, de transférer sa fortune à Monaco, la principauté étant connue pour son système fiscal avantageux pour les grandes fortunes.
Les questions fiscales l'avaient déjà poussé à délocaliser le siège de son entreprise en Suisse en 2010, avant de le rapatrier à Londres en 2016, disant alors vouloir démontrer sa confiance dans l'économie britannique malgré le Brexit à venir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.