Finances: hausse du déficit budgétaire    US Round Up du mercredi 12 août – Kamala Harris, Bill de Blasio, Restaurants/Bars    Coronavirus: nouveau record au Maroc avec 1499 nouveaux cas    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.499 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 36.694 cas cumulés, mercredi 12 août à 18 heures    Ecoles privées et parents d'élèves : La confrontation reprend de plus belle    Champions League: heure, chaines...le programme des matchs (quarts de finale)    Un camion dérape, le chauffeur légèrement blessé    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Absence de mesures de sécurité sanitaire    Les victimes de l'immobilier!    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    OCP : Nouveau projet pour doubler la capacité de production d'Emaphos    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Dépistage gratuit pour les parlementaires : la coquetterie de trop ?    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Que vive le Liban des lumières !    «Ne touche pas à mon patrimoine»    DGSN: une opération de migration clandestine mise en échec par la PJ    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Santé : nouvelle décision d'Ait Taleb après l'augmentation des cas    La riposte de Trump au « Spoutnik V »    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Erdogan met la pression sur Ryad à propos de Khashoggi
Publié dans Libération le 10 - 10 - 2018

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a mis lundi les autorités saoudiennes au défi de "prouver" qu'un journaliste saoudien porté disparu avait quitté le consulat saoudien à Istanbul, après des informations sur son assassinat par des agents de Ryad.
"Les responsables du consulat ne peuvent pas s'en tirer en disant qu'il a quitté le consulat, les autorités compétentes doivent le prouver", a déclaré M. Erdogan lors d'une visite à Budapest, en réponse à une question sur le mystère entourant la disparition à Istanbul du journaliste saoudien critique Jamal Khashoggi.
"S'il est en parti, vous devez le prouver avec des images", a-t-il ajouté.
M. Erdogan, après s'être borné dimanche à indiquer qu'il attendait les résultats de l'enquête en cours sur la disparition, mardi, de M. Khashoggi, semble accentuer la pression sur Ryad. Les Saoudiens assurent que le journaliste a quitté le consulat à Istanbul après y avoir effectué des démarches administratives.
"Les allers et venues à l'aéroport sont en train d'être examinés. Il y a des gens qui sont venus d'Arabie saoudite. Le parquet est en train d'examiner cette question", a poursuivi le chef de l'Etat.
Peu avant les déclarations de M. Erdogan, les médias turcs ont révélé qu'Ankara avait demandé à fouiller le consulat saoudien d'Istanbul pour tenter d'élucider le mystère entourant la disparition de M. Khashoggi, 59 ans.
Selon la chaîne privée NTV, la demande a été formulée auprès de l'ambassadeur saoudien à Ankara par le ministère turc des Affaires étrangères où il a été convié dimanche, pour la deuxième fois en moins d'une semaine.
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane avait déjà invité vendredi les autorités turques à fouiller le consulat où Jamal Khashoggi s'était rendu mardi, mais d'où il n'est jamais sorti selon la police turque.
Le journaliste, un critique du pouvoir de Ryad qui écrivait notamment pour le Washington Post, s'était rendu au consulat en vue de son prochain mariage.
Des responsables turcs ont affirmé samedi soir que, selon les premiers éléments de l'enquête, M. Khashoggi a été assassiné à l'intérieur du consulat.
Des sources turques ont affirmé que l'opération avait été menée par un groupe composé de 15 personnes qui se sont rendues au consulat après être arrivées à Istanbul à bord de deux avions le même jour.
Une manifestation a été organisée devant le consulat lundi, rassemblant des soutiens du journaliste qui brandissaient son portrait barré du message "Nous ne partirons pas sans Jamal Khashoggi".
"Nous exigeons sa libération immédiate s'il est vivant", a déclaré à la presse Mohamed Okda, un consultant en politique et ami du journaliste. "Sinon, nous aimerions savoir ce qui lui est arrivé exactement et les détails de ce qui s'est passé".
"Nous souhaitons que sa situation soit éclaircie le plus rapidement possible", a déclaré à Paris la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll.
Dans un éditorial dimanche, le Washington Post a également appelé les Etats-Unis à "exiger des réponses fortes et claires" de l'Arabie saoudite. "Si le prince héritier ne répond pas en coopérant pleinement, le Congrès doit, dans un premier temps, suspendre toute coopération militaire avec le royaume", estime le quotidien.
Citant un responsable américain briefé sur la question par ses homologues turcs, le journal affirme que "le corps de Khashoggi a été probablement découpé et mis dans des caisses avant d'être transféré par avion hors du pays".
Donald Trump s'est dit "préoccupé" lundi par la disparition du journaliste. "J'espère que ça s'arrangera. A l'heure actuelle, personne ne sait rien là-dessus. De mauvaises histoires circulent. Je n'aime pas ça", a déclaré le président américain à des journalistes à la Maison Blanche.
"Nous appelons le gouvernement d'Arabie saoudite à soutenir une enquête approfondie sur la disparition de M. Khashoggi et à être transparent quant aux résultats de cette enquête", a indiqué dans un communiqué son secrétaire d'Etat, Mike Pompeo.
M. Khashoggi s'est exilé aux Etats-Unis l'année dernière, redoutant une arrestation après avoir critiqué certaines décisions de Mohammed ben Salmane et l'intervention militaire de Ryad au Yémen. Ryad promeut une campagne de modernisation depuis que Mohammed ben Salmane a été désigné héritier du trône en 2017. Mais la répression contre les dissidents, avec des arrestations de religieux, de personnalités libérales et aussi de militantes féministes s'est accentuée depuis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.