Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc à la conquête de l'espace
Publié dans Libération le 19 - 11 - 2018

Une fusée Vega lancera dans la nuit de mardi à mercredi depuis Kourou en Guyane un satellite d'observation de la terre Mohammed VI-B pour le compte du Maroc, a annoncé la société Arianespace.
"Pour son neuvième lancement de l'année, et le treizième avec le lanceur Vega depuis le début de son exploitation au Centre spatial guyanais (CSG) en 2012, Arianespace mettra en orbite le satellite Mohammed VI-B pour le compte du Royaume du Maroc", a indiqué la société européenne de lancement dans un communiqué.
Le décollage est prévu mardi à 22H42 heure de Kourou (01H42 GMT le mercredi). La mission durera environ 55 minutes du décollage à la séparation du satellite.
Le satellite Mohammed VI-B servira notamment aux activités cartographiques et cadastrales, à l'aménagement du territoire, au suivi des activités agricoles, à la prévention et à la gestion des catastrophes naturelles, au suivi des évolutions environnementales et de la désertification ainsi qu'à la surveillance des frontières et du littoral, a également indiqué Arianespace.
Il rejoindra dans l'espace son binôme le satellite Mohammed VI-A, lancé par Arianespace le 7 novembre 2017.
Le satellite a été réalisé par le consortium Thales Alenia Space et Airbus pour le Maroc.
Il convient de rappeler qu'une fusée Vega avait mis sur orbite, en novembre dernier, un autre satellite marocain, dénommé «Mohammed VI–A »
Mis au point par le Centre national d'études spatiales (CNES) français en partenariat avec Airbus Defence and Space et Thales Alenia Space (son développement a nécessité plus de dix ans de travail, jusqu'au lancement du premier satellite le 17 décembre 2011), il s'agit plus précisément d'un système d'imagerie spatiale à très haute résolution. «Il peut (…) suivre l'expansion des grands centres urbains, (…) surveiller l'activité des grands volcans de la planète ou (…) aider à l'élaboration des tracés routiers et ferrés», précise notamment le CNES sur son site officiel.
Pour ce faire, le système comprend deux satellites (Mohammed VI-A et B), lesquels, placés sur la même orbite à 694 km d'altitude, peuvent photographier n'importe quel endroit de la terre dans les 24h.
Ces satellites sont, à cet égard, dotés d'un instrument d'optique pouvant tout aussi bien opérer dans le visible que dans le proche infrarouge, et dont le détecteur extrêmement sensible réduit le temps d'exposition nécessaire à l'obtention des clichés (le système permet ainsi de réaliser jusqu'à 1.000 images par jour).
«Vraisemblablement, le contrôle et la réception des images devrait être opérés par le Centre Royal de télédétection spatiale (CRTS).
Il convient de rappeler que le premier satellite marocain avait été lancé le 10 septembre 2001 au moyen de la fusée russe Zenit-2 sur une orbite circulaire basse à 1000 km, tirée à partir du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.
La conception, la construction des sous-systèmes, le montage et l'intégration de l'ensemble de ce satellite baptisé « Zarkae Al Yamama » par Feu S.M Hassan II qui n'est plus fonctionnel depuis fort longtemps avaient été réalisés par des chercheurs marocains. Les tests ont été réalisés grâce au partenariat avec l'université technique de Berlin en Allemagne.
« Zarkae Al Yamama » était un satellite à défilement, c'est-à-dire qu'il effectuait chaque jour quatorze révolutions autour de la Terre, dont quatre au-dessus du Maroc et qu'il était censé opérer pendant un peu plus de deux ans, pour des missions scientifiques d'essais de technologies nouvelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.