Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Special Olympics: les champions marocains challengent leurs rivaux mexicains    Maroc/Covid-19: 1241 nouveaux cas, 28 autres décès    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    La CNOPS simplifie les procédures pour l'AMO    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Sauver le parc «Murdoch» du délabrement et de l'oubli    Le Maroc a rude épreuve!    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Une première dans l'histoire du Maroc!    Covid-19: Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile    Le Crocoparc Agadir accueille le plus grand serpent du Maroc    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Conseil de la concurrence : une institution stratégique incontournable    Wafa Assurance enregistre une baisse de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Ligue des champions : A Lisbonne, un "Final 8" sous bulle sanitaire    Messi s'est entraîné normalement avant le Bayern    Khalid Ait Taleb : Des centres de santé seront mis à disposition dans les quartiers pour accueillir les cas suspects de Covid-19    Le retour des castors    Les Sévillans Bounou et En-Neysiri en demi-finale de Ligue Europa    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    E.E.P gloutons : Benchaâboun soucieux de mettre de l'ordre dans ces établissements et entreprises publics budgétivores pour pas grand-chose    Contraventions durant l'Etat d'urgence sanitaire: un projet de décret fixe les procédures    Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition    "365 jours" Un film entre succès et polémique    La gastronomie marocaine à l'honneur à Bogotá    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Touché au pied droit, risque de rechute pour Neymar
Publié dans Libération le 25 - 01 - 2019

Neymar saison 2, le cauchemar recommence? A trois semaines du choc contre Manchester United, l'attaquant star du PSG souffre d'une "réactivation douloureuse de la lésion du cinquième métatarsien" au pied droit qui avait écourté sa saison dernière.
"Le traitement dépendra de l'évolution dans les prochains jours" et "toutes les options thérapeutiques doivent être envisagées", annonce le PSG dans son communiqué.
"Paris tremble", comme titre L'Equipe, mais Neymar garde l'espoir: dans la nuit, il a publié sur son compte Instagram une "story" où l'on voit le message en portugais "que ta volonté soit faite, Dieu" en dessous d'un tatouage où est écrit "1% de chance, 99% de foi". C'était la formule qu'il avait lancée après le revers 4-0 de son équipe du FC Barcelone à Paris, avant la fameuse remontada 6-1 en 8e de finale de Ligue des champions 2017.
Mercredi soir, le Brésilien de 26 ans a sollicité son remplacement peu avant l'heure de jeu du 16e de finale de Coupe de France contre Strasbourg (2-0) au Parc des Princes, après avoir enfoncé son pied droit dans la pelouse, lors d'une série de contacts avec le milieu Moataz Zemzemi.
Il avait dans un premier temps tenté de rejouer, puis s'était rendu à l'évidence. Il a quitté le terrain directement pour les vestiaires, en boîtant légèrement et en se dissimulant les yeux, en larmes selon des témoins.
Sa sortie n'a rien à voir avec celle, spectaculaire, de la saison dernière, sur une civière, après une fracture d'un os du pied. Avait suivi tout un feuilleton sur la nature exacte de la blessure et la durée d'indisponibilité du Brésilien, dont le retentissement était à la mesure d'un statut hors norme de joueur le plus cher du monde (222 millions d'euros en provenance du FC Barcelone à l'été 2017).
"Ney" avait dû déclarer forfait pour le 8e de finale retour face au Real Madrid, perdu par ses coéquipiers, puis pour le reste de la saison en club. Il n'avait repris qu'avec la sélection du Brésil, pour préparer la Coupe du monde.
Sa sortie prématurée mercredi soir inquiète forcément l'environnement parisien à l'approche du rendez-vous du 12 février en Ligue des champions, toujours la compétition sur laquelle sera jugée la saison du PSG. Le club domine outrageusement la scène française, même s'il ne pourra rééditer le carton plein national après son élimination en Coupe de la Ligue.
"Ney est inquiet, parce que c'est le même pied encore, le pied droit, au même endroit", a commenté l'entraîneur parisien Thomas Tuchel en conférence de presse. Son "joueur clef", comme il l'avait qualifié, était alors à l'hôpital pour des examens.
En pleine dynamique, Neymar rayonnait dans les statistiques (20 buts et 10 passes décisives en 23 matches, toutes compétitions confondues), et semblait épanoui, sur le terrain avec Kylian Mbappé surtout, et auprès de son nouvel entraîneur allemand.
Avec Tuchel, "c'est de l'amitié mais, en même temps, un très grand respect mutuel. Je le respecte en tant qu'entraîneur mais quand il faut se parler, on se parle. Depuis la première fois qu'on s'est parlé, j'ai développé cette grande affection envers lui. Quand tu as cette grande affection envers ton entraîneur, tu donnes ta vie sur le terrain", avait relevé Neymar dimanche sur Canal+.
Il avait aussi reconnu avoir eu "un peu de mal à s'adapter" à la ville et au club à son arrivée. "J'en ai un peu souffert, mais à présent je m'y sens déjà chez moi".
La blessure du N.10 vient s'ajouter à la récente entorse à la cheville gauche du milieu de terrain Marco Verratti, samedi lors de l'éclatante victoire contre Guingamp (9-0). L'Italien est lancé dans une course contre la montre pour être apte face aux Mancuniens de Paul Pogba, en grande forme depuis qu'Ole Gunnar Solskjaer a remplacé José Mourinho sur le banc en décembre.
Rennes dimanche, puis Lyon et Bordeaux début février sont au programme en Ligue 1 pour les Parisiens.
Contre Strasbourg, le quadruple tenant de la Coupe de France s'est tranquillement qualifié, avec des buts d'Edinson Cavani et d'Angel Di Maria (2-0). Mbappé, malade, était forfait.
Entre l'indisponibilité de Verratti, la brouille du club avec le milieu Adrien Rabiot et les dépannages plus ou moins convaincants de Dani Alves et Julian Draxler, le PSG est toujours à la recherche d'un milieu défensif. Tuchel lui-même a mis la pression sur le club dans ce sens. Mais avec la blessure de Neymar, l'inquiétude a changé de secteur de jeu, et surtout de dimension.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.