Il fait l'actu : Rachid Aouzal, nouveau DG de National Aviation Services Maroc    Paris : Les MRE victimes d'escroquerie immobilière manifestent au « SMAP IMMO »    Le Maroc et la France renforcent leur coopération en matière d'aviation civile    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    Le 8ème congrès national de la JS reporté à la mi-septembre    Benabdallah: Elire une nouvelle direction capable de dépasser les dysfonctionnements    Maroc Telecom: les détails de l'OPV    Objectif Downing Street : Qui face à Boris Johnson ?    Un panneau publicitaire blesse grièvement un homme à Casablanca…    Le marché de l'art sur la voie de la digitalisation    Nouveau clip : Abdelbasset Mriqi lance «Bogossa»    Remise des prix aux lauréats Marocains du concours national de la langue russe    Couverture sanitaire universelle : Un droit fondamental    Accréditation : London Academy Casablanca homologuée    Le Meeting International Mohammed VI d'athlétisme tient ses promesses    L'équipe du Maroc s'incline pour la seconde fois    Zahira Tigtate: Sa conception exemplaire d'art et de créativité    Une cellule liée à EI démantelée à Tétouan    Brésil: Bolsonaro face à la grogne populaire…    Voiture électrique. La ministre El Ouafi donne l'exemple    Production. L'industrie en convalescence    Finances publiques. Les recettes grimpent et dépenses stagnent    Hilale: Pas de solution à la question du Sahara en dehors de la souveraineté du Maroc    Les schémas de guerre    Port de Casablanca : L'ANP renforce le contrôle des marchandises    Le Maroc prend part aux Journées MENA-OCDE à Tunis    Pour l'amour du ballon rond ?    Boxe. La sélection nationale s'échauffe à Cuba    Forte participation marocaine au Salon international de l'aéronautique du Bourget    Le musée de la publicité inauguré à Rabat    Sublime Marcel Khalifé !    Edito : Inquiétant !    News    Rapport final de la XXVIIème Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie    Driss Lachguar s'entretient avec Vo Van Thuong, membre dirigeant du Parti communiste vietnamien    Le Maroc et le Portugal souhaitent consolider davantage la coopération énergétique bilatérale    Les lipides laitiers contribueraient à réduire le risque cardiovasculaire    Au menu, 5 grammes de plastique par semaine    Formation à Laâyoune sur l'intégration de la dimension handicap dans les programmes régionaux de développement    Mouvement des étudiants grévistes en médecine et en pharmacie    Insolite : Taper sur Trump ?    Présidentielle en Mauritanie : De joyeuses soirées sous la tente rythment la campagne    "Sarriverderci" Chelsea, Sarri à la Juventus    Patrice Bommel : Préserver d'abord le groupe    Prisme tactique : Le milieu de terrain, symbole de tous les maux    Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"    Ces tournages qui ont tourné au drame    La richesse du patrimoine culturel sahraoui au cœur du carnaval de Tan Tan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Green book : Un road-movie à travers les préjugés de l'Amérique des sixties
Publié dans Libération le 25 - 01 - 2019

"Green Book : sur les routes du Sud", road-movie de Peter Farrelly à travers les préjugés de l'Amérique des années 1960, trace sa route dans la direction des Oscars. Récompensé par trois Golden Globes et sacré meilleur film par le syndicat des producteurs américains (Producers Guild of America, PGA), le film est sorti France le 23 janvier 2019.
1962 : Don Shirley est un des rares pianistes classiques noirs de l'époque. Il s'apprête à entreprendre une tournée de concerts dans le sud américain ségrégationniste et engage pour le conduire et le protéger un blanc, Tony Lip, de son état videur italo-américain du Bronx. Ensemble ils aborderont le périple en voiture depuis Manhattan avec pour seule boussole un drôle de guide : le "Negro Motorist Guide", qui répertorie les lieux qu'un Noir peut fréquenter en toute sécurité... L'histoire est vraie. Elle devient un road-movie de Peter Farrelly, à la fois grave et souvent drôle qui repose sur la confrontation de deux personnes qui n'auraient eu aucune occasion de se côtoyer sans ce voyage, en évitant tout manichéisme. Ces deux hommes que tout éloigne vont apprendre peu à peu à se connaître et à dépasser leurs préjugés, jusqu'à ce que naisse entre eux une véritable amitié.
Le film a été initié et co-écrit par Nick Vallelonga, le fils du véritable Tony Lip. Peter Farrelly, habitué à l'univers de la comédie à travers les films co-réalisés avec son frère Bobby ("Mary à tout prix", "L'Amour extra-large", "Dumb and Dumber") a été séduit par ce projet, qu'il a décidé de rejoindre au stade de l'écriture. Ce long métrage "est très différent de mes précédents films, mais son histoire me ramène à ce que j'ai toujours voulu faire", explique Peter Farrelly dans le dossier de presse du film. "Je me suis empressé de dire à tout le monde que j'écrivais mon premier film dramatique... mais à y regarder de plus près, Don et Tony forment un duo assez curieux, quasi comique", avec "d'un côté un artiste raffiné et élégant, et de l'autre un videur brut de décoffrage", poursuit-il. Viggo Mortensen excelle dans le rôle de l'Italo-Américain bourru et tchatcheur, qui n'arrête pas de manger et de parler, et Mahershala Ali dans celui de l'artiste posé, cultivé et raffiné, à la carrière de pianiste classique contrariée, qui se trouve décontenancé par l'homme qu'il a en face de lui.
Réflexion bien écrite sur le racisme, "Green book" est "un film sur la bienveillance, qui montre que si l'on est ouvert au changement, on peut changer soi-même et ainsi faire évoluer les autres", souligne Viggo Mortensen.
Cette comédie dramatique de Peter Farrelly a déjà été récompensée, d'abord par le prix du public au Festival international de Toronto en septembre, puis par trois Golden Globes. Le 19 janvier, auprès du syndicat des producteurs américains (Producers Guild of America, PGA), il a supplanté entre autres "Bohemian Rhapsody", sacré aux Golden Globes dans la catégorie phare des meilleurs films dramatiques. Le palmarès du PGA se répète souvent aux Oscars.
Moins connu que les Golden Globes, le PGA est perçu comme un meilleur indicateur pour les Oscars et a vu ses choix confirmés durant 20 de ses 29 années d'existence, en particulier l'an dernier pour "La forme de l'eau". Mais en 2017 il avait récompensé "La La Land" alors que "Moonlight" avait triomphé aux Oscars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.