Le rapprochement "historique" entre le Canada et le Maroc permettra aux deux pays de travailler sur les grands enjeux du monde    LDC Afrique: Pour suivre le derby Maghrébin WAC-USMA    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    La ministre espagnole des AE inaugure le nouveau siège du Consulat général d'Espagne à Rabat    Programme des principaux matchs du vendredi 24 janvier    Le Maroc reconnaît le gouvernement de Bolivie    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Coronavirus : la Grande muraille de Chine et Disneyworld Shangai fermés à cause de l'épidémie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Wuhan Coronavirus Could Hit China's Economy Harder Than SARS    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    U.N. Suggests Bezos' Phone Was Hacked Using Saudi Crown Prince's Account    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Domaine maritime : Les députés donnent leur feu vert    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Vie des «pros» marocains d'Europe    Pas de hausse des taux des crédits bancaires en 2020    Le Maroc à la tête du groupe arabe de l'UNESCO    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    ONSSA : 17.641 tonnes d'aliments avariés détruites en 2019    Le Roi Mohammed VI félicite Chakib Alj, nouveau président du patronat marocain    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Dakhla : débats sur le rôle des anciennes bibliothèques dans la documentation civilisationnelle et culturelle du Sahara marocain    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Divers Economie    Le foncier confronté à des contraintes importantes en termes d'harmonisation et de convergence des objectifs et des actions    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nadine Labaki Première réalisatrice arabe en lice pour l'Oscar du meilleur film étranger
Publié dans Libération le 26 - 01 - 2019

Elle a découvert la passion des films sous les bombes, durant la guerre civile qui ravagea son pays. Mais Nadine Labaki ne s'imaginait pas qu'elle deviendrait un jour le visage du cinéma libanais dans le monde, avec des films comme "Caramel" ou encore "Capharnaüm", nominé pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Elle est aujourd'hui la première réalisatrice arabe et libanaise à concourir dans cette prestigieuse compétition. "Nommé aux Oscars ! C'est officiel: Capharnaüm est nommé pour le prix du meilleur film en langue étrangère. Quel honneur de voir notre film reconnu par l'Académie», écrit la réalisatrice sur le compte Instagram du film. «C'est un moment inoubliable pour tous ceux qui ont travaillé sur le film et qui ont cru en son message. Après des années de travail acharné et de dévouement de la part de chaque membre de l'équipe, nous avons des larmes de joie en cet important moment pour notre film et le cinéma libanais en général", ajoute la cinéaste qui a vu son film décrocher, en mai dernier, le si convoité Prix du jury au Festival de Cannes.
Coécrit par Nadine Labaki, Jihad Hojeily, Michèle Keserwani, avec la collaboration de Georges Khabbaz et la participation de Khaled Mouzannar, «Capharnaüm» est l'histoire de Zaïn, un enfant de 12 ans qui attaque ses parents en justice pour lui avoir "donné la vie" dans un monde injuste. Zain ne supporte pas que ses parents livrent à un adulte sa jeune sœur préférée de 11 ans. Quand elle meurt en fausse couche, il quitte le foyer pour faire sa vie dans une grande ville, s'occupe du bébé abandonné par une jeune réfugiée, est emprisonné, puis intente un procès à ses parents pour mauvais traitements. Le périple de Zain est prétexte à exposer le quotidien à Beyrouth, en proie au chaos et à la corruption, après une guerre interminable, toujours prête à reprendre. Nadine Labaki filme au niveau des trottoirs des gens dans un style reportage, mais avec de vrais personnages construits, en donnant une énergie folle à son film.
Zain Alrafeea, qui interprète ce petit garçon et dont le prénom a été gardé pour son personnage, est incroyable de véracité. D'une maturité étonnante, d'aucuns le verraient bien remporter le prix d'interprétation d'un grand festival. C'est peut-être aller vite en besogne, mais il est vrai que son assurance, le ton dont il use dans ses répliques pas toujours faciles, sa gestuelle, étonnent à chaque instant.
"Capharnaüm" restitue l'énergie de la rue dans laquelle se fond son jeune héros. Il fait corps avec elle, et devient un vecteur pour Nadine Labaki, lui donnant accès à l'âme d'une ville et de ses habitants.
La cinéaste traduit un drame humain, un drame de l'enfance et à travers lui, celui d'une famille. Zain a compris le petit manège de ses parents. Sa mère est pratiquement devenue une poule pondeuse qui négocie ses filles avec les meilleures parties pour survivre. En leur intendant un procès, Zain veut obtenir du tribunal son interdiction d'enfanter à nouveau, afin de prévenir de futures vies massacrées. Beau sujet, dans lequel s'engouffre la condition féminine, la misère, les mœurs d'une société libanaise déphasée et un message humaniste dans les paroles et le regard d'un enfant devenu adulte avant l'âge.
Née à Beyrouth en 1974, Nadine Labaki attrape le virus du cinéma de son père. "Il me racontait comment, enfant, il passait son temps dans une petite salle de cinéma tenue par mon grand-père, comment il aimait l'odeur des bobines", se rappelle-t-elle. "Il n'a pu réaliser son rêve de devenir réalisateur. J'ai grandi avec ça". Diplômée en études audiovisuelles à Beyrouth, elle réalise son film d'école, "11 rue Pasteur", qui obtient le Prix du meilleur court métrage à la Biennale du cinéma arabe de l'IMA (Paris) en 1998. "J'ai appris au Liban, un pays où il n'y a pas de réalisateur-référence", souligne Labaki.
Avec Ziad Doueiri ("L'insulte"), elle est la réalisatrice libanaise la plus reconnue internationalement en ce moment, même si des femmes comme Heiny Srour, Randa Chahal Sabbagh et Jocelyne Saab avaient déjà ouvert la route. Mais Nadine Labaki a la particularité de n'avoir ni étudié, ni vécu à l'étranger comme la plupart de ses compatriotes réalisateurs.
C'est à partir de 2003 qu'elle commence à faire parler d'elle avec des spots publicitaires et surtout des clips pour des chanteuses libanaises. Une rencontre avec la productrice belge Anne-Dominique Toussaint va la convaincre de se lancer dans son premier film, "Caramel". Mi-comédie mi-mélodrame, ce long-métrage devient l'un des plus grands succès du cinéma libanais de ces dix dernières années. Elle y attaque tous les tabous: adultère, homosexualité féminine, et même hyménoplastie. Avec son deuxième film "Et maintenant on va où" (2011, prix du public au Festival de Toronto), Labaki choisit de montrer une utopie pastorale pour dénoncer l'absurdité des guerres: des villageoises s'ingénient à empêcher un conflit entre leurs hommes, n'hésitant pas à louer les services de danseuses de cabaret ukrainiennes. Le succès est au rendez-vous de nouveau avec 350.000 entrées au Liban --un record-- et la presse française est enthousiaste. Militante, elle se porte candidate en 2016, sans succès, aux élections municipales sur une liste de la société civile face aux partis traditionnels.
Elle s'insurge lorsqu'on laisse entendre qu'elle fait des films qui plaisent au public occidental, se disant très "intuitive". Face à ceux qui jugent son message trop direct, voire naïf, elle assume. "Je veux que ça soit direct. Je ne veux plus voir des femmes vêtues de noir, qui voient leurs enfants mourir sous leurs yeux", dit-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.