Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    Cartier Saada: 80% du programme d'investissements réalisés    Une désinflation qui n'est pas forcément satisfaisante    Lions de l'Atlas. Une victoire, mais encore...?    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    L'université Ibn Zohr en apothéose!    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Voici l'Académie régionale qui a obtenu la meilleure moyenne au Bac    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Edito : Excédent au Bac    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    OPV Maroc Telecom. "Bon timing"    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Les marchands non financiers confiants pour le deuxième trimestre    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se déclare vainqueur de la présidentielle mauritanienne dès le premier tour    Washington a lancé des cyberattaques contre l'Iran    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Divers    "Futuristic Vision" remporte le prix de la meilleure Junior entreprise    Hamid El Kasri et Susheela Raman enflamment la scène Moulay Hassan    Mawazine 2019: Concerts explosifs de Lartiste et David Guetta à la scène OLM Souissi    Levée du drapeau du "polisario" sur scène. Soolking boycotté par les Marocains    Palestine. Une marche de soutien à Rabat    Délinquance en baisse à Fès: la DGSN donne des preuves    Baccalauréat 2019 : un taux de réussite de 65,55%    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    Ethiopie: le chef d'état-major de l'armée et le président de la région d'Amhara tués    Les Chikhates, une histoire impressionnante    Les Marocains seraient parmi les plus malhonnêtes au monde    MAURITANIE-PRESIDENTIELLE : MOHAMED ABDELAZIZ/GENERAL GHAZOUANI À L'INSTAR DE POUTINE/MEDVEDEV ?    L'Iran reste en alerte, Trump aurait renoncé à des représailles    Le Festival gnaoua et musiques du monde s'ouvre en grande pompe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nadine Labaki Première réalisatrice arabe en lice pour l'Oscar du meilleur film étranger
Publié dans Libération le 26 - 01 - 2019

Elle a découvert la passion des films sous les bombes, durant la guerre civile qui ravagea son pays. Mais Nadine Labaki ne s'imaginait pas qu'elle deviendrait un jour le visage du cinéma libanais dans le monde, avec des films comme "Caramel" ou encore "Capharnaüm", nominé pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Elle est aujourd'hui la première réalisatrice arabe et libanaise à concourir dans cette prestigieuse compétition. "Nommé aux Oscars ! C'est officiel: Capharnaüm est nommé pour le prix du meilleur film en langue étrangère. Quel honneur de voir notre film reconnu par l'Académie», écrit la réalisatrice sur le compte Instagram du film. «C'est un moment inoubliable pour tous ceux qui ont travaillé sur le film et qui ont cru en son message. Après des années de travail acharné et de dévouement de la part de chaque membre de l'équipe, nous avons des larmes de joie en cet important moment pour notre film et le cinéma libanais en général", ajoute la cinéaste qui a vu son film décrocher, en mai dernier, le si convoité Prix du jury au Festival de Cannes.
Coécrit par Nadine Labaki, Jihad Hojeily, Michèle Keserwani, avec la collaboration de Georges Khabbaz et la participation de Khaled Mouzannar, «Capharnaüm» est l'histoire de Zaïn, un enfant de 12 ans qui attaque ses parents en justice pour lui avoir "donné la vie" dans un monde injuste. Zain ne supporte pas que ses parents livrent à un adulte sa jeune sœur préférée de 11 ans. Quand elle meurt en fausse couche, il quitte le foyer pour faire sa vie dans une grande ville, s'occupe du bébé abandonné par une jeune réfugiée, est emprisonné, puis intente un procès à ses parents pour mauvais traitements. Le périple de Zain est prétexte à exposer le quotidien à Beyrouth, en proie au chaos et à la corruption, après une guerre interminable, toujours prête à reprendre. Nadine Labaki filme au niveau des trottoirs des gens dans un style reportage, mais avec de vrais personnages construits, en donnant une énergie folle à son film.
Zain Alrafeea, qui interprète ce petit garçon et dont le prénom a été gardé pour son personnage, est incroyable de véracité. D'une maturité étonnante, d'aucuns le verraient bien remporter le prix d'interprétation d'un grand festival. C'est peut-être aller vite en besogne, mais il est vrai que son assurance, le ton dont il use dans ses répliques pas toujours faciles, sa gestuelle, étonnent à chaque instant.
"Capharnaüm" restitue l'énergie de la rue dans laquelle se fond son jeune héros. Il fait corps avec elle, et devient un vecteur pour Nadine Labaki, lui donnant accès à l'âme d'une ville et de ses habitants.
La cinéaste traduit un drame humain, un drame de l'enfance et à travers lui, celui d'une famille. Zain a compris le petit manège de ses parents. Sa mère est pratiquement devenue une poule pondeuse qui négocie ses filles avec les meilleures parties pour survivre. En leur intendant un procès, Zain veut obtenir du tribunal son interdiction d'enfanter à nouveau, afin de prévenir de futures vies massacrées. Beau sujet, dans lequel s'engouffre la condition féminine, la misère, les mœurs d'une société libanaise déphasée et un message humaniste dans les paroles et le regard d'un enfant devenu adulte avant l'âge.
Née à Beyrouth en 1974, Nadine Labaki attrape le virus du cinéma de son père. "Il me racontait comment, enfant, il passait son temps dans une petite salle de cinéma tenue par mon grand-père, comment il aimait l'odeur des bobines", se rappelle-t-elle. "Il n'a pu réaliser son rêve de devenir réalisateur. J'ai grandi avec ça". Diplômée en études audiovisuelles à Beyrouth, elle réalise son film d'école, "11 rue Pasteur", qui obtient le Prix du meilleur court métrage à la Biennale du cinéma arabe de l'IMA (Paris) en 1998. "J'ai appris au Liban, un pays où il n'y a pas de réalisateur-référence", souligne Labaki.
Avec Ziad Doueiri ("L'insulte"), elle est la réalisatrice libanaise la plus reconnue internationalement en ce moment, même si des femmes comme Heiny Srour, Randa Chahal Sabbagh et Jocelyne Saab avaient déjà ouvert la route. Mais Nadine Labaki a la particularité de n'avoir ni étudié, ni vécu à l'étranger comme la plupart de ses compatriotes réalisateurs.
C'est à partir de 2003 qu'elle commence à faire parler d'elle avec des spots publicitaires et surtout des clips pour des chanteuses libanaises. Une rencontre avec la productrice belge Anne-Dominique Toussaint va la convaincre de se lancer dans son premier film, "Caramel". Mi-comédie mi-mélodrame, ce long-métrage devient l'un des plus grands succès du cinéma libanais de ces dix dernières années. Elle y attaque tous les tabous: adultère, homosexualité féminine, et même hyménoplastie. Avec son deuxième film "Et maintenant on va où" (2011, prix du public au Festival de Toronto), Labaki choisit de montrer une utopie pastorale pour dénoncer l'absurdité des guerres: des villageoises s'ingénient à empêcher un conflit entre leurs hommes, n'hésitant pas à louer les services de danseuses de cabaret ukrainiennes. Le succès est au rendez-vous de nouveau avec 350.000 entrées au Liban --un record-- et la presse française est enthousiaste. Militante, elle se porte candidate en 2016, sans succès, aux élections municipales sur une liste de la société civile face aux partis traditionnels.
Elle s'insurge lorsqu'on laisse entendre qu'elle fait des films qui plaisent au public occidental, se disant très "intuitive". Face à ceux qui jugent son message trop direct, voire naïf, elle assume. "Je veux que ça soit direct. Je ne veux plus voir des femmes vêtues de noir, qui voient leurs enfants mourir sous leurs yeux", dit-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.