Impôts: Peu utilisé, le rescrit n'a pas réduit la peur du contrôle    Douane: Le Brexit ne change rien avec le Royaume-Uni    Athlétisme: Les griefs de la mission parlementaire    Un Monde Fou    Hooligan    Du théâtre improvisé pour challenger les comédiens    Coronavirus: nouvelle sortie rassurante de l'OMS    Ouverture d'un consulat à Laâyoune : la Côte d'Ivoire refuse qu'on lui dicte sa conduite dans les relations internationales    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Mise en place d'un mécanisme de dialogue parlementaire entre le Maroc et le Chili    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    Divers sportifs    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    L'OMS opposée à toute prise de mesure disproportionnée contre le coronavirus    Divers Economie    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    Bon début d'année pour les aéroports marocains, Casablanca en tête    Béni Mellal: ils falsifiaient les dossiers de couverture médicale    Banque : des dizaines de milliers de suppressions de postes annoncées dans le monde    Virus : en Chine, le « cauchemar logistique » des entreprises étrangères    Escalade dans l'est de l'Ukraine: un soldat tué, cinq blessés (Kiev)    FIFM : Rémi Bonhomme nouveau directeur artistique de la 19ème édition    L'Oriental Fashion Show : Rajae Lahlou dévoile sa quête de soi    Un paysage politique recroquevillé!    Secousses telluriques: Au Maroc, la terre a tremblé    Le Raja s'incline en Egypte sur un petit score jouable à domicile    Liga: le Real Madrid accroché par le Celta Vigo    La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…    GPBM : le programme d'appui des PME connaîtrait déjà un engouement de la part des porteurs de projet    Maroc Telecom: un RNPG fortement impacté par la sanction de l'ANRT    Le thème est axé sur le terrorisme    Maroc-Guinée Equatoriale : Rencontre à Rabat pour «mettre en route» la coopération dans les domaines des mines et des hydrocarbures    Le Japon premier employeur privé étranger au Maroc    Un joueur du Wydad hospitalisé en urgence (PHOTO)    Starlink : Space X rate l'atterrissage en mer du premier étage de sa fusée    Parlement, l'action des commissions tourne au ralenti    « Biohacking » et transhumanisme : des Russes expérimentent avec leur corps    Deuxième édition de la Conférence sur les défis de l'Union africaine : Objectif, renforcer l'intégration et l'émergence du continent    La SNRT rend hommage à Feu Abderahmane Achour    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU accuse des officiels saoudiens du meurtre de Khashoggi
Publié dans Libération le 09 - 02 - 2019

La rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires a affirmé jeudi détenir des "preuves" montrant que le "meurtre" du journaliste saoudien Jamal Khashoggi avait été "planifié et perpétré par des représentants de l'Etat d'Arabie saoudite".
Dans un communiqué, Agnès Callamard, de retour d'une mission en Turquie pour faire la lumière sur la mort le 2 octobre 2018 de l'éditorialiste au consulat saoudien d'Istanbul, a souligné que ce "meurtre" était "prémédité" et constituait "la violation la plus grave du droit le plus fondamental de tous, le droit à la vie".
Elle a également dénoncé l'utilisation de l'"immunité" diplomatique pour commettre un meurtre en toute "impunité".
"Les preuves recueillies au cours de ma mission en Turquie montrent de prime abord que M. Khashoggi a été victime d'un meurtre brutal et prémédité, planifié et perpétré par des représentants de l'Etat de l'Arabie saoudite", a affirmé Mme Callamard, citée dans le communiqué.
Plus de quatre mois après sa mort, le corps du journaliste, qui écrivait notamment pour le Washington Post, n'a toujours pas été retrouvé.
Son assassinat a plongé l'Arabie saoudite dans une grave crise diplomatique et a nettement terni la réputation du prince héritier Mohammed ben Salmane qui est accusé par des responsables américains et turcs d'avoir commandité le meurtre.
Ryad a toutefois imputé ce meurtre à des éléments "incontrôlés". Le procès de 11 suspects s'est ouvert début janvier en Arabie saoudite et le procureur général a requis la peine de mort contre cinq d'entre eux.
Ankara a plusieurs fois souligné la nécessité d'une enquête internationale sur cette affaire, déplorant le manque de transparence de l'enquête saoudienne.
Dans le communiqué, Mme Callamard a assuré que le meurtre de M. Khashoggi "violait à la fois le droit international et les règles fondamentales des relations internationales, y compris les exigences relatives à l'utilisation légale des missions diplomatiques".
"Les garanties d'immunité n'ont jamais eu pour but de rendre possible qu'un crime soit commis et d'exonérer ses auteurs de leur responsabilité pénale", a-t-elle écrit.
Son rapport final doit être présenté en juin devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, mais il devrait être publié quelques semaines auparavant, fin mai. Dans le rapport, elle présentera une série de recommandations, qui ne sont toutefois pas contraignantes pour les Etats.
Au cours de sa mission, Mme Callamard s'est notamment entretenue avec le procureur de la République à Istanbul et avec le chef des services secrets turcs, et a été reçue par les ministres turcs des Affaires étrangères et de la Justice.
Le communiqué n'indique pas si elle a pu avoir accès au consulat saoudien à Istanbul, comme elle l'avait demandé.
Son équipe a en revanche pu avoir accès à des "informations cruciales" sur le meurtre du journaliste, notamment des extraits d'un enregistrement audio "effrayant" qui se trouve entre les mains des services secrets turcs.
Mme Callamard a toutefois précisé que son équipe n'avait pas été en mesure d'effectuer un "examen approfondi" de ce matériel et qu'elle n'avait pas eu l'occasion d'authentifier l'enregistrement audio de manière indépendante.
A rappeler que le procureur général saoudien avait formellement requis la peine de mort contre cinq suspects à l'ouverture jeudi 3 janvier du procès des meurtriers présumés du journaliste Jamal Khashoggi, alors que des zones d'ombre demeurent dans cette affaire qui a terni l'image du royaume.
Trois mois après le meurtre, un procès s'était ouvert devant une Cour pénale de Ryad et onze suspects avaient comparu en présence de leurs avocats, selon un communiqué du procureur général publié par l'agence de presse officielle SPA.
Les avocats avaient demandé de prendre connaissance des accusations exactes portées contre leurs clients et un délai pour les étudier. Le tribunal avait accédé à leurs demandes, sans fixer de date pour la prochaine audience, pendant que l'enquête se poursuit, selon le communiqué.
Le 20 octobre, les autorités saoudiennes avaient annoncé le limogeage de cinq personnalités présentées comme des responsables indirects du meurtre.
Parmi elles figure le général Ahmed al-Assiri, chef adjoint du renseignement accusé, selon le procureur, d'avoir ordonné à une équipe de 15 agents de ramener de "gré ou de force" Khashoggi en Arabie Saoudite.
Autre responsable destitué: Saoud al-Qahtani, conseiller à la Cour royale qui aurait joué un rôle de premier plan dans l'expédition turque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.