Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie écartelée entre les revendications populaires et les calculs de clans intéressés
Publié dans Libération le 04 - 03 - 2019

L'Algérie a retenu hier son souffle tout au long de la journée et de la soirée. Le délai de dépôt des candidatures à la prochaine présidentielle devant se terminer dimanche à minuit, personne ne pouvait augurer de la décision du président Bouteflika. Allait-il se retirer sur la pointe des pieds ou ramer à contre-courant de la vox populi ?
Quoi qu'il en soit, le pays ne cesse de danser sur des braises ardentes depuis plusieurs semaines. Précisément depuis que l'annonce d'un cinquième mandat a alimenté la tension et suscité la colère des Algériens qui n'ont eu d'autre recours que d'exprimer leur ras-le-bol par l'organisation de nombre de manifestations dans les principales villes.
La tension pourrait s'exacerber si Bouteflika voire son clan continue de faire la sourde oreille face aux revendications des manifestants et dépose sa candidature à un cinquième mandat auprès du Conseil constitutionnel.
« La situation en Algérie est très grave. La crise actuelle est due au fait que le système algérien est hermétiquement verrouillé. Ce qui explique la difficulté de trouver une alternative à Bouteflika », nous a déclaré Moussaoui Ajlaoui, expert associé au Centre d'études pour l'Afrique et le Moyen-Orient (AMES Center). Et de préciser qu' « il y a des pressions sur le clan Bouteflika. C'est dans ce sens qu'il faut comprendre le limogeage de quelques figures de ce clan comme l'ancien premier ministre, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia pourrait également subir le même sort ».
Quel est la position de la puissante institution militaire dans cette crise ? Dans un premier temps, le chef d'état-major de l'armée algérienne et vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, a exprimé son soutien à la candidature de Bouteflika. Mais il a rectifié le tir, probablement sous la pression des manifestations, et rappelé dans une récente déclaration le soi-disant « degré de cohésion entre le peuple et son armée ».
L'accent doit être également mis sur les conflits entre le Département de surveillance et de sécurité (DSS) dirigé par Athmane Tartag qui fait partie du clan Bouteflika et la Direction centrale de la sécurité de l'armée (DCSA). « Ces conflits pourraient expliquer la fuite d'un enregistrement d'une récente conversation entre l'ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le patron du Forum des chefs d'entreprise (FCE), Ali Haddad et dans lequel les deux hommes parlent de l'éventualité du recours aux armes pour faire taire les manifestants», nous a précisé Moussaoui Ajlaoui. Et l'on sait qu'après cette fuite, Abdelmalek Sellal a été limogé de la direction de campagne du président Abdelaziz Bouteflika et remplacé par le ministre des Transports, Abdelghani Zaalane.
« Il y a des guerres intestines, il y a malaise en Algérie, il y a des manifestations, il y a des pressions. Si Bouteflika s'entête et décide de briguer la magistrature suprême, il faut craindre le pire et l'Algérie entrera dans une crise profonde dont personne ne sait quel en sera le dénouement », a-t-il mis en garde. Et de préciser : « La France semble incapable de trancher. Après les déclarations d'Emmanuel Macron de soutenir la candidature d'Abdelaziz Bouteflika, il y a maintenant des pressions pour que Paris le lâche pour ne pas reproduire le même scénario tunisien » et subir le même discrédit qui avait frappé la France suite au soutien qu'elle avait apporté au régime Ben Ali lors de la révolution tunisienne en 2011.
« Tout le monde est inquiet concernant la situation actuelle en Algérie, même le Maroc. L'on sait que l'histoire de ce régime algérien verrouillé montre qu'il a toujours instrumentalisé la carte du Royaume durant les périodes de crises qu'il a eu à affronter», a-t-il souligné avant d'affirmer qu' « une révolution en Algérie pourrait avoir des répercussions aussi bien sur tous les pays de la région (le Maroc, la Tunisie, le Mali, la Libye…) que sur ceux de la rive Nord de la Méditerranée ».
Il convient de noter que le quotidien français Le Journal de Dimanche avait envisagé quatre scénarios possibles en Algérie. Le premier : le régime algérien réprime dans le sang les manifestations. Le deuxième a trait au report des élections présidentielles prévues pour le 18 avril prochain. Le troisième évoque la possibilité du retrait de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika, mais cette éventualité semble « totalement écartée» par son clan. Le quatrième est un scénario «à la syrienne». «C'est un argument qui revient sans cesse dans les discours du pouvoir pour décourager la protestation», a souligné le quotidien français.
Mourad Tabet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.