Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la Renaissance Sportive de Berkane    Jeunesse et espoir    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'indicible quotidien des migrants en région du Nord
Publié dans Libération le 26 - 03 - 2019

Le Maroc est-il en train de renoncer à ses engagements internationaux en matière de respect des droits des migrants ? C'est ce que laisse penser le rapport de l'AMDH section-Nador sur la situation des migrants dans cette ville en 2018 présenté dernièrement à Rabat.
Ainsi concernant le droit à la vie et à l'intégrité physique, le rapport indique que ladite année a enregistré l'augmentation du nombre de morts sur la route migratoire comme en atteste le nombre de cadavres déposés à la morgue de la ville qui est estimé à 244. Il y a également le cas de cinq décès dans les campements à cause des conditions de vie très difficiles, deux décès survenus sur les barrières grillagées qui séparent les présides occupés du reste du Maroc et deux morts durant les refoulements en bus. Les dépouilles ne sont souvent pas identifiées et sont inhumées dans des conditions inhumaines au cimetière de Nador.
Le rapport fait également état d'attaques violentes contre les migrants menées par des brigades spécialisées des Forces auxiliaires, de la police et des agents d'autorité. A ce propos, l'AMDH a recensé des cas de violences corporelles, de destruction des biens et d'incendie des abris ainsi que de deux tentatives de viol qui sont restées sans suite et du dépouillement des migrants de leurs téléphones et de leur argent sans que des PV de saisie aient été établis.
Concernant le droit de circulation, le rapport indique que les arrestations sont devenues monnaie courante, qu'elles sont effectuées partout (campements et maisons, moyens de transport, agences de transfert d'argent, rues, hôpitaux…) et qu'elles englobent également les femmes, les enfants, les blessés et même les migrants qui disposent de cartes de séjour ou de visas en bonne et due forme. Le document recense ainsi près de 9.100 arrestations à Nador et plus de 15.000 à Tanger.
L'AMDH note également que ces migrants font l'objet de refoulements à chaud qui sont devenus une pratique courante opérée par mer au niveau des ports de Béni Ensar et de Cap de l'eau et que ces refoulements touchent aussi des mineurs.
Les rédacteurs du rapport estiment que l'ensemble de ces restrictions a impacté négativement le droit à la libre-circulation qui est devenue très onéreuse. En fait, les migrants subsahariens paient entre 2.000 et 5.000 euros à des réseaux structurés de trafiquants qui n'hésitent pas à exploiter leur situation de vulnérabilité.
Le rapport fait aussi cas d'exploitation sexuelle des femmes, de menaces et de violences, de renvois de migrants dans des conditions dangereuses, de refus de donner des informations concernant les morts et les disparus, etc. Il précise en outre que l'AMDH a contacté, à ce propos, le ministère de l'Intérieur qui, semble-t-il, n'a pas donné une suite favorable à sa demande concernant l'arrestation de ces trafiquants. «Au lieu d'arrêter ces grands trafiquants installés dans les grandes villes, les autorités marocaines traquent et arrêtent leurs victimes alors même que ces arrestations servent plutôt les intérêts des trafiquants et des autorités», indique le rapport. Et de préciser : «En 2018, les autorités marocaines ont déclaré avoir démantelé 12 réseaux de trafiquants à Nador où des agents des Forces auxiliaires étaient impliqués (le plus haut gradé d'entre eux avait le grade de commandant)».
Quant au droit des personnes en quête de protection internationale, le rapport indique qu'il n'y a pas de reconnaissance officielle de ces personnes en tant que réfugiés et qu'il y a des consignes leur interdisant de se rapprocher du premier poste de contrôle marocain et d'accéder au bureau d'asile ouvert à Mellilia. Pis, ces personnes font l'objet d'actes de torture dans les locaux du commissariat de Béni Ensar et de violences au niveau des postes frontaliers.
Cette interdiction a donné lieu à la floraison d'un trafic humain juteux qui cause des drames puisqu'il y a aujourd'hui beaucoup de familles qui vivent séparées entre Nador et Mellilia.
S'agissant des mineurs non accompagnés, le rapport indique qu'ils sont victimes d'arrestations abusives et de refoulements et que l'année 2018 a enregistré, selon l'AMDH, 20 campagnes d'arrestation à Nador et Béni Ensar, au cours desquelles près de 650 mineurs ont été appréhendés et refoulés vers l'intérieur du Maroc.
Le rapport souligne, en outre, que ces mineurs vivent dans la rue et que les autorités marocaines n'interviennent quasiment pas pour faire respecter les dispositions de la Convention internationale des droits de l'enfant pourtant ratifiée par le Maroc. Pis, conclut ledit document, leur dossier est exploité à des fins politiciennes par les autorités de Mellilia qui évoquent une augmentation importante des arrivées de mineurs à ce préside occupé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.