CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    SIAM 2019: Nouveau produit d'assurance pour la volaille    #Live, l'offre de la Banque Populaire dédiée aux 18-25 ans    Le Rap à l'honneur à la 18ème édition de Mawazine    La Cigogne volubile, un voyage à travers le conte et l'Afrique    Agro It Days 2019. L'agriculture prépare sa transformation digitale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Maître Gims s'engage en faveur de la formation des jeunes africains    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    Climat des affaires. Ce que dit le diagnostic parlementaire    « Béchir doit être jugé »: Le cri des victimes du conflit au Darfour    Réunion du Bureau politique du PPS    SIAM 2019 : Les détails des rencontres bilatérales entre le Maroc et les pays africains    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    Khalid Naciri invité mardi prochain du Forum de la MAP    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    Carlos Ghosn va de nouveau être inculpé au Japon    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Présentation de «Khenifiss de Tarfaya, la légende du petit scarabée» de Karim Anegay    «La filière bio est créatrice d'emplois par excellence»    BMCE Bank of Africa lance la 1ère ligne de financement marocaine destinée à la gestion des ressources en eau    Des valeurs piétinées à Aït Melloul!    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Meknès. Doukkali Inaugure l'hôpital Mohammed V après sa réhabilitation    Le Marrakech Mining Convention se tiendra chaque année    Nador : La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire au sein d'écoles publiques    Un détenu de la prison locale de Tétouan se donne la mort    Les agences d'Attijariwafa bank Europe font peau neuve    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Driss Lachguar : Notre objectif est d'éviter des situations où les institutions et donc le pays se trouvent bloqués pendant de longs mois    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Le Bureau marocain du droit d'auteur n'a pas renoncé au système numérique    Seddik Maâninou présente son autobiographie à Marrakech    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'indicible quotidien des migrants en région du Nord
Publié dans Libération le 26 - 03 - 2019

Le Maroc est-il en train de renoncer à ses engagements internationaux en matière de respect des droits des migrants ? C'est ce que laisse penser le rapport de l'AMDH section-Nador sur la situation des migrants dans cette ville en 2018 présenté dernièrement à Rabat.
Ainsi concernant le droit à la vie et à l'intégrité physique, le rapport indique que ladite année a enregistré l'augmentation du nombre de morts sur la route migratoire comme en atteste le nombre de cadavres déposés à la morgue de la ville qui est estimé à 244. Il y a également le cas de cinq décès dans les campements à cause des conditions de vie très difficiles, deux décès survenus sur les barrières grillagées qui séparent les présides occupés du reste du Maroc et deux morts durant les refoulements en bus. Les dépouilles ne sont souvent pas identifiées et sont inhumées dans des conditions inhumaines au cimetière de Nador.
Le rapport fait également état d'attaques violentes contre les migrants menées par des brigades spécialisées des Forces auxiliaires, de la police et des agents d'autorité. A ce propos, l'AMDH a recensé des cas de violences corporelles, de destruction des biens et d'incendie des abris ainsi que de deux tentatives de viol qui sont restées sans suite et du dépouillement des migrants de leurs téléphones et de leur argent sans que des PV de saisie aient été établis.
Concernant le droit de circulation, le rapport indique que les arrestations sont devenues monnaie courante, qu'elles sont effectuées partout (campements et maisons, moyens de transport, agences de transfert d'argent, rues, hôpitaux…) et qu'elles englobent également les femmes, les enfants, les blessés et même les migrants qui disposent de cartes de séjour ou de visas en bonne et due forme. Le document recense ainsi près de 9.100 arrestations à Nador et plus de 15.000 à Tanger.
L'AMDH note également que ces migrants font l'objet de refoulements à chaud qui sont devenus une pratique courante opérée par mer au niveau des ports de Béni Ensar et de Cap de l'eau et que ces refoulements touchent aussi des mineurs.
Les rédacteurs du rapport estiment que l'ensemble de ces restrictions a impacté négativement le droit à la libre-circulation qui est devenue très onéreuse. En fait, les migrants subsahariens paient entre 2.000 et 5.000 euros à des réseaux structurés de trafiquants qui n'hésitent pas à exploiter leur situation de vulnérabilité.
Le rapport fait aussi cas d'exploitation sexuelle des femmes, de menaces et de violences, de renvois de migrants dans des conditions dangereuses, de refus de donner des informations concernant les morts et les disparus, etc. Il précise en outre que l'AMDH a contacté, à ce propos, le ministère de l'Intérieur qui, semble-t-il, n'a pas donné une suite favorable à sa demande concernant l'arrestation de ces trafiquants. «Au lieu d'arrêter ces grands trafiquants installés dans les grandes villes, les autorités marocaines traquent et arrêtent leurs victimes alors même que ces arrestations servent plutôt les intérêts des trafiquants et des autorités», indique le rapport. Et de préciser : «En 2018, les autorités marocaines ont déclaré avoir démantelé 12 réseaux de trafiquants à Nador où des agents des Forces auxiliaires étaient impliqués (le plus haut gradé d'entre eux avait le grade de commandant)».
Quant au droit des personnes en quête de protection internationale, le rapport indique qu'il n'y a pas de reconnaissance officielle de ces personnes en tant que réfugiés et qu'il y a des consignes leur interdisant de se rapprocher du premier poste de contrôle marocain et d'accéder au bureau d'asile ouvert à Mellilia. Pis, ces personnes font l'objet d'actes de torture dans les locaux du commissariat de Béni Ensar et de violences au niveau des postes frontaliers.
Cette interdiction a donné lieu à la floraison d'un trafic humain juteux qui cause des drames puisqu'il y a aujourd'hui beaucoup de familles qui vivent séparées entre Nador et Mellilia.
S'agissant des mineurs non accompagnés, le rapport indique qu'ils sont victimes d'arrestations abusives et de refoulements et que l'année 2018 a enregistré, selon l'AMDH, 20 campagnes d'arrestation à Nador et Béni Ensar, au cours desquelles près de 650 mineurs ont été appréhendés et refoulés vers l'intérieur du Maroc.
Le rapport souligne, en outre, que ces mineurs vivent dans la rue et que les autorités marocaines n'interviennent quasiment pas pour faire respecter les dispositions de la Convention internationale des droits de l'enfant pourtant ratifiée par le Maroc. Pis, conclut ledit document, leur dossier est exploité à des fins politiciennes par les autorités de Mellilia qui évoquent une augmentation importante des arrivées de mineurs à ce préside occupé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.