ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Formation professionnelle. Les objectifs seront-ils atteints ?    Moyens de paiement. Comment le cash résiste    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Afriquia transforme les idées en entreprises    La CGEM en mode sauve-qui-peut    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    Parlement: L'opposition mobilise ses troupes    Un Monde Fou    Tunisie: Une nouvelle ère commence    World Policy Conference: La gouvernance mondiale défie la protection du climat    Majorité: Reprise des hostilités    Préscolaire: Les directeurs des académies au Parlement    Education: «En Finlande, nous jouons sérieusement!»    Grâce royale pour Hajar Raissouni    Jameson Maroc célèbre la musique rock    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    La Cité des métiers et des compétences de Laâyoune ouvrira ses portes en 2021    La confiance des ménages continue de fléchir    Le HCP et l'UNFPA renforcent leur partenariat    Plusieurs pays réaffirment leur soutien à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Omar Hilal réélu vice-président de l'ECOSOC    Prix Katara du roman arabe : deux Marocains primés    Lors d'une parade dans la métropole : 300 motards sillonnent Casablanca pour mettre en scène l'esprit de Harley-Davidson    Les personnes âgées au cœur du nouveau modèle de développement    Session ordinaire de la commune de Tanger : Levée du huis clos    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    Halilhodziç demande de la "patience"    Renault : Mandats suspendus pour Thierry Bolloré    Les démocrates avancent dans leur enquête en vue de destituer Trump    Islamophobie: La tribune des 90 personnalités françaises devient une pétition à succès    Ainsi parlait Zarathoustra!    Les Lions de l'Atlas s'inclinent en amical face au Gabon    Que le jasmin prospère    Maroc-Gabon : le dernier test de Vahid Halilhodžić    Les chorégraphes font de la résistance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Everest pour la 23ème fois
Publié dans Libération le 24 - 05 - 2019

Le Népalais Kami Rita Sherpa a atteint le sommet de l'Everest pour la 23e fois, et battu ainsi le record du nombre d'ascensions du toit du monde qu'il avait établi il y a un an, a annoncé l'organisateur de cette expédition.
Guide professionnel depuis plus de deux décennies, Kami Rita s'est hissé en 1994 pour la première fois au sommet de la montagne, qui culmine à 8.848 mètres.
"Je n'ai jamais grimpé pour les records, je ne faisais que travailler. Avant, je ne savais même pas qu'il y avait des records à établir", avait déclaré il y a un mois l'alpiniste de 49 ans, qui a déjà gravi d'autres "8.000" comme le deuxième plus haut sommet du monde, le K2.
Avec sa 22e ascension l'an passé, il avait déjà battu le record qu'il partageait avec deux autres sherpas.
Ethnie montagnarde dont le nom est devenu dans le langage courant synonyme de porteur ou de guide d'alpinisme, les Sherpas constituent la colonne vertébrale de l'industrie de l'himalayisme au Népal.
Ils sont réputés pour leurs capacités physiques à évoluer en très haute altitude, où la respiration se fait de plus en plus difficile. Leur corps acclimaté utilise en effet l'oxygène plus efficacement que celui des habitants des plaines, selon une étude scientifique britannique.
Cette saison, le Népal a délivré le chiffre record de 378 permis pour l'ascension de l'Everest. Chaque permis coûte 11.000 dollars.
Cela fait craindre de nouveaux embouteillages sur le toit du monde. Chaque titulaire d'un permis étant accompagné d'un guide, cela signifie qu'environ 750 personnes s'élanceront sur la même voie en quelques semaines.
Au moins 140 autres se préparent par ailleurs à attaquer la face Nord de l'Everest en partant du Tibet, selon des organisateurs d'expéditions.
Le nombre de personnes au sommet cette année pourrait dépasser celui de l'année dernière (807). Cinq personnes ont péri en 2018 lors de l'ascension.
L'Everest a été pour la première fois gravi en 1953 par le Néo-Zélandais Edmund Hillary et le Népalais Tenzing Norgay. Mais la démocratisation n'est intervenue que bien plus tard. Et certains craignent que le nombre de grimpeurs sur les pentes de l'Everest ne soit pas durable, d'une part pour des raisons de sécurité, et de l'autre en raison de la pollution qu'ils génèrent et des détritus qui s'accumulent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.