Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris
Publié dans Libération le 24 - 05 - 2019

Les conditions ne sont "pas réunies" en Libye pour un cessez-le-feu, a déclaré mercredi le maréchal libyen Khalifa Haftar en étant reçu à Paris par Emmanuel Macron, qui l'a appelé à reprendre le processus politique pour sortir le pays du chaos.
Alors que les combats ont gagné en intensité aux abords de la capitale libyenne, le président français a demandé à l'homme fort de l'Est de la Libye qu'une cessation des hostilités "intervienne le plus tôt possible", selon la présidence française.
Mais, a reconnu le palais présidentiel, "la défiance entre les acteurs libyens est plus forte que jamais" et "on voit bien l'impasse entre le souhait de la communauté internationale pour une cessation des hostilités et la manière de voir du maréchal Haftar".
Ce dernier ne s'est pas exprimé à l'issue de la réunion, qui a duré un peu plus d'une heure.
Durant les échanges, en présence du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le maréchal a "longuement expliqué et justifié", selon la présidence française, l'offensive militaire qu'il a lancée début avril sur Tripoli pour, a-t-il dit, lutter contre "les milices privées et les groupes radicaux" dont l'influence grandit dans la capitale.
Son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) fait cependant face à la résistance des forces du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et basé dans la capitale. Les combats ont fait depuis le 4 avril plus de 510 morts et 2.467 blessés, selon l'Organisation mondiale de la santé.
Le maréchal Haftar a présenté à M. Macron la situation sur le terrain comme étant "en progrès et en dynamique", en affirmant qu'il consolidait "progressivement ses positions".
A la fin de la réunion, il a semblé "convaincu qu'une reprise du processus politique était indispensable" mais "il n'a pas indiqué s'il allait faire une ouverture" en ce sens prochainement, selon la présidence.
De son côté, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a estimé mercredi à Tunis que le cessez-le-feu en Libye ne pouvait se faire sans le retrait des "agresseurs", c'est-à-dire des forces du maréchal Khalifa Haftar.
"L'appel à cessez-le-feu ne peut se faire qu'avec le retrait des forces de l'agresseur", a insisté M. al-Sarraj, dans un communiqué.
L'Elysée a annoncé que la diplomatie française serait "très active dans les prochaines semaines" pour essayer de favoriser une solution même si "nous ne sommes pas naïfs" face à "une situation délicate et difficile à décrypter". Elle maintiendra pour cela "un dialogue constant" avec l'ONU, l'Italie, ancienne puissance coloniale, les autres capitales européennes, Washington et les acteurs régionaux, comme l'Egypte.
Emmanuel Macron avait reçu le 8 mai le chef du GNA Fayez al-Sarraj, qui avait accusé la France de soutenir le maréchal Haftar, des critiques jugées "inacceptables et infondées" par Paris.
Le chef de l'Etat français fait preuve de "réalisme" en recevant MM. Sarraj et Haftar mais la visite de ce dernier "arrive un peu tard s'il s'agit de relancer un processus diplomatique, dont ni l'un ni l'autre ne veulent", souligne Emmanuel Dupuy, président du think-tank Institut prospective et sécurité en Europe (IPSE).
Très actif sur le dossier libyen il y a quelques mois, "Paris s'est remis à vouloir jouer le rôle de médiateur", mais Ankara, Doha et Moscou ont plus d'influence auprès des deux parties, selon lui.
Durant la discussion, le maréchal Haftar a évoqué de récentes livraisons d'armes étrangères dont auraient bénéficié les milices, malgré l'embargo de l'ONU.
L'émissaire de l'ONU pour la Libye Ghassan Salamé a mis en garde mardi devant le Conseil de sécurité contre "le début d'une guerre longue et sanglante" qui "pourrait conduire à la division permanente du pays".
Face à M. Haftar, l'Elysée a aussi fait part de ses "préoccupations" quant à la "recrudescence des actions de groupes armés" dans le sud de la Libye, à la frontière avec le Niger et le Tchad, deux pays proches de la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.