ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Formation professionnelle. Les objectifs seront-ils atteints ?    Moyens de paiement. Comment le cash résiste    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Afriquia transforme les idées en entreprises    La CGEM en mode sauve-qui-peut    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    Parlement: L'opposition mobilise ses troupes    Un Monde Fou    Tunisie: Une nouvelle ère commence    World Policy Conference: La gouvernance mondiale défie la protection du climat    Majorité: Reprise des hostilités    Préscolaire: Les directeurs des académies au Parlement    Education: «En Finlande, nous jouons sérieusement!»    Grâce royale pour Hajar Raissouni    Jameson Maroc célèbre la musique rock    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    La Cité des métiers et des compétences de Laâyoune ouvrira ses portes en 2021    La confiance des ménages continue de fléchir    Le HCP et l'UNFPA renforcent leur partenariat    Plusieurs pays réaffirment leur soutien à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Omar Hilal réélu vice-président de l'ECOSOC    Prix Katara du roman arabe : deux Marocains primés    Lors d'une parade dans la métropole : 300 motards sillonnent Casablanca pour mettre en scène l'esprit de Harley-Davidson    Les personnes âgées au cœur du nouveau modèle de développement    Session ordinaire de la commune de Tanger : Levée du huis clos    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    Halilhodziç demande de la "patience"    Renault : Mandats suspendus pour Thierry Bolloré    Les démocrates avancent dans leur enquête en vue de destituer Trump    Islamophobie: La tribune des 90 personnalités françaises devient une pétition à succès    Ainsi parlait Zarathoustra!    Les Lions de l'Atlas s'inclinent en amical face au Gabon    Que le jasmin prospère    Maroc-Gabon : le dernier test de Vahid Halilhodžić    Les chorégraphes font de la résistance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris
Publié dans Libération le 24 - 05 - 2019

Les conditions ne sont "pas réunies" en Libye pour un cessez-le-feu, a déclaré mercredi le maréchal libyen Khalifa Haftar en étant reçu à Paris par Emmanuel Macron, qui l'a appelé à reprendre le processus politique pour sortir le pays du chaos.
Alors que les combats ont gagné en intensité aux abords de la capitale libyenne, le président français a demandé à l'homme fort de l'Est de la Libye qu'une cessation des hostilités "intervienne le plus tôt possible", selon la présidence française.
Mais, a reconnu le palais présidentiel, "la défiance entre les acteurs libyens est plus forte que jamais" et "on voit bien l'impasse entre le souhait de la communauté internationale pour une cessation des hostilités et la manière de voir du maréchal Haftar".
Ce dernier ne s'est pas exprimé à l'issue de la réunion, qui a duré un peu plus d'une heure.
Durant les échanges, en présence du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le maréchal a "longuement expliqué et justifié", selon la présidence française, l'offensive militaire qu'il a lancée début avril sur Tripoli pour, a-t-il dit, lutter contre "les milices privées et les groupes radicaux" dont l'influence grandit dans la capitale.
Son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) fait cependant face à la résistance des forces du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et basé dans la capitale. Les combats ont fait depuis le 4 avril plus de 510 morts et 2.467 blessés, selon l'Organisation mondiale de la santé.
Le maréchal Haftar a présenté à M. Macron la situation sur le terrain comme étant "en progrès et en dynamique", en affirmant qu'il consolidait "progressivement ses positions".
A la fin de la réunion, il a semblé "convaincu qu'une reprise du processus politique était indispensable" mais "il n'a pas indiqué s'il allait faire une ouverture" en ce sens prochainement, selon la présidence.
De son côté, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a estimé mercredi à Tunis que le cessez-le-feu en Libye ne pouvait se faire sans le retrait des "agresseurs", c'est-à-dire des forces du maréchal Khalifa Haftar.
"L'appel à cessez-le-feu ne peut se faire qu'avec le retrait des forces de l'agresseur", a insisté M. al-Sarraj, dans un communiqué.
L'Elysée a annoncé que la diplomatie française serait "très active dans les prochaines semaines" pour essayer de favoriser une solution même si "nous ne sommes pas naïfs" face à "une situation délicate et difficile à décrypter". Elle maintiendra pour cela "un dialogue constant" avec l'ONU, l'Italie, ancienne puissance coloniale, les autres capitales européennes, Washington et les acteurs régionaux, comme l'Egypte.
Emmanuel Macron avait reçu le 8 mai le chef du GNA Fayez al-Sarraj, qui avait accusé la France de soutenir le maréchal Haftar, des critiques jugées "inacceptables et infondées" par Paris.
Le chef de l'Etat français fait preuve de "réalisme" en recevant MM. Sarraj et Haftar mais la visite de ce dernier "arrive un peu tard s'il s'agit de relancer un processus diplomatique, dont ni l'un ni l'autre ne veulent", souligne Emmanuel Dupuy, président du think-tank Institut prospective et sécurité en Europe (IPSE).
Très actif sur le dossier libyen il y a quelques mois, "Paris s'est remis à vouloir jouer le rôle de médiateur", mais Ankara, Doha et Moscou ont plus d'influence auprès des deux parties, selon lui.
Durant la discussion, le maréchal Haftar a évoqué de récentes livraisons d'armes étrangères dont auraient bénéficié les milices, malgré l'embargo de l'ONU.
L'émissaire de l'ONU pour la Libye Ghassan Salamé a mis en garde mardi devant le Conseil de sécurité contre "le début d'une guerre longue et sanglante" qui "pourrait conduire à la division permanente du pays".
Face à M. Haftar, l'Elysée a aussi fait part de ses "préoccupations" quant à la "recrudescence des actions de groupes armés" dans le sud de la Libye, à la frontière avec le Niger et le Tchad, deux pays proches de la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.