Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"
Publié dans Libération le 18 - 06 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/34846606-31752432.jpg?v=1560772139" alt="Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"" title="Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/34846606-31752432.jpg?v=1560772150" alt="Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"" title="Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"" width="708" /
L'administration publique moderne semble avoir perdu les idées cruciales pour la discipline. Cela résulte de la domination du modèle d'administration publique anglo-saxon, ou peut-être plus précisément américain, qui met l'accent sur la gestion et l'économie. L'attention accordée au droit et à la politique a diminué en conséquence. Ces phénomènes sont maintenant généralement considérés comme des facteurs externes à la matière. On remarque actuellement que l'Etat légalitaire «Rechtsstaat» démocratique n'est plus considéré comme un objet d'étude essentiel pour la recherche en matière d'administration publique ou pour l'évolution du domaine. L'administration publique est devenue une discipline technique, s'abstenant pratiquement de valeurs autres que celles d'efficacité, d'efficience et de performance qui régissent désormais les affaires publiques.
L'administration publique est devenue une discipline de gestion, de coûts et d'avantages, et de mise en œuvre efficace. Pendant ce temps, un certain nombre d'informations cruciales retient trop peu l'attention. Ce que l‘on semble oublier, ce sont les problèmes de fonctionnalité de l'Etat, des questions constitutionnelles, de légalité et de justice. Beaucoup d'hommes politiques, de chercheurs et de hauts cadres administratifs prennent souvent pour acquis l'importance de la loi, mais ils n'essaient pas sur le plan pratique d'en étudier l'importance pour le travail quotidien de la machine gouvernementale. En outre, le droit est considéré souvent comme un instrument comparable à tous les autres. Au mieux, la loi est une sorte de contrainte vague, à prendre en compte lors de la conception des stratégies et des politiques publiques et organisationnelles, sans trop d'effets réels. Actuellement, à force de nager dans la mouvance du «new public management», il est devenu rare de poser la question de savoir si certaines politiques sont autorisées en respectant le principe de la conformité à la loi. En conséquence, on assiste en même temps, sur le plan pratique, à une forte tendance à considérer le droit comme une chose lourde dont il faut diminuer l'effet, ou dans le pire des cas à éliminer. C'est une sorte de déification de la déréglementation et l'abandon de la bureaucratie. Un constat pratique et inquiétant de cette tendance montre que les défenseurs de l'approche libérale du mangement public ne reconnaissent pas ou oublient le rôle si important que présentent la loi et les réglementations dans le renforcement de l'intégrité des institutions administratives.
Dans cette situation problématique, l'administration publique est devenue vulnérable à cause de cette idée fausse qui affaiblit le principe de la légalité. Cela pourra être expliqué par le fait que, les défenseurs de la libéralisation extrême de la gestion publique considèrent que l'administration publique doit être assimilée à une entreprise et que les institutions doivent être gérées comme une entreprise. Cette tendance semble être en contradiction avec les principes de gestion axée sur les citoyens. D'autre part, il est temps de repenser l'inclusion du droit afin de contribuer à une vision plus équilibrée de l'administration publique moderne.
Enfin, il faut dire que l'administration publique concerne les processus de gouvernance dans le contexte d'un Etat légalitaire démocratique. L'administration n'est pas une science organisationnelle pour le secteur public sans aucun rapport avec le contexte culturel et politique. C'est un vaste domaine d'étude qui reconnaît le conflit de valeurs dans le domaine public et tente de le gérer de manière équilibrée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.