Le journaliste people Simo Benbachir, sera-t-il extradé vers le Maroc ?    ADM dégage des bénéfices pour la 2ème année consécutive    Raja-TP Mazembe: suivez le match en direct (Champions League)    Nasser Bourita : le Maroc n'interfère pas dans les attributions du Secrétaire général des Nations unies    Coronavirus: Avis aux voyageurs à destination du Maroc    Fadila Benmoussa absente du petit écran ce Ramadan    Un autre pays ouvre un consulat général à Dakhla    Plafonnement des honoraires : Une grève au menu pour les notaires    Il a plus que doublé entre 2002 et 2018 : Un parc automobile de 4,3 millions de véhicules    Fès : arrestation de deux individus pour implication présumée dans le détournement de médicaments publics    Le 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique se conclut par la « Déclaration de Laâyoune »    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend l'octroi de visas à sept nationalités    La NARSA met le paquet dans un vaste programme de sensibilisation    La direction des prisons répond à un proche de Zefzafi    Brexit : Londres songe à se retirer des négociations dès juin    La FRMF annule la suspension à vie de l'arbitre Hicham Tiazi    Fouad Chafik prolonge avec Dijon!    La République dominicaine soutient l'intégrité territoriale du Maroc, au niveau des Nations unies    Il y a 60 ans, Agadir: Penser la catastrophe    Création à Kinshasa d'une Chambre de commerce RDC-Maroc    Mais où est Obama ? Le grand absent omniprésent face à l'ascension de Sanders    60e anniversaire du séisme d'Agadir    Sahara marocain: le Parlement espagnol précise sa position    Agadir abrite le 27ème Rallye Maroc Classic en mars    L'armée syrienne tue plus de trente soldats turcs dans la région d'Idlib    Quarts de finale aller des Coupes africaines : Gare au faux pas !    Nadia Fettah Alaoui : Le tourisme contribue de 7% au PIB national    Akhannouch présente au Conseil du gouvernement les principaux axes de la nouvelle stratégie agricole    Le coronavirus plombe l'économie    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"
Publié dans Libération le 18 - 06 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/34846606-31752432.jpg?v=1560772139" alt="Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"" title="Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/34846606-31752432.jpg?v=1560772150" alt="Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"" title="Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"" width="708" /
L'administration publique moderne semble avoir perdu les idées cruciales pour la discipline. Cela résulte de la domination du modèle d'administration publique anglo-saxon, ou peut-être plus précisément américain, qui met l'accent sur la gestion et l'économie. L'attention accordée au droit et à la politique a diminué en conséquence. Ces phénomènes sont maintenant généralement considérés comme des facteurs externes à la matière. On remarque actuellement que l'Etat légalitaire «Rechtsstaat» démocratique n'est plus considéré comme un objet d'étude essentiel pour la recherche en matière d'administration publique ou pour l'évolution du domaine. L'administration publique est devenue une discipline technique, s'abstenant pratiquement de valeurs autres que celles d'efficacité, d'efficience et de performance qui régissent désormais les affaires publiques.
L'administration publique est devenue une discipline de gestion, de coûts et d'avantages, et de mise en œuvre efficace. Pendant ce temps, un certain nombre d'informations cruciales retient trop peu l'attention. Ce que l‘on semble oublier, ce sont les problèmes de fonctionnalité de l'Etat, des questions constitutionnelles, de légalité et de justice. Beaucoup d'hommes politiques, de chercheurs et de hauts cadres administratifs prennent souvent pour acquis l'importance de la loi, mais ils n'essaient pas sur le plan pratique d'en étudier l'importance pour le travail quotidien de la machine gouvernementale. En outre, le droit est considéré souvent comme un instrument comparable à tous les autres. Au mieux, la loi est une sorte de contrainte vague, à prendre en compte lors de la conception des stratégies et des politiques publiques et organisationnelles, sans trop d'effets réels. Actuellement, à force de nager dans la mouvance du «new public management», il est devenu rare de poser la question de savoir si certaines politiques sont autorisées en respectant le principe de la conformité à la loi. En conséquence, on assiste en même temps, sur le plan pratique, à une forte tendance à considérer le droit comme une chose lourde dont il faut diminuer l'effet, ou dans le pire des cas à éliminer. C'est une sorte de déification de la déréglementation et l'abandon de la bureaucratie. Un constat pratique et inquiétant de cette tendance montre que les défenseurs de l'approche libérale du mangement public ne reconnaissent pas ou oublient le rôle si important que présentent la loi et les réglementations dans le renforcement de l'intégrité des institutions administratives.
Dans cette situation problématique, l'administration publique est devenue vulnérable à cause de cette idée fausse qui affaiblit le principe de la légalité. Cela pourra être expliqué par le fait que, les défenseurs de la libéralisation extrême de la gestion publique considèrent que l'administration publique doit être assimilée à une entreprise et que les institutions doivent être gérées comme une entreprise. Cette tendance semble être en contradiction avec les principes de gestion axée sur les citoyens. D'autre part, il est temps de repenser l'inclusion du droit afin de contribuer à une vision plus équilibrée de l'administration publique moderne.
Enfin, il faut dire que l'administration publique concerne les processus de gouvernance dans le contexte d'un Etat légalitaire démocratique. L'administration n'est pas une science organisationnelle pour le secteur public sans aucun rapport avec le contexte culturel et politique. C'est un vaste domaine d'étude qui reconnaît le conflit de valeurs dans le domaine public et tente de le gérer de manière équilibrée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.