411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais
Publié dans Libération le 24 - 06 - 2019

En moins d'un an, Amine Harit est passé de meilleure jeune en Bundesliga, et du statut de titulaire dans le Onze marocain en Russie, à un joueur qui manque « de professionnalisme et de sérieux » selon son entraîneur de Schalke 04, et à une place de réserviste en équipe nationale qui lui a valu d'être absent du groupe des 23 présent à la CAN. Entre-temps, l'année de ses 22 ans, rien n'a été facile pour le milieu offensif. Dans un entretien accordé au quotidien sportif ‘'L'équipe'', l'ex-Nantais revient sur sa saison compliquée et notamment sur cette soirée qui a tout fait basculer, où il a percuté mortellement un homme qui traversait la chaussée à Marrakech. Un drame forcément déstabilisant.
S'il assure ne pas avoir été surpris par son absence de la liste du Maroc pour la CAN, explique-t-il, « Hervé Renard m'avait dit avant le stage de préparation que je partais parmi les trois réservistes » Amine Harit avoue avoir mésestimé l'impact que pouvait avoir le drame qu'il décrit comme « le pire moment de ma vie » et qu'il narre ainsi : « On allait manger avec mon petit frère aux alentours de 22 heures. Je ne roulais pas à une vitesse exceptionnelle mais je devais être à 10 ou 15 km/h au-dessus de la limite (60 kmh). Il y a cette personne qui traverse. Et puis le choc. Je me suis garé un peu plus loin, parce que j'ai eu du mal à réaliser. C'est très compliqué de le faire dans l'instant. Et j'ai attendu l'arrivée de la police, en état de choc ».
Poursuivi pour homicide involontaire, Amine Harit a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et à une amende de 8.600 dirhams, en plus d'une suspension de huit mois, du permis de conduire. Malheureusement, quand bien même se sentait-il « un petit peu mieux une fois que j'ai parlé à la maman, à la famille », l'international marocain concède que ce drame symbolisait « le début d'une période très compliquée. J'ai beaucoup pensé à cette personne ». Sur le terrain, ses performances s'en sont ressenties « bien que j'ai essayé d'être le même que la saison d'avant, une fois sur le terrain, je me disais "mais non, je n'y arriverai pas". Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais. »
Certainement rongé de culpabilité, le rendement du milieu de terrain à la technique soyeuse a dégringolé, mais sûrement pas au point d'endosser la catastrophique saison de son équipe « Ce qui m'est arrivé a été énormément commenté en Allemagne mais il n'y a pas qu'Amine Harit. Malheureusement, j'étais la cible la plus facile ». D'ailleurs, même son coach, Domenico Tedesco a mis en cause son professionnalisme, corroboré par un article qui le présente comme un accroc du casino « J'y suis allé trois ou quatre fois en février 2018. C'est sorti en janvier 2019 et ça disait que j'y allais toujours. Je n'ai jamais été accro. J'avais l'impression que les médias voulaient que je me cloître chez moi. Il fallait que je mette un masque avant de sortir. J'étais dans une paranoïa ».
Peu épargné par les aléas de la vie et les observateurs de la Bundesliga, Amine Harit ne se laisse pas pour autant abattre «J'ai eu un déclic quand j'ai su que j'allais être papa (il l'est depuis fin mai). Dans le foot, tu peux faire des conneries mais, avec un enfant, tu n'as pas droit à l'erreur. J'ai compris qu'il fallait que je change mes habitudes ». Désormais, on aura droit à un nouveau Amine Harit. Un Harit qui a enfin appris « à savoir ce qui était bon pour mon foot »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.