Fusion PSA-Fiat Chrysler : le couple va s'appeler Stellantis    Coronavirus : 165 nouveaux cas mercredi 15 juillet à 18 heures, 13.821 guérisons    Les festivités de la Fête du trône reportées    Identifiant unique des citoyens: L'alerte de la CNDP    Les mesures de sauvetage pour Royal Air Maroc    Avantages fiscaux: Le tribunal de l'UE blanchit Apple    Etudiants bloqués à l'étranger: Les examens en septembre    Identifiant unique des citoyens, le dessous des cartes    Rabat: nouvelles précisions sur la démolition du café des Oudayas    Tunisie: Elyes Fakhfakh jette l'éponge    France: le gouvernement Castex détaille sa feuille de route    Coronavirus : 165 nouveaux cas et 379 guérisons en 24h    Fatiha Saddas interpelle le ministre des Affaires étrangères sur les prix exorbitants des billets de transport    Réouverture progressive de 5.000 mosquées    Découverte du cadavre d'un Pacha de Khouribga pendu à un arbre    L'émergence du cinéma digital au temps du coronavirus    "Dette publique & impérialisme au Maroc (1856-1956)", nouvel ouvrage d'Adam Barbe    Ouverture des candidatures pour le Prix de la culture amazighe    Le secrétaire général de l'ONU félicite le Maroc    La délivrance : Les saisonnières marocaines de la cueillette des fraises espagnoles retrouveront la mère patrie incessamment    Report des cérémonies de la Fête du Trône    Les sponsors vacillent, le monde du sport aussi    La Tunisie volera-t-elle au secours de la CAF ?    Une Assemblée houleuse attend les dirigeants du KACM    Registre national : identifiant numérique vs identifiant sectoriel    Ne pas mettre tous les employeurs dans un même panier : Les patrons citoyens, ça existe !    Le petit fils d'Elvis Presley se suicide    Vols spéciaux : Des tarifs fixes pour la RAM    Pour un soutien gouvernemental juste et équitable à la presse    Report des cérémonies prévues à l'occasion de la fête du Trône    Maroc: le taux de réussite au Bac 2020 est de...    Casablanca à 2M ou l'homicide d'une cité    Rassemblement des artistes autour de «L'art pour l'espoir»    Message du roi Mohammed VI au sultan de Brunei Darussalam    Serie A: l'Atalanta n'en finit plus de régaler    Nasser Bourita revient sur les accusations d'Amnesty International    Mali: Un imam rigoriste fait trembler le pouvoir    PAM-PJD. Un débat qui risque de mal finir    Aïd Al-Adha: voici le prix du mouton cette année (VIDEOS)    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 84 nouveaux cas, 16.181 au total    Covid-19: ce qu'il faut retenir de la réunion Laftit/CGEM    Chelsea. Une victoire signée Giroud    Nouveau modèle de développement : Voici les premières conclusions de la CSMD    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    La Turquie et le monde arabe    Driss Lachguar : Il est grand temps de mettre fin aux agissements électoralistes afin de doter les consultations électorales de la crédibilité nécessaire    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Foot. Le Real se rapproche du titre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais
Publié dans Libération le 24 - 06 - 2019

En moins d'un an, Amine Harit est passé de meilleure jeune en Bundesliga, et du statut de titulaire dans le Onze marocain en Russie, à un joueur qui manque « de professionnalisme et de sérieux » selon son entraîneur de Schalke 04, et à une place de réserviste en équipe nationale qui lui a valu d'être absent du groupe des 23 présent à la CAN. Entre-temps, l'année de ses 22 ans, rien n'a été facile pour le milieu offensif. Dans un entretien accordé au quotidien sportif ‘'L'équipe'', l'ex-Nantais revient sur sa saison compliquée et notamment sur cette soirée qui a tout fait basculer, où il a percuté mortellement un homme qui traversait la chaussée à Marrakech. Un drame forcément déstabilisant.
S'il assure ne pas avoir été surpris par son absence de la liste du Maroc pour la CAN, explique-t-il, « Hervé Renard m'avait dit avant le stage de préparation que je partais parmi les trois réservistes » Amine Harit avoue avoir mésestimé l'impact que pouvait avoir le drame qu'il décrit comme « le pire moment de ma vie » et qu'il narre ainsi : « On allait manger avec mon petit frère aux alentours de 22 heures. Je ne roulais pas à une vitesse exceptionnelle mais je devais être à 10 ou 15 km/h au-dessus de la limite (60 kmh). Il y a cette personne qui traverse. Et puis le choc. Je me suis garé un peu plus loin, parce que j'ai eu du mal à réaliser. C'est très compliqué de le faire dans l'instant. Et j'ai attendu l'arrivée de la police, en état de choc ».
Poursuivi pour homicide involontaire, Amine Harit a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et à une amende de 8.600 dirhams, en plus d'une suspension de huit mois, du permis de conduire. Malheureusement, quand bien même se sentait-il « un petit peu mieux une fois que j'ai parlé à la maman, à la famille », l'international marocain concède que ce drame symbolisait « le début d'une période très compliquée. J'ai beaucoup pensé à cette personne ». Sur le terrain, ses performances s'en sont ressenties « bien que j'ai essayé d'être le même que la saison d'avant, une fois sur le terrain, je me disais "mais non, je n'y arriverai pas". Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais. »
Certainement rongé de culpabilité, le rendement du milieu de terrain à la technique soyeuse a dégringolé, mais sûrement pas au point d'endosser la catastrophique saison de son équipe « Ce qui m'est arrivé a été énormément commenté en Allemagne mais il n'y a pas qu'Amine Harit. Malheureusement, j'étais la cible la plus facile ». D'ailleurs, même son coach, Domenico Tedesco a mis en cause son professionnalisme, corroboré par un article qui le présente comme un accroc du casino « J'y suis allé trois ou quatre fois en février 2018. C'est sorti en janvier 2019 et ça disait que j'y allais toujours. Je n'ai jamais été accro. J'avais l'impression que les médias voulaient que je me cloître chez moi. Il fallait que je mette un masque avant de sortir. J'étais dans une paranoïa ».
Peu épargné par les aléas de la vie et les observateurs de la Bundesliga, Amine Harit ne se laisse pas pour autant abattre «J'ai eu un déclic quand j'ai su que j'allais être papa (il l'est depuis fin mai). Dans le foot, tu peux faire des conneries mais, avec un enfant, tu n'as pas droit à l'erreur. J'ai compris qu'il fallait que je change mes habitudes ». Désormais, on aura droit à un nouveau Amine Harit. Un Harit qui a enfin appris « à savoir ce qui était bon pour mon foot »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.