Communiqué du bureau politique du PPS    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Les condoléances du Parti du Progrès et du Socialisme    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Le «nœud»    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    La pandémie de Covid-19 a rappelé au monde «la communauté de notre destin»    Les enfants, les adolescents et les maladies cardio-vasculaires    Vidéo : Basma Hammouchia rejoint les rangs de la brigade des policiers en herbe    Naima ou l'injustice territoriale    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Casa-Transports accélère l'élaboration des contrats d'exploitation des futures lignes de tram    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Abdeslam Seddiki pointe du doigt les « réalisations et les grandes réformes » du gouvernement    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Cour des comptes: dégringolade du rendement des principaux impôts    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    Enfant tuée à Tafoughalt : un suspect interpellé et mis en garde à vue    L'OMS enquête sur des accusations de crimes sexuels liées à l'épidémie d'Ebola en RDC    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Subventions accordées aux artistes: le coup de gueule de Latifa Raafat (VIDEO)    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Nadia Fettah: « La promotion du tourisme est tributaire de la réouverture des frontières »    Roland, Strasbourg et Hambourg    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès
Publié dans Libération le 24 - 06 - 2019

L'Orchestre arabo-andalou de Fès, dirigé par le maestro Mohammed Briouel et l'Orchestre syrien de Paris avec Omar Sarmini, ont illuminé le ciel de Fès, avec leurs Muwachahat andalouses et alépines à l'occasion d'une belle soirée, organisée, vendredi soir dans la somptueuse place de Bab El Makina, dans le cadre de la 25ème édition du Festival des musiques sacrées.
Un public nombreux est venu apprécier les prestations de ces deux groupes du muwachah, qui existe soit sous la forme de la waṣlâ alépine, soit sous celle de la noubah andalouse. Considéré souvent comme le summum de l'expression chantée dans la poésie arabe, les Muwachahat chantées par les deux orchestres, aux origines différentes, ont transporté l'assistance dans un voyage dans les méandres de la musique andalouse marocaine et le chant alépin, venu tout droit d'Alep en Syrie.
Fondé par feu Hadj Abdelkrim Rais dont Mohamed Briouel fut le disciple, l'Orchestre arabo-andalou de Fès est considéré comme le groupe le plus ancien et le plus important de musique andalouse marocaine. Créé en 1946, il est l'héritier de l'ensemble de musique andalouse existant déjà à Fès depuis 1912, une des villes où la tradition de la musique arabo-andalouse a été la plus préservée depuis la chute de Grenade en 1492.
Tout en assurant la continuité de cet art, notamment par l'enseignement dispensé aux jeunes musiciens désireux d'interpréter la musique arabo-andalouse, l'orchestre s'est donné pour mission de restituer cette musique sous sa forme historique. Ainsi, seuls les instruments traditionnels à cordes font partie de cet orchestre.
Le chant alépin incarne, lui, surtout deux styles qui s'entrecroisent constamment: la poésie chantée du muwashah et les hudûd Halabîya, chants populaires que Sabah Fakhrî, lui-même originaire d'Alep, a su faire apprécier à l'ensemble du monde.
Omar Sarmini est une des dernières grandes icônes de l'art musical alépin. Lui-même interprète et auteur d'un vaste répertoire sacré, il a été nourri par le rituel du dhikr que dirigeait son père le cheikh Muhammad Sarmini. Régulièrement en France, aux côtés de Julien Jalal Edin Weiss et de l'ensemble Al-Kindi, Omar Sarmini est réputé pour son interprétation de Muwaschahat remontant au XI° siècle et pour sa capacité à mettre en valeur les chants sacrés de sheikh Habboush, grand maître du chant spirituel.
Khalil Jerro, jeune chef d'orchestre prodige et violoniste virtuose, dirige l'Orchestre syrien de Paris et s'efforce ainsi de transmettre une des traditions musicales arabes les plus précieuses de notre époque.
Lorsque l'on évoque aujourd'hui la musique syrienne traditionnelle, force est de constater que l'on ne peut s'empêcher -au-delà ou peut-être, même davantage, du fait du déchirement actuel traversé par cette région du Proche-Orient- de penser à la plénitude du chant alépin, porteur tant de romantisme que de nostalgie amoureuse et mystique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.