Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    La lune et le doigt    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Eliminatoires de la CAN 2021    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    La syphilis regagne du terrain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil
Publié dans Libération le 25 - 06 - 2019

Il faudrait n'avoir rien vu de ce match pour applaudir des deux mains la victoire de l'équipe nationale sur la Namibie. Il s'agira donc de faire la différence entre son bilan comptable et la trace qu'elle a laissée dans un après-midi longtemps étouffé de chaleur et d'inquiétude. Ce 1-0 donne l'impression d'une courte victoire maîtrisée, mais c'est évidemment une illusion à fuir. Si les trois points respectent les temps de passage d'une équipe qui espère atteindre le dernier carré, le niveau technique général des Nationaux était, quant à lui, extrêmement insuffisant. Leur jeu n'a pour l'instant ni la qualité, ni la maturité d'un futur demi-finaliste de la CAN.
Puisque la liste ne sera pas très longue, autant exprimer tout de suite ce qui raffermit l'espoir : on ne gagne jamais complétement par hasard dans les dernières minutes. La délivrance venue sur un coup du sort, un malentendu, bref, un but contre son camp de Keimuine, dont le timing et la symbolique dramatique rappellent celui de la Coupe du monde, en dit long sur la qualité de centre de Ziyech, quasi sauveur et unique dynamiteur d'une expression collective qui a flirté avec le néant.
Mais ce préambule posé, il y a tout le reste. Il y a ce constat que les Nationaux n'ont que très rarement mis en danger la défense namibienne, malgré 17 tentatives dont cinq cadrées. Pourquoi ? Tout simplement car la qualité de leurs occasions fut très faible. Pour s'en persuader, il suffit de jeter un coup d'œil sur les «Expected Goals». Ils permettent de déterminer le pourcentage de chances qu'une occasion se termine en but. La valeur dite xG va de 0 à 1, signifiant que telle occasion a entre 0 et 100% de chances de finir au fond des filets. A ce petit jeu, les Nationaux ont eu un total de xG cumulé de 1.08 (voir tableau), ce qui représente un faible total. L'occasion la plus nette (0,13 xG soit 13%) fut celle de Ziyech, suite à une percée plein axe (72') suivie d'un tir contré, sorti du pied par le portier namibien. A part ça, le Onze national n'a que très peu inquiété l'adversaire.
Vous en avez marre des chiffres ? On peut aussi parler de cette première période calamiteuse dans un 4-3-3, avec Boussoufa en 10 et Ziyech sur l'aile droite. Il faut se résoudre à constater que cela n'a pas marché, jusqu'au retour au 4-2-3-1 qui a remis l'Ajacide au cœur du jeu. Du coup, le sélectionneur donne surtout l'impression qu'il cherche une solution qu'il n'a pas encore trouvée. Impression amplifiée par sa volte-face, illustrée par les sorties coup sur coup de Aït-Bennasser et Bourabia, qui n'ont franchement pas démérité, surtout le premier.
Bien que les Namibiens ont défendu comme on l'avait anticipé : très bien, parfois haut mais souvent très bas, dans un 4-4-2 à plat, côté marocain, collectivement, la première période a été un naufrage. La seconde, au moins, a ressuscité l'intensité nécessaire. Une émulation créée par l'entrée de Boufal. A ce moment, les Marocains ont au moins donné l'impression qu'ils jouaient un match de CAN. Cela dit, ils ont poussé dans le désordre, tout le temps. En cause, des permutations incessantes, un embouteillage dans l'axe et une désertion des ailes (voir capture). Les attaquants étaient aussi trop esseulés. C'est pour cela qu'on a eu l'impression que le Maroc n'était pas dans la maîtrise. Il aurait fallu donner plus de rythme et de profondeur.
En somme, cette victoire, essentielle, si lourde de sens, aura été une souffrance et une joie car maintenant, il faut faire beaucoup d'efforts pour ne pas se qualifier. Mais, il ne faudrait pas confondre joie et satisfaction. Le contenu mérite amplement d'être remis en cause car il met en exergue les limites de l'EN. Cette circulation trop lente ou imprécise, ces circuits de jeu brouillon, ce côté gauche défensivement poreux, la faible concurrence à certains postes. Mais par-delà la priorité d'une qualification, le reste de ce 1er tour doit permettre aux Marocains d'avancer. Et dans le sens de l'ascension, si possible.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.