De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Sénégal y est presque
Publié dans Libération le 18 - 07 - 2019

Qualifiés pour la finale de la CAN pour la première fois depuis 2002, le Sénégal et son sélectionneur Aliou Cissé ont poussé un gros ouf de soulagement. Mais le défi sera immense face à l'Algérie vendredi au Caire pour remporter le premier trophée des Lions de la Teranga.
A le voir célébrer à la fin de la demi-finale contre la Tunisie (1-0 a.p.) dimanche, et à l'entendre parler avec émotion en conférence de presse, Aliou Cissé a passé l'une des plus belles soirées de sa carrière dimanche.
Le technicien aux dreadlocks est le mieux placé pour apprécier l'ampleur de la performance car, comme joueur puis comme coach, il a vécu de nombreuses occasions ratées par son pays, souvent favori mais jamais titré.
En 2002, il était le capitaine lors de la défaite face au Cameroun (0-0 a.p., 3-2 t.a.b.) en finale, la seule disputée par les Sénégalais. En 2017, une nouvelle séance de tirs au but, encore face aux Lions indomptables (0-0 a.p., 5-4 t.a.b.), en quarts de finale, met un terme, dans les larmes, à sa première CAN sur le banc.
"Avoir perdu cette finale (en 2002), je l'ai encore en tête. Ce qui m'a motivé pour devenir entraîneur, c'est de pouvoir ramener le Sénégal en finale", déclare l'ancien défenseur, qui a atteint son objectif. Reste à gagner la Coupe... "Mes joueurs m'ont dit qu'ils allaient faire mieux que ma génération!"
Le Sénégal a beau être la nation africaine N.1 au classement Fifa, son parcours en Egypte n'a pas été aussi calme qu'une croisière sur le Nil. Son équipe a subi plusieurs blessures lors de la phase de poules, dont celle du gardien Edouard Mendy (fracture d'un doigt), puis une défaite face à l'Algérie (1-0).
Malgré cela, et les légendes autour de la "lose" sénégalaise qui reviennent souvent dans les questions des journalistes, les joueurs ont montré des qualités mentales, notamment au cours de leur demi-finale à rebondissements. Les scores de leurs matches à élimination directe montrent leur sang-froid: 1-0 à chaque fois. Ont-ils, enfin, un mental de champion?
"Notre secret, c'est l'unité. On est tous ensemble. On l'a encore vu (dimanche), les joueurs qui sont rentrés ont amené beaucoup de fraîcheur, donc la force du Sénégal c'est le groupe", estime Henri Saivet.
Une soirée presque parfaite. Lors de la victoire face à la Tunisie, le défenseur Kalidou Koulibaly a écopé d'un carton jaune, son deuxième en trois matches. Il sera donc suspendu pour la finale.
Le coup est dur pour Aliou Cissé, qui devra se passer du patron de l'arrière-garde, impérial depuis le début de la compétition. Des deux finalistes, c'est le Sénégal (1 seul but encaissé) qui s'est montré le plus imperméable.
"Cela me fait mal de ne pas pouvoir la jouer. Mais je serai aux côtés de mes frères pour écrire l'histoire", a commenté Koulibali sur les réseaux sociaux.
Sans le roc de Naples, Cissé pourrait faire confiance à une charnière composée de Cheikhou Kouyaté et Salif Sané, qui n'a plus été titulaire depuis sa blessure à une cheville lors du premier match.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.