L'ex-PDG de Platinum Power rebondit mais...    Royal Air Maroc: Le détail du plan de départs "volontaires"    Investissement: 94 projets en cours de réalisation à Fès-Meknès    France: Le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne    Bac 2020: L'examen démarre avec des mesures sanitaires strictes    Covid19: Le Maroc franchit la barre des 13.000 cas    Trafic de drogue: Un réseau maroco-espagnol démantelé    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    Les allégations algéro-polisariennes mises à nu devant le CDH    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    L'ouverture des frontières espagnoles aux Marocains conditionnée par la réciprocité    Rapatriement d'un nouveau groupe de Marocains bloqués en Egypte    Le Maroc appelle l'Unesco à plancher sur un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    Exposé de Mohamed Benabdelkader sur le schéma directeur de la transformation digitale du système judiciaire    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    Mise à nu de la propagande de l'Algérie et du «Polisario» sur les droits de l'Homme au Sahara    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Crise du Covid-19: le Maroc salué par la Commission européenne    Bourita: le Maroc ne peut accepter les allégations sans preuves claires    «En créer l'atmosphère nécessaire, d'unité et d'enthousiasme»    Le groupe BCP dévoile une nouvelle organisation pour soutenir sa dynamique    Coronavirus: 319 nouveaux vendredi 3 juillet à 18 heures, 9160 guérisons au total    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    Tanger: un gardien de nuit sème la terreur dans une station-service    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Plus de 150 Marocains rapatriés d'Egypte    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    Démission du gouvernement français: ce que l'on sait    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Idleb, le régime syrien engagé dans une guerre d'usure
Publié dans Libération le 29 - 07 - 2019

Depuis trois mois en Syrie, l'aviation du régime et l'allié russe bombardent sans cesse la province d'Idleb, n'épargnant ni hôpitaux ni écoles. Car pour reprendre cette région dominée par les jihadistes, le pouvoir a engagé une "guerre d'usure", estiment des experts.
L'opposition au régime de Bachar al-Assad a dénoncé une "extermination", et l'ONU a condamné "l'indifférence" de la communauté internationale face à des bombardements qui ont tué des centaines de 700 civils et fait plus de 400.000 déplacés.
Dominée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, la province d'Idleb dans le nord-ouest du pays en guerre accueille également d'autres factions extrémistes ainsi que des groupes rebelles affaiblis.
L'objectif des frappes aériennes et du pilonnage quasi-quotidien est de "faire pression sur les factions et leur base populaire", explique Nawar Oliver, chercheur au centre Omran basé à Istanbul. "Cette région accueille tous les Syriens de l'opposition, et les familles de combattants".
La moitié des trois millions d'habitants d'Idleb et de sa région sont des déplacés qui ont fui les combats dans d'autres régions ou ont refusé de rester dans des localités rebelles reconquises par le régime.
"L'usure engagée (par le régime) est terrifiante, avec la prise pour cible des civils, des établissements de santé et autres infrastructures", souligne M. Oliver.
Depuis fin avril, les bombardements de la province d'Idleb et des zones adjacentes contrôlés par les jihadistes ou les rebelles dans les provinces d'Alep, de Hama et de Lattaquié ont tué plus de 750 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Selon l'ONU, des établissements de santé ou des membres du personnel médical n'ont pas été épargnés, et 50 écoles ont été endommagées.
Cette escalade intervient malgré un accord conclu en septembre 2018 entre Moscou et Ankara, qui soutient certains rebelles, prévoyant une "zone démilitarisée" pour séparer les zones jihadistes ou insurgées des territoires gouvernementaux attenants. Mais certaines dispositions de l'accord n'ont pas été respectées.
L'accord russo-turc "a entraîné un report ou un arrêt temporaire de toute offensive terrestre du régime", estime M. Oliver. Mais la campagne aérienne pourrait préparer le terrain "à une opération terrestre".
Les bombardements se concentrent sur le sud d'Idleb et le nord de Hama, où des combats meurtriers opposent les prorégime aux jihadistes ou aux rebelles.
La Russie et le régime Assad "présentent Idleb comme la dernière bataille, la dernière poche terroriste", souligne M. Oliver.
Appuyé par ses alliés indéfectibles, la Russie et l'Iran, le pouvoir a reconquis plus de 60% du territoire. Mais outre Idleb, de vastes régions dans l'est et le nord-est lui échappent et restent aux mains de forces kurdes soutenues par Washington.
Damas a engagé des négociations sur le sort de ces régions, sans progrès.
"La Russie (...) pousse pour que l'ensemble du territoire syrien soit sous contrôle du pouvoir d'Assad", analyse Samuel Ramani, chercheur à l'Université d'Oxford versé sur la question syrienne.
Mais malgré la violence des combats, les loyalistes n'ont pas réalisé d'avancées stratégiques sur le terrain.
Pour des experts, cela s'explique principalement par le soutien militaire apporté par la Turquie voisine aux rebelles, et la présence de forces turques sur des postes d'observation dans le secteur.
"La Russie souhaite que la Turquie renonce à fournir une assistance militaire" aux rebelles car cet appui "entrave la progression" du régime, dit M. Ramani.
La Turquie, qui accueille environ 3,5 millions de réfugiés syriens, craint qu'une offensive d'envergure à Idleb ne provoque un afflux massif vers sa frontière.
Le risque est réel: de nombreux déplacés sont déjà installés dans des secteurs proches de la frontière.
"Moscou peut accepter une influence accrue de la Turquie à Idleb, sur le court terme. Mais Damas exige de la Turquie un départ immédiat de Syrie", dit Nicholas Heras, expert du Center for a New American Security.
Néanmoins "stabiliser Idleb pour que les réfugiés puissent commencer à y retourner, se traduit par une influence turque encore plus grande", explique-t-il.
Dans ces conditions, reprendre Idleb, explique M. Ramani, "sera une lente guerre d'usure pour Assad".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.