Wafa Assurance : L'activité Non-Vie retrouve de belles couleurs !    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Des journées pour sensibiliser aux risques de la mucoviscidose    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Label'Vie: Hausse de 20% du résultat net au S1-2019    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    BMCE Bank of Africa Lance le 1er rapport annuel digital au Maroc    Le HCP et la Banque mondiale se rapprochent davantage    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Le Raid sur la zone 51 : Une plaisanterie qui ira loin ?    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Allemagne: Poursuite du bras de fer sur un plan climatique    Banque Centrale Populaire. La performance au rendez-vous    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Premières Assises nationales du Développement humain    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Sensibiliser pour ne plus faire les frais de l'addiction aux antidouleurs    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre
Publié dans Libération le 17 - 08 - 2019

Expulsés de Turquie, du Liban, de Jordanie, les réfugiés syriens sont de plus en plus nombreux à être forcés de rentrer dans leur pays toujours en guerre, conséquence du ras-le-bol des pays voisins de la Syrie face aux millions de réfugiés vivant sur leurs territoires.
En juillet, Nidal Hussein, un Syrien parti à Istanbul début 2019 pour rejoindre sa famille qui s'y est exilée il y a cinq ans, a été expulsé par les autorités turques sous motif qu'il n'avait pas de titre de séjour, et renvoyé directement en Syrie.
"J'ai laissé ma femme et mes trois enfants à Istanbul", raconte cet homme de 48 ans. Mais "je vais essayer d'y retourner", promet-il.
Au Liban, en Turquie et en Jordanie --qui accueillent à eux trois 5,2 millions de Syriens exilés depuis le début de la guerre syrienne en 2011--, les autorités locales s'activent pour renvoyer dans leur pays les réfugiés syriens, perçus comme un "fardeau" pour leur économie.
Ces derniers mois, plusieurs organisations de défense des droits humains ont mis en garde contre la montée du discours haineux visant les réfugiés et les pressions accrues sur les Syriens pour les inciter à partir, notamment en Turquie et au Liban.
"La crise a traîné, huit ans se sont écoulés depuis l'exil des Syriens (...) les pays voisins sont épuisés", estime Nasser Yassine, à la tête de l'Institut Issam Fares dédié aux affaires internationales et basé à Beyrouth.
L'absence "de solutions claires à la question du retour des réfugiés syriens" provoque une "multiplication des campagnes contre eux", juge-t-il.
La Turquie accueille 3,6 millions de réfugiés syriens selon l'ONU, contre 1,5 million au Liban et plus d'un million en Jordanie, selon les autorités respectives.
Si en Jordanie la pression est moindre, les autorités imputent de plus en plus les difficultés économiques et le poids subi par les infrastructures à la présence de réfugiés syriens.
En Turquie, des activistes ont lancé une campagne "Nous sommes tous des migrants" pour dénoncer la pression subie par les réfugiés. "L'atmosphère hostile envers les Syriens (...) s'est aggravée récemment avec un consensus parmi les partis politiques et les médias selon lequel les Syriens sont la source des problèmes" en Turquie, explique Yildiz Onen, porte-parole de la campagne.
"Renvoyer des Syriens dans un pays toujours en guerre (...) les expose au danger de mort", rappelle-t-elle.
Selon le gouvernement turc, tous les départs en Syrie --337.729 depuis le début de la guerre--, ont été volontaires.
Même son de cloche au Liban, qui fait état de 325.000 départs "non forcés" depuis 2017.
Plusieurs ONG mettent toutefois en doute le caractère volontaire de ces retours, dénonçant des mesures visant à resserrer l'étau autour des réfugiés.
Au Liban, depuis juin, plus de 3.600 familles syriennes ont vu leurs habitations en béton démolies près de la localité d'Aarsal (est), d'après la municipalité.
Seules les tentes et bâches sont autorisées.
En août, l'armée a également démoli les structures en dur de 350 abris dans le nord du Liban et arrêté des dizaines de personnes sans permis de séjour, selon des ONG.
Et le ministère libanais du Travail a récemment lancé une campagne de lutte contre la main-d'oeuvre étrangère illégale, une démarche visant au premier chef les réfugiés syriens, regrettent des activistes.
En juillet, l'ONG Human Rights Watch a dénoncé une "pression illégitime" exercée par les autorités libanaises et l'expulsion de Syriens par la Turquie.
Dans les deux pays, les partis alimentent la rhétorique antiréfugiés pour doper leur "capital politique et électoral", note M. Yassine. Au Liban, les Syriens servent ainsi de "bouc émissaire" pour justifier les difficultés économiques, le chômage ou la dégradation de l'environnement, dit-il.
En Jordanie, le discours varie peu: le porte-parole du ministère de la Planification, Issam Majali, a récemment déclaré que la présence des réfugiés "imposait à la Jordanie plusieurs défis et fardeaux".
"Nous sommes confrontés au défi de trouver des emplois aux réfugiés syriens ainsi qu'aux Jordaniens", a-t-il souligné.
En octobre 2018, Damas a rouvert le principal poste-frontière avec la Jordanie, après l'avoir reconquis trois mois auparavant. Depuis, 25.000 Syriens sont rentrés chez eux, selon l'ONU.
Mais beaucoup de réfugiés refusent de retourner en Syrie, craignant "la persécution et l'absence de sécurité" dans leur pays, selon M. Yassine.
Le régime syrien, soutenu par l'armée russe, contrôle aujourd'hui environ 60% du pays.
De nombreuses ONG estiment que les conditions ne sont pas propices à un retour en masse, même si les combats et les bombardements ont cessé dans plusieurs parties du pays.
La moitié des réfugiés syriens en Jordanie, Liban, Turquie "ont appris que leurs maisons ont été détruites ou sont inhabitables", souligne M. Yassine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.