Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi de finances rectificative    Vacances d'été: les horaires à éviter sur les autoroutes du Maroc    La mosquée Hassan II cherche un exploitant pour ses hammams    Stress test: Les banques marocaines toujours résilientes    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Covid-19: Inquiétude chez les élus américains    Covid19: 186 nouveaux cas ce mardi à 10h00    Plus de 45.000 MRE regagnent leur pays de résidence    Abderrahmane El Youssoufi raconté par son compagnon de route    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Hausse du SMIG : Voici ce que vous devez savoir    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    Maroc/Covid-19: les fonctionnaires de trois prisons reconfinés    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : quel impact sur les congés    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Les températures resteront élevées pendant plusieurs jours : La canicule s'installe !    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    COVID-19. Pour qui roule l'OMS?    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    1.107 cas de triche au bac détectés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version
Publié dans Libération le 17 - 08 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/36498010-32580068.jpg?v=1565962152" alt="Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version" title="Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/36498010-32580068.jpg?v=1565962162" alt="Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version" title="Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version" width="708" /
Quarante ans après sa sortie en 1979, Francis Ford Coppola n'en a pas fini avec son obsession pour "Apocalypse Now": son film culte au tournage maudit revient sur les écrans dans une nouvelle version restaurée, une demi-heure plus longue que l'original. Malgré le succès de son film sur la Guerre du Vietnam - Palme d'or ex-aequo au Festival de Cannes en 1979 et devenu une référence du 7e art -, Coppola n'a jamais été vraiment satisfait de son oeuvre de 1979, qu'il avait condensée en 2H33. Il avait sorti en 2001 une nouvelle version rallongée de 49 minutes, "Apocalypse Now Redux", avec des scènes supplémentaires.
"Apocalypse Now Final cut", d'une durée de 3H01, sorti jeudi aux Etats-Unis et mercredi prochain dans le reste du monde, avant une édition Blu-Ray, apparaît comme un compromis entre les précédentes versions, avec une restauration pour la première fois à partir du négatif original, qui aura pris près d'un an, et une qualité d'image et de son optimum, en 4K Dolby Atmos et Dolby Vision. "Meilleure version du film au monde", selon le cinéaste, ce "Final cut", présenté pour la première fois en avril au Festival de Tribeca, à New York, "apporte une qualité d'image et de son encore supérieure à ce qu'elle était", dit-il. "Le public pourra voir, entendre et ressentir ce film comme je l'ai toujours rêvé".
A New York, le cinéaste de 80 ans a dit avoir "toujours regretté certaines coupes" qu'il avait dû faire en 1979, mais que la deuxième version lui semblait "peut-être trop longue", d'où cette troisième. Le fait de remettre encore sur l'ouvrage son film témoigne aussi du rapport obsessionnel que le réalisateur du "Parrain" n'a cessé d'entretenir avec cette oeuvre.
Dans son "Dictionnaire amoureux du Festival de Cannes", l'ex-président du Festival Gilles Jacob, qui en était alors le délégué général, se souvient qu'en 1979, Coppola "en était arrivé à un tel niveau de folie obsessionnelle que, les mois précédant Cannes", il créait "une fin par semaine". Il raconte aussi que le réalisateur américain avait présenté à Cannes deux fins possibles aux festivaliers: "Une première fin dans la grande salle de l'ancien palais (des festivals) et, en variante, une autre, dans une petite salle".
Une "ultime hésitation" qui était venue couronner son "incapacité" à "monter cinquante mille mètres de pellicule" et à "trancher entre différents montages", un travail qui lui aura pris plus de deux ans, souligne Gilles Jacob. Le tournage légendaire de cette adaptation libre de la nouvelle de Joseph Conrad "Au coeur des ténèbres", racontant le périple du capitaine Willard (Martin Sheen), chargé de retrouver et d'éliminer le colonel Kurtz (Marlon Brando), avait avant cela rencontré toutes les difficultés imaginables.
"Nous étions dans la jungle. Nous étions trop nombreux. Nous avions beaucoup trop d'argent, beaucoup trop d'équipement. Et petit à petit, nous sommes devenus fous", avait déclaré Coppola au Festival de Cannes. Le tournage débute le 20 mars 1976 aux Philippines. Prévu pour durer quelques semaines, il s'étalera finalement sur 238 jours.
Des problèmes auront lieu d'abord avec les acteurs: choisi notamment après le refus de Steve McQueen, Harvey Keitel mécontente Coppola. Il le remplace par Martin Sheen, mais celui-ci fait un infarctus en 1977, et devra être absent plusieurs semaines. Quant à Marlon Brando, il arrivera sans préparation. Les conditions climatiques seront aussi très difficiles: fin mai 1976, le typhon Olga détruit décor et matériel, interrompant la production pendant six semaines. A cela s'ajoutent les accès de paranoïa de Coppola, sous l'emprise de la drogue, qui a perdu une quarantaine de kilos et a dû hypothéquer ses biens pour financer le film. Le budget, de 13 millions de dollars à l'origine, passera à 30 millions, le conduisant au bord de la ruine. "Soyons honnêtes. J'avais peur", a raconté Coppola au Festival de Tribeca. "Des choses terribles sont arrivées sur ce film", a-t-il reconnu. Mais, "si vous voulez faire de l'art, il faut aussi accepter le risque".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.