Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    La Journée mondiale du sport, un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : Attijriwafa bank soutient la distribution des aides aux ménages    Aide aux ramédistes : l'opération d'indemnisation commence aujourd'hui    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Résultats financiers : Bon cru pour le groupe Société Générale Maroc en 2019    BTP : Des scénarios post-pandémie se précisent    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Covid-19 : la situation épidémiologique à Chichaoua est "stable" et "non préoccupante"    Les sept consignes de Benchaâboun    La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Edito : Discerner    Coronavirus : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113, lundi à 8h    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Campagnes de contrôle des prix à Ouarzazate et Tahanaout    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    Distribution de 100.000 quintaux d'orge subventionnée aux éleveurs de la région de Souss-Massa    Les banques apportent une bouffée d'oxygène aux ménages et aux entreprises impactés par le Covid-19    Le Maroc de tous les espoirs!    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    La sécurité des patients et du personnel de santé mise en avant    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Big Little Lies" Petits mensonges, grands drames
Publié dans Libération le 20 - 08 - 2019

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/36564395-32606750.jpg?v=1566222030" alt=""Big Little Lies" Petits mensonges, grands drames" title=""Big Little Lies" Petits mensonges, grands drames" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/36564395-32606750.jpg?v=1566222047" alt=""Big Little Lies" Petits mensonges, grands drames" title=""Big Little Lies" Petits mensonges, grands drames" width="708" /
Au début de l'année 2017, la première saison de Big Little Lies, ce Desperate housewives sombre et moderne, avait fait un carton international. Diffusée sur OCS, la série a été acclamée par la critique et le public. Après une pluie de récompenses aux Emmy Awards en 2017 et aux Golden Globes en 2018, la série au casting 5 étoiles (Nicole Kidman, Reese Witherspoon, Laura Dern, Shailene Woodley, Zoé Kravitz) revient pour une deuxième saison. Elle ne devait être au départ qu'une mini-série, adaptée d'un roman de Liane Moriarty par David E. Kelley.
Après 7 épisodes intenses et haletants, la première saison s'achevait sur une fin ouverte. HBO a donc produit une suite, au risque de s'éloigner de l'intrigue originale et fondatrice du roman et ... de décevoir les fans.
Liane Moriarty a cependant aidé les scénaristes pour ces nouveaux épisodes qui, en terme d'écriture, sont à la hauteur des sept premiers. Si l'identité du mort et du meurtrier sont révélées à la fin de la première saison, les interrogations demeurent et les personnages regorgent encore de secrets, de reliefs, de facettes à explorer.
Meryl Streep grandiose en mère endeuillée
Pour ce deuxième volet, Meryl Streep rejoint la bande des "Monterey 5". Elle interprète Mary Louise, la mère de Perry Wright (Alexander Skarsgård), le défunt mari de Céleste (Nicole Kidman). Bien déterminée à découvrir la vérité sur la mort de son fils, elle vient bouleverser l'équilibre fragile créé par ce club des 5 après le drame.
Meryl Streep (née Mary Louise Streep) livre une performance déconcertante de justesse et de sincérité. L'actrice de 70 ans, en mère endeuillée, envahissante et cruelle, brille devant la caméra de la réalisatrice Andrea Arnold. Mary Louise vient donner un nouveau souffle à une saison qui aurait pu être terne, manquer de saveur faute de la tension qu'entrenaient les premiers épisodes avec des sauts dans le temps.
Des femmes liées par le secret
Ces sept nouveaux épisodes sont rythmés par d'autres mécanismes, associés à de nouveaux thèmes, plus profonds, plus personnels. Les femmes, liées par le secret et réunies dans la souffrance, portent individuellement des combats éprouvants. Bonnie (Zoe Kravitz), apparaît rongée par la culpabilité, les traits creusés, les yeux cernés. Sa mère ressurgit dans sa vie avant de disparaître pour toujours. Le deuil, des souvenirs d'une enfance difficile, refont surface. Autant d'éléments qui poussent Bonnie vers une prise de conscience impliquant des changements radicaux dans sa vie et donc dans celle de ses amies.
La pétillante Madeline se bat pour sauver son couple avec Ed (Adam Scott), après ses infidélités. Le masque de l'épouse et mère de famille parfaite tombe, on découvre le visage d'une femme ravagée par le doute et l'insécurité émotionnelle.
Le personnage carriériste et caractériel de Renata - interprété par l'excellente Laura Dern - prend plus de place dans la bande. Moins caricaturale et plus sensible, elle doit ici assumer les conséquences des actes de son mari, qui mènent leur couple jusqu'ici richissime à la faillite totale.
De son côté, la jeune mère Jane Chapman (Shailene Woodley) peine toujours à se reconstruire après le traumatisme indélébile d'un viol. Une rencontre amoureuse pourrait lui permettre de sortir enfin la tête de l'eau.
Enfin, Céleste (Nicole Kidman) doit apprendre à vivre sans son mari et tente de guérir de la violence qu'il lui a infligée pendant de longues années. Elle doit surtout faire face à Mary Louise, bien déterminée à obtenir la garde de ses jeunes jumeaux. Les deux mères s'affrontent, se battent par amour pour leurs enfants. L'une pour ne pas perdre la garde de ses garçons, l'autre pour laver la mémoire de son fils, dont elle découvre douloureusement le visage de brute violente et perverse.
Bataille judiciaire et enquête criminelle
Sur fond de bataille judiciaire et d'enquête criminelle, les intrigues individuelles s'emmêlent et s'épaississent au fil des épisodes. Ces cinq femmes fortes s'allient, s'épaulent, tissent des liens indéfectibles dans l'adversité.
Les actrices livrent des performances de haute volée. Chacune semble maîtriser avec plus d'aisance que dans la saison précédente son personnage, particulièrement Nicole Kidman, dont la beauté froide et le regard bleu clair transpirent la peur et la détresse extrême.
Dans la continuité de la première saison, la série continue de dresser le portrait obscur de ces femmes bourgeoises - aux vies en apparence parfaites - dévoilant au fil des épisodes leurs faiblesses, leurs angoisses et leurs blessures, avec comme fil rouge les violences faites aux femmes.
Vers une troisième saison ?
Côté réalisation, la caméra est passée du Canadien Jean-Marc Vallée (Dallas Buyers Club, Sharp Object) à la Britannique Andrea Arnold, qui a délaissé l'esthétique aérienne et épurée de la saison 1. Selon le média IndieWire, certains plans de la nouvelle réalisatrice auraient été remontés, coupés et même retournés par Jean-Marc Vallée, passé en post-production pour cette saison. Cela pourrait expliquer les quelques problèmes de rythmes disséminés dans ces nouveaux épisodes.
Tout comme la première, la fin de la deuxième saison pourrait se passer d'une suite. Malgré une fin ouverte que certains pourront trouver frustrante (ou décevante), la production ne semble pas avoir prévu de troisième volet. "Ce sont les actrices les plus demandées d'Hollywood. Nous avons déjà un projet avec certaines d'entre elles – Nicole Kidman tourne sa prochaine série, The Undoin, avec nous. Et je pense que ce n'est pas réaliste" a affirmé le PDG de HBO Casey Bloys à TVLine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.