Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique
Publié dans Libération le 14 - 09 - 2019

Et s'il passait le premier tour ? La situation inédite du candidat emprisonné Nabil Karoui soulève nombre d'interrogations juridiques,
explique le procureur général adjoint de la Cour d'Appel de Tunis, Ibrahim Bouslah, qui défend les magistrats n'ayant fait qu'"appliquer" les textes dans cette affaire empoisonnée.
L'homme d'affaires Nabil Karoui est en détention provisoire depuis le 23 août pour blanchiment d'argent. Un recours contre son arrestation doit être examiné vendredi. Que se passe-t-il s'il franchit le premier tour de la présidentielle: dimanche ?
Ibrahim Bouslah : En Tunisie, c'est notre première affaire de ce type. Je dois dire que nous sommes dans le vide. S'il gagne, on est dans une impasse juridique. Qu'il soit toujours en prison ou qu'il ait été libéré, les problèmes demeurent: il n'a pas été jugé et l'affaire n'est pas close. En outre, au cas où il irait jusqu'à la présidence, il ne pourrait pas bénéficier d'une immunité présidentielle puisque celle-ci n'est pas rétroactive. Je ne sais pas quoi imaginer, je ne peux faire que des hypothèses d'école. Je prévois que les magistrats vont être sous pression..!
De nombreuses voix -au-delà de l'entourage de M. Karoui- se sont élevées pour dénoncer dans cette affaire une instrumentalisation de la justice par le politique. Que répondez-vous ?
Nous appliquons la loi. La chambre d'accusation (qui a ordonné le mandat de dépôt à l'encontre de Karoui), a agi en se fondant sur un article précis du code de procédure pénale. Tout comme le refus d'une interview du candidat, sollicitée par la chaîne al-Hiwar, a été motivé en s'appuyant sur une loi portant sur l'organisation des prisons (selon laquelle seul un proche ou une personne autorisée par la justice peut rendre visite à un détenu).
Nous n'agissons pas sous les pressions de l'opinion publique, du politique, ou de Nessma (la chaîne fondée par M. Karoui, qui fait campagne tambour battant pour lui, ndlr.)
J'insiste: il ne s'agit pas de pression, d'atteintes aux droits de l'Homme ou de manquement au principe d'équité. Nous appliquons les lois.
Le timing de l'arrestation, 10 jours avant le début de la campagne, pose quand même question.
Le dossier contre Nabil Karoui est solide. Il y a eu une plainte déposée par l'ONG anti-corruption Iwatch en 2016. De nouveaux éléments sont apparus dans l'enquête récemment, et le 8 juillet les frères Karoui ont été inculpés. Le juge d'instruction au pôle financier a décidé le gel de leurs biens et l'interdiction de sortie du territoire. Ils ont fait appel, ce qui est leur droit absolu. Toutes les procédures ont été respectées.
Je répète que la chambre d'accusation a agi en se basant sur un article très précis. Après, on parle de matière pénale, rigide, de dispositions parfois plus que centenaires, sans interprétation possible. Notre arsenal juridique est dépassé. Mais si l'on veut critiquer l'arrestation de Karoui, il faut critiquer les textes, pas les hommes qui les appliquent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.