SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    Avoirs à l'étranger: le délai des déclarations prorogé    France : Le Premier ministre brandit la menace du reconfinement généralisé    Tous les congés suspendus : Le personnel hospitalier en état d'alerte    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Edito : Les vraies urgences    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Omar Hilale : Grâce à la vision clairvoyante de S.M le Roi, le Maroc poursuit son rayonnement à l'ONU    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Aïd Al Adha: Grâce Royale pour 752 personnes    Le secteur des fruits rouges a besoin de "reconnaissance et d'encouragement"    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique
Publié dans Libération le 14 - 09 - 2019

Et s'il passait le premier tour ? La situation inédite du candidat emprisonné Nabil Karoui soulève nombre d'interrogations juridiques,
explique le procureur général adjoint de la Cour d'Appel de Tunis, Ibrahim Bouslah, qui défend les magistrats n'ayant fait qu'"appliquer" les textes dans cette affaire empoisonnée.
L'homme d'affaires Nabil Karoui est en détention provisoire depuis le 23 août pour blanchiment d'argent. Un recours contre son arrestation doit être examiné vendredi. Que se passe-t-il s'il franchit le premier tour de la présidentielle: dimanche ?
Ibrahim Bouslah : En Tunisie, c'est notre première affaire de ce type. Je dois dire que nous sommes dans le vide. S'il gagne, on est dans une impasse juridique. Qu'il soit toujours en prison ou qu'il ait été libéré, les problèmes demeurent: il n'a pas été jugé et l'affaire n'est pas close. En outre, au cas où il irait jusqu'à la présidence, il ne pourrait pas bénéficier d'une immunité présidentielle puisque celle-ci n'est pas rétroactive. Je ne sais pas quoi imaginer, je ne peux faire que des hypothèses d'école. Je prévois que les magistrats vont être sous pression..!
De nombreuses voix -au-delà de l'entourage de M. Karoui- se sont élevées pour dénoncer dans cette affaire une instrumentalisation de la justice par le politique. Que répondez-vous ?
Nous appliquons la loi. La chambre d'accusation (qui a ordonné le mandat de dépôt à l'encontre de Karoui), a agi en se fondant sur un article précis du code de procédure pénale. Tout comme le refus d'une interview du candidat, sollicitée par la chaîne al-Hiwar, a été motivé en s'appuyant sur une loi portant sur l'organisation des prisons (selon laquelle seul un proche ou une personne autorisée par la justice peut rendre visite à un détenu).
Nous n'agissons pas sous les pressions de l'opinion publique, du politique, ou de Nessma (la chaîne fondée par M. Karoui, qui fait campagne tambour battant pour lui, ndlr.)
J'insiste: il ne s'agit pas de pression, d'atteintes aux droits de l'Homme ou de manquement au principe d'équité. Nous appliquons les lois.
Le timing de l'arrestation, 10 jours avant le début de la campagne, pose quand même question.
Le dossier contre Nabil Karoui est solide. Il y a eu une plainte déposée par l'ONG anti-corruption Iwatch en 2016. De nouveaux éléments sont apparus dans l'enquête récemment, et le 8 juillet les frères Karoui ont été inculpés. Le juge d'instruction au pôle financier a décidé le gel de leurs biens et l'interdiction de sortie du territoire. Ils ont fait appel, ce qui est leur droit absolu. Toutes les procédures ont été respectées.
Je répète que la chambre d'accusation a agi en se basant sur un article très précis. Après, on parle de matière pénale, rigide, de dispositions parfois plus que centenaires, sans interprétation possible. Notre arsenal juridique est dépassé. Mais si l'on veut critiquer l'arrestation de Karoui, il faut critiquer les textes, pas les hommes qui les appliquent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.