Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Technopole Foum El Oued : Une cité du savoir et de l'innovation au service des jeunes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Conformité fiscale/Personnes physiques : un cadre légal spécifique est en vue    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    PLF 2020: Les chiffres à retenir    Conjoncture favorable pour le textile    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Une belle leçon des joueurs botolistes    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Au-delà d'une LDF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Attijariwafa bank décroche le titre «Top Performer RSE» de l'année    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Belle distinction de Yasser Daho    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"GTI", le prof de maths français qui rappe sur Pythagore
Publié dans Libération le 17 - 09 - 2019

Dans ses clips, "pas de kalachnikov" ni de violence, mais des compas, des statistiques et Pythagore. Professeur dans une banlieue défavorisée de Paris, Radouane Abassi, alias "GTI" ou "Great Teacher Issaba", rappe ses leçons de maths en reprenant Rhoff, PNL ou Kaaris.
"Si aujourd'hui je prends le +cromi+ (micro) c'est pas pour faire le croma (maquereau)/C'est qu'c'est l'moment de parler de probas/Même sur du Jul, j'parle de maths, c'est trop, gars".
Le phrasé est là - l'autotune aussi -, la gestuelle, le décor des barres d'immeubles: GTI reprend les codes traditionnels du rap dans son écriture comme dans ses vidéos hébergées sur sa chaîne YouTube qui enregistre des centaines de milliers de vues.
Jul, Soprano, Kery James, Sofiane, ou 113, le prof de 32 ans rappe sur les probabilités, les diamètres, Thalès ou les statistiques.
L'enfant de Seine-Saint-Denis, banlieue défavorisée dans le nord de Paris, est né à Figuig, au Maroc.
Bras croisés, regard déterminé, torse bombé, en polo et baskets, il se prête au jeu des photos en habitué devant le collège Jean-Vigo d'Epinay-sur-Seine, qui fait partie du réseau d'"éducation prioritaire" réservé aux territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales.
Avec un débit de mitraillette, Radouane Abassi se raconte facilement: "J'ai toujours rappé sur des choses que je vis. Pas de fiction ou de story-telling, mais mon quotidien d'enseignant".
La première fois, c'était en 2015. Il a sidéré ses élèves en corrigeant leur test en musique. "J'ai lancé l'instru de rap. Ils se sont tous tus. Et à la fin, c'était l'euphorie".
La méthode n'est pas compliquée : "En classe, on peut cracher du son, il y a un ordinateur dans chaque salle. Ça peut aussi se faire a capella".
Il précise que sa pédagogie n'est "pas basée" sur le rap. "C'est un outil supplémentaire. Si ça aide 2% des élèves, tant mieux". "Ces morceaux c'est plus pour des révisions, du réinvestissement".
Il faut à tout prix éviter de tomber dans le ridicule et la caricature : "Rapper sur Pythagore, c'est bouffon, ça fait +boloss+. Mais comme les codes sont bien faits - y'a pas un mec avec une casquette sur le côté qui fait yo yo - ça passe. Ils auraient été les premiers à me tailler, les petits. Ils connaissent le sujet".
Radouane Abassi avait à coeur de "les sortir du rap des kalash, des cités, le rap assez trash, rude".
La musique comme outil pédagogique, l'idée n'est pas nouvelle, mais pour Alain Bernard, son formateur à l'Ecole supérieure du professorat et de l'éducation, "plus que la question de la mémorisation, chez lui, il y a une réflexion sur ce qui permet de réconcilier ces enfants avec l'univers scolaire grâce à une culture qui leur est propre".
Notamment "en déjouant les stéréotypes, en tournant en dérision les références à la violence".
"C'est un vrai prof et un vrai rappeur", souligne-t-il. "C'est clair qu'il pourrait multiplier son salaire par je ne sais pas combien s'il montait sur scène, mais il a un vrai sens du service public".
Djilali, un de ses élèves de troisième, confirme: "En classe, y'a rien qui change".
Pas de GTI qui tienne en cours. "Avec les élèves, je reste prof avant d'être rappeur. C'est très carré: ils m'appellent Monsieur, me vouvoient", insiste Radouane Abassi.
Un morceau sur les vecteurs devrait voir le jour prochainement. "Ecrit mais pas encore clipé". Ses vidéos sont léchées, le rendu professionnel : GTI s'auto-produit, rédige lui-même les scenarii de ses clips et les réalise avec des amis.
Il aimerait cette année mettre en place un nouvel exercice avec ses élèves : leur demander une rime, un jeu de mots, une phrase une fois la leçon terminée. "Je garde les meilleurs et j'en fais un son. Ça les force à ouvrir leurs cahiers, c'est un prétexte".
Comme il le dit dans son morceau "le Cercle" : "Si la tête, tu perds, c'est que t'as pas suivi en cours/ Dommage pour toi, ce rap ne sera pas suffisant pour que t'assimiles toute la leçon/ Mais là, j'ai pas fini, alors ne coupe pas le son".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.