Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Irina Shayk ex Shaykholislamova enflamme les réseaux sociaux    Sept corps rejetés par la mer au large de Tarfaya    BAM: le nombre de billets de banque produit en 2019    Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques    Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés    Covid-19: les cascades d'Akchour interdites aux visiteurs    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Avoirs et liquidités détenus à l'étranger : Le délai des déclarations prorogé au 31 décembre 2020    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Edito : Les vraies urgences    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Botola : le Wydad en tête du classement général    Une femme tente de s'immoler par le feu à l'aéroport de Marrakech    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Ahmed Mohamed Al-Amine Andari : Le discours Royal a présenté des solutions concrètes pour surmonter les répercussions du Covid-19    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Alerte météo : Des averses attendues dans ces régions    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Le Discours Royal suscite l'intérêt des hommes politiques européens    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Aïd Al Adha: Grâce Royale pour 752 personnes    Le secteur des fruits rouges a besoin de "reconnaissance et d'encouragement"    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"GTI", le prof de maths français qui rappe sur Pythagore
Publié dans Libération le 17 - 09 - 2019

Dans ses clips, "pas de kalachnikov" ni de violence, mais des compas, des statistiques et Pythagore. Professeur dans une banlieue défavorisée de Paris, Radouane Abassi, alias "GTI" ou "Great Teacher Issaba", rappe ses leçons de maths en reprenant Rhoff, PNL ou Kaaris.
"Si aujourd'hui je prends le +cromi+ (micro) c'est pas pour faire le croma (maquereau)/C'est qu'c'est l'moment de parler de probas/Même sur du Jul, j'parle de maths, c'est trop, gars".
Le phrasé est là - l'autotune aussi -, la gestuelle, le décor des barres d'immeubles: GTI reprend les codes traditionnels du rap dans son écriture comme dans ses vidéos hébergées sur sa chaîne YouTube qui enregistre des centaines de milliers de vues.
Jul, Soprano, Kery James, Sofiane, ou 113, le prof de 32 ans rappe sur les probabilités, les diamètres, Thalès ou les statistiques.
L'enfant de Seine-Saint-Denis, banlieue défavorisée dans le nord de Paris, est né à Figuig, au Maroc.
Bras croisés, regard déterminé, torse bombé, en polo et baskets, il se prête au jeu des photos en habitué devant le collège Jean-Vigo d'Epinay-sur-Seine, qui fait partie du réseau d'"éducation prioritaire" réservé aux territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales.
Avec un débit de mitraillette, Radouane Abassi se raconte facilement: "J'ai toujours rappé sur des choses que je vis. Pas de fiction ou de story-telling, mais mon quotidien d'enseignant".
La première fois, c'était en 2015. Il a sidéré ses élèves en corrigeant leur test en musique. "J'ai lancé l'instru de rap. Ils se sont tous tus. Et à la fin, c'était l'euphorie".
La méthode n'est pas compliquée : "En classe, on peut cracher du son, il y a un ordinateur dans chaque salle. Ça peut aussi se faire a capella".
Il précise que sa pédagogie n'est "pas basée" sur le rap. "C'est un outil supplémentaire. Si ça aide 2% des élèves, tant mieux". "Ces morceaux c'est plus pour des révisions, du réinvestissement".
Il faut à tout prix éviter de tomber dans le ridicule et la caricature : "Rapper sur Pythagore, c'est bouffon, ça fait +boloss+. Mais comme les codes sont bien faits - y'a pas un mec avec une casquette sur le côté qui fait yo yo - ça passe. Ils auraient été les premiers à me tailler, les petits. Ils connaissent le sujet".
Radouane Abassi avait à coeur de "les sortir du rap des kalash, des cités, le rap assez trash, rude".
La musique comme outil pédagogique, l'idée n'est pas nouvelle, mais pour Alain Bernard, son formateur à l'Ecole supérieure du professorat et de l'éducation, "plus que la question de la mémorisation, chez lui, il y a une réflexion sur ce qui permet de réconcilier ces enfants avec l'univers scolaire grâce à une culture qui leur est propre".
Notamment "en déjouant les stéréotypes, en tournant en dérision les références à la violence".
"C'est un vrai prof et un vrai rappeur", souligne-t-il. "C'est clair qu'il pourrait multiplier son salaire par je ne sais pas combien s'il montait sur scène, mais il a un vrai sens du service public".
Djilali, un de ses élèves de troisième, confirme: "En classe, y'a rien qui change".
Pas de GTI qui tienne en cours. "Avec les élèves, je reste prof avant d'être rappeur. C'est très carré: ils m'appellent Monsieur, me vouvoient", insiste Radouane Abassi.
Un morceau sur les vecteurs devrait voir le jour prochainement. "Ecrit mais pas encore clipé". Ses vidéos sont léchées, le rendu professionnel : GTI s'auto-produit, rédige lui-même les scenarii de ses clips et les réalise avec des amis.
Il aimerait cette année mettre en place un nouvel exercice avec ses élèves : leur demander une rime, un jeu de mots, une phrase une fois la leçon terminée. "Je garde les meilleurs et j'en fais un son. Ça les force à ouvrir leurs cahiers, c'est un prétexte".
Comme il le dit dans son morceau "le Cercle" : "Si la tête, tu perds, c'est que t'as pas suivi en cours/ Dommage pour toi, ce rap ne sera pas suffisant pour que t'assimiles toute la leçon/ Mais là, j'ai pas fini, alors ne coupe pas le son".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.