Coronavirus : comment la Commune de Marrakech gère la situation ?    Transferts : Arda Turan de retour à Galatasaray    Météo Maroc: temps chaud ce jeudi avec des températures au dessus de la normale    Covid-19: Ottawa veut se procurer des millions de doses de vaccins    Relance économique: Le détail du plan de travail des Finances    Botola : le classement général    Aïd Al Adha: Finalement peu de réclamations à l'ONSSA    Jet Contractors: L'AMMC vise l'émission d'un emprunt obligataire    Explosions à Beyrouth: Une Marocaine blessée    Fès: Les nouvelles restrictions sanitaires déjà de rigueur    L'écrivain marocain Mohamed Adib Slaoui n'est plus    Botola Pro D1 : Deux joueurs du MAT testés positifs à la Covid-19    Pour l'ONSSA, la Fête du sacrifice s'est déroulée dans de bonnes conditions d'hygiène et de santé animale    Le FUS, précurseur dans le trading de joueurs au Maroc    La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Fulham, vainqueur de Brentford, retrouve la Premier League    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    Nadal dit non à l'US Open et au calendrier infernal    Opérationnalisation des Hautes Orientations Royales contenues dans le discours du Trône du 29 juillet    Pour faire face au nombre croissant des contaminations au nouveau coronavirus    Comment réduire les risques de démence    Covid-19 / Maroc: 1.283 nouveaux cas confirmés en 24 H    Les IDME ont atteint 11 MMDH l'année dernière    "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd    Marc-Aurèle : Le Chemin de la sagesse    La Libye cible de folies hégémoniques    Le président portugais a envoyé un message au roi Mohammed VI    Covid-19: une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Explosions au Liban: Macron attendu à Beyrouth    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination ! (2e partie)    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages dans la région MENA    L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    Le ministère met les dernières touches au plan de relance économique    L'hôtel Avanti Mohammedia mis en vente dans le cadre de la liquidation de la Samir    Ligue des Champions: voici le règlement des 8es    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    4 nouveaux cas de Covid-19 dans un club de Ligue 1    Liban : des tonnes de nitrate d'ammonium à l'origine des explosions    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dindes de Tnine Chtouka !
Publié dans Libération le 21 - 09 - 2019

Il était une fois, à Tnine Chtouka, sur la route reliant El Jadida à Casablanca, un vendeur de dindes bien dodues qui attendent des clients intéressés et en devenir élues! De la fraîcheur du matin au soleil couchant, le chapelet des volatiles s'égrène doucement, pour laisser partir quelques-uns des leurs, aller plus loin voir ailleurs! Elles partent heureuses de quitter le bord de l'asphalte grise, embarquées dans des coffres, bien aquiesçantes, bien soumises.
Mais ce désir de partir n'a jamais traversé l'esprit d'un vieux dindon que le paysan présente à la vente depuis fort longtemps! Sa crête mal formée et sa queue de plumes dépourvue ont fait que personne n'en a franchement voulu. Il en parle pour narrer ses exploits de basse-cour, truffés de coups de bec et d'histoires d'amour. Ainsi, son physique pourtant ingrat n'a pu le priver d'une réelle aura
Par la force du temps qui file et du ballet des véhicules qui défilent, il devint l'incontestable vieux sage, le chef qu'on écoute et admire sans ambages. Chaque jour en glougloutant, pour réveiller la foule et attirer le chaland, il réunit ses fans gallinacés pour leur raconter des histoires insensées. Ce matin, il s'écria : oyez oyez chère populace, si je mens je trépasse! Vos semblables que vous voyez chaque jour partir, ils vont loin sous d'autres cieux se réjouir, picorer sans faim et se prélasser, dans des prairies vertes spécial gallinacés.
Un discours que les volatiles gobent sans difficulté, si impatientes de fuir les éprouvantes chaleurs d'été. Puis le grand jour vint où tout s'effondre pour un rien, où la vérité jaillit à travers voiles et écrins.
Tout a commencé avec la halte d'un riche casablancais, qui en acheta deux pour concocter un délicieux mets : une rfissa bien généreuse pour satisfaire sa tendre râleuse. Après deux heures de route le voici dans son quartier chic, une zone villas où pullulent les servants et le fric. Il demanda à son boy de s'occuper de la pauvre volaille puis entra dans sa demeure saluer épouse et marmaille. Inquiet par l'état comateux d'une des bécasses, le servant les mit au frais avant qu'elles trépassent et en informa son maître avec des mots alambiqués, pour éviter l'ire de la râleuse aimant critiquer.
Après palabres et vive réflexion, ils décidèrent de sacrifier le sain dindon. Une rfissa à moitié généreuse peut toujours adoucir la bougonneuse. Une décision judicieuse vite concrétisée, en bain de sang devant le souffrant tétanisé.
Néanmoins, le Casablancais fut furieux d'être berné par un Doukkali malicieux. Aussi, en allant le lendemain travailler à Mazagan, il ramena le comateux retrouver son clan. Il le jeta en exigeant son magot et en traitant le vendeur de tous les noms d'oiseaux.
Retourné par ce voyage tumultueux, le dindon malade fit un réveil miraculeux. Un retour à la vie bien nécessaire pour mettre fin aux racontars imaginaires. Il en voulut à mort au vieux délirant qui, jour après jour, leur bourrait le fion. Les yeux en larmes et les ailes bien agitées, le survivant effrayé leur dévoile la vérité :
Chers frères n'écoutez plus ce barbon! Il dit n'importe quoi, il délire, il ment. Les dindes qui partent y vont pour mourir, finir en plats divers ou se faire rôtir. Il n'y a ni réjouissance, ni paradis ailleurs qui méritent de tels sacrifices, de telles frayeurs.
Moralité de cette fable pas trop sérieuse : montrer qu'ailleurs, la vie est rarement plus joyeuse. Le bonheur peut se cultiver juste à côté, si on s'y met tous avec envie et sincérité. Finir en repas pour les poissons n'est guère glorieux, ni même faire un travail ingrat sous d'autre cieux.
Arrêtons, donc, de raconter des chimères à nos enfants, et donnons leur les moyens de devenir grands. C'est par l'école que tout doit commencer et qu'une politique équitable peut bien agencer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.