Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Catastrophes et colère divine, un fantasme à la peau dure    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Chambre des représentants : l'ouverture de la 2ème session législative est prévue pour le 10 avril prochain    El Otmani : « Le gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures à même de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus»    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Le Policy Center for the New South analyse la pandémie de coronavirus sous diverses perspectives    Chez le Crédit Agricole du Maroc : Aucune perception d'échéances des crédits habitat et à la consommation pour 4 mois    Coronavirus : 534 cas confirmés au Maroc, ce lundi à 18H    Covid-19/Maroc: enquête après la diffusion d'une liste sur les réseaux sociaux    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    Les soldats de l'ombre du confinement    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Groupe Bank of Africa : les bénéfices en hausse de 5% en 2019    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Opération de soutien provisoire : les demandes se font uniquement via le numéro vert "1212"    Maroc: les prix de certains légumes ont baissé    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Le coronavirus baisse la valeur des joueurs    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2019

La haute société du Golfe en raffole et leurs prix peuvent atteindre parfois des dizaines de milliers d'euros. Les faucons élevés en Espagne sont devenus les plus prisés et le pays le premier exportateur mondial de ces rapaces.
"Les plumes doivent être comme celles-là: toutes entières." Tout fier, Juan Antonio Sanchez inspecte un de ses faucons en partance pour le Qatar. Grand d'une quarantaine de cm, la tête est recouverte d'un chaperon de cuir, la queue de plumes marron toutes droites, le ventre d'une belle couleur beige.
Chaque année, environ 150 faucons quittent l'élevage qu'il gère avec sa compagne Beatriz Dominguez à Fuentespina, dans l'aride Castille. Avec, pour la plupart, le Moyen-Orient pour destination où ils sont achetés par de riches amateurs de courses de rapaces ou de chasse.
Eleveur depuis plus de 15 ans, il a hissé avec d'autres l'Espagne au rang de premier exportateur mondial de faucons en 2018, selon la Convention internationale sur le commerce d'espèces menacées (CITES).
Le pays a déclaré quelque 2.800 spécimens exportés l'an dernier - presque tous vers les Emirats arabes unis, le Qatar, Bahreïn, le Koweït ou l'Arabie Saoudite -, dépassant ainsi le Royaume-Uni (environ 2.500).
A la veille d'exporter 52 rapaces, Juan Antonio et Beatriz les sortent des chambres où ils grandissent à l'abri des regards pendant trois à cinq mois.
Ils leur attachent les pattes avec des lanières de cuir et leur couvrent les yeux, puis les placent sur des perchoirs où ils vont rester une nuit pour se remettre de leur stress.
Les faucons prendront ensuite l'avion de l'aéroport de Madrid jusqu'au Qatar, après des contrôles vétérinaires et règlementaires.
"Moi, j'attends des nouvelles, j'appelle: ils sont arrivés? Ils vont bien? Donnez-leur à manger, à boire... c'est comme un enfant", raconte l'éleveur de 49 ans.
Sur les perchoirs, beaucoup d'hybrides de gerfaut, le plus grand et le plus élégant de tous les faucons, et de pèlerin, le plus rapide.
"Un pèlerin, pour moi, c'est la perfection", s'enthousiasme Beatriz Dominguez. "Chaque partie de son corps est faite pour qu'il vole comme un boulet de canon!", chuchote-t-elle dans les obscurs couloirs menant aux chambres d'élevage.
Chaque rapace est vendu pour un prix allant de 400 à "des milliers" d'euros, lâche Juan Antonio, sans vouloir en dire plus.
Selon Manuel Diego Pareja-Obregon, président de l'Association espagnole de fauconnerie (Aecca), un acheteur du Golfe paie en moyenne 2.000 euros pour ce signe extérieur de richesse.
Mais les rapaces d'une poignée d'élevages très réputés, qui fournissent les familles royales du Golfe, peuvent atteindre des dizaines de milliers d'euros, explique Javier Ceballos, spécialiste espagnol de la fauconnerie.
Au Moyen-Orient, les authentiques parties de chasse, pratiquées pendant des siècles par les tribus nomades, sont devenues de plus en plus rares, les proies à l'état sauvage étant pratiquement éteintes à force d'avoir été chassées.
Contre l'avis des puristes, les rapaces sont donc utilisés en particulier pour des courses organisées dans le désert où ils sont lancés, en ligne droite ou à la poursuite d'un engin téléguidé, et chronométrés.
Ces faucons garnissent de pléthoriques élevages climatisés où des dresseurs sélectionnent les meilleurs spécimens.
Julio César Pérez Guerra, qui s'est occupé pendant trois ans des oiseaux d'un frère du président des Emirats Arabes Unis, Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, raconte: "Ils n'admettent pas qu'un faucon revienne avec une seule plume brisée. Cela peut valoir un bon sermon au fauconnier qui s'en occupe."
Au total en Espagne, environ 400 personnes élèvent des faucons et beaucoup sont entrées sur le marché pendant la crise, en apprenant l'élevage sur Internet pour tenter de vivre de leur passion, explique Manuel Diego Pareja-Obregon.
S'occupant à l'origine d'éloigner les nuisibles des Paéroports ou des bâtiments publics avec des faucons, Juan Antonio Sanchez a fini par élever ses propres rapaces et cette activité représente aujourd'hui 60% de ses revenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.