Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Nasser Bourita s'entretient avec Dmytro Kuleba et Olivier Varhelyi    Nouvelles solutions de Bank of Africa destinées aux étudiants    Décès de Mohamed Talal    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    En RDC, les fonctionnaires fictifs rattrapés par la justice    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    France: fermeture de 89 établissements scolaires    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Casablanca : La quarantaine prolongée deux semaines à partir de lundi prochain    Le Maroc signe avec les Russes une pré-commande d'un vaccin suédo-britannique    Casablanca: arrêté pour avoir menacé le directeur d'un média    Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises    Tramway. Un voyageur blessé    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Ait Taleb: « la situation au Maroc est préoccupante, mais… »    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    L'Institut CDG organise une série de webinaires    Projet de loi sur la grève: Moukhariq fustige «un gouvernement au service du patronat»    Promotion immobilière : voici les trois principaux chantiers des opérateurs pour relancer l'activité    Rabat : fermeture temporaire des bureaux du siège de l'ONMT après la détection de huit cas asymptomatiques    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Soudan du Sud : progrès très lents du processus de paix et nouveau risque de famine    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Football féminin: la LNFF et la DTN ambitionnent la restructuration des clubs    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine
Publié dans Libération le 20 - 11 - 2019

Depuis des semaines, l'artiste marocain Alae Megri parcourt diverses régions de l'Argentine dans le cadre d'un projet artistique qui jette les ponts entre le Maroc et l'Afrique, d'une part, et l'Amérique latine, de l'autre. Le mégatube argentin "Solo le Pido a Dios" est la première pierre de ce projet, le premier du genre dans lequel l'artiste marocain est engagé corps et âme pour un rapprochement culturel et artistique entre le Royaume, le continent africain et l'Amérique latine. La chanson "Solo le Pido a Dios", que Alae Megri, fils de l'artiste Mahmoud Megri, l'un des fondateurs du groupe mythique des "Megri", a interprétée en espagnol dans un "vidéoclip" tourné à travers plusieurs provinces de l'Argentine, est qualifiée d'hymne universel pour la paix.
C'était un cri pour la liberté, la paix et l'union lancé par le chanteur argentin León Gieco en 1978, alors que les dictatures argentine et chilienne étaient sur le point de déclencher une guerre entre les deux pays voisins.
Cette chanson a été un franc succès depuis qu'elle a vu le jour il y a plusieurs décennies et s'est répandue dans la région. Elle est devenue un succès planétaire et l'artiste marocain Alae Megri n'a pas trouvé mieux pour son projet artistique visant à combler le fossé artistique entre deux continents séparés par l'océan Atlantique.
Cette chanson n'est que le premier volet d'un album de six morceaux porté par le projet de l'artiste marocain, qui continue son travail artistique au fil de voyages qui l'ont conduit dans plusieurs villes et régions argentines. "C'est une chanson populaire en Argentine et en Amérique latine, et elle a été jouée dans différentes parties du monde et dans plusieurs langues, telles que l'anglais, le russe et le portugais", a déclaré Megri. "Cette chanson a été écrite à l'origine pour la célèbre et regrettée chanteuse argentine Mercedes Sosa", a-t-il ajouté dans son entretien avec la MAP, rappelant qu'il s'agit d'"une chanson écrite et composée par le célèbre chanteur et compositeur argentin León Gieco". "Je ne connaissais pas personnellement Gieco. Ma productrice argentine basée au Maroc m'a proposé des chansons célèbres en Argentine et en Amérique latine, mais cette chanson m'a enthousiasmé", a-t-il souligné. "C'est un texte engagé qui aborde les problèmes de l'injustice, de la douleur, de la guerre et ce qui se passe dans le monde. Il s'agit d'une invitation à ne pas rester indifférent à ce qui se passe autour de nous", a-t-il dit, faisant savoir qu'il a senti du reggae dans cette chanson dès qu'elle lui été présentée, un art qu'il a appris durant son séjour de 17 ans en Belgique.
Megri a, par ailleurs, révélé qu'après avoir obtenu le feu vert du propriétaire de la chanson, il a commencé à travailler sur la musique au Maroc, affirmant qu'il a "réussi" à l'interpréter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.