Botola J-13 : Le CAYB et le FUS se neutralisent    Hand CAN-2020 : 6 pays dont la Tunisie passent à la seconde phase    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Arrestation d'un individu impliqué dans des opérations d'escroquerie en ligne    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    Marrakech: Le Salon de l'Art et de l'Amitié, une fenêtre sur la beauté et la singularité des arts dans leur diversité    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    L'expérience gouvernementale du PJD démontre le fiasco de son mode opératoire    Laâyoune accueillera le 22 février une réunion des ministres des Affaires étrangères du Maroc et de douze pays du Pacifique    Plus de 112 milliards de DH pour près de 570.000 fonctionnaires    Trump répond au guide suprême iranien, Ali Khamenei    Le Maroc et la Chine signent deux accords afin de renforcer leurs échanges culturels    Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Ashley Young rejoint l'Inter    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage
Publié dans Libération le 07 - 12 - 2019

Les participants à une journée d'étude et de sensibilisation au sujet de "La lutte contre la sextorsion", organisée jeudi à Kénitra, ont plaidé en faveur d'une approche participative entre l'ensemble des acteurs concernés, laquelle approche doit tenir compte de la nécessité de développer les mécanismes de surveillance et de traçage de ce type de crime, né du "boom" que connaît le monde des technologies de l'information.
Lors de la séance d'ouverture de cette journée initiée par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les intervenants ont souligné que la "sextorsion", qui relève de la cybercriminalité, prend plusieurs formes et s'adapte aux changements dans le domaine des nouvelles technologies, d'où la nécessité de cerner toutes les nouveautés qui y naissent et de développer les techniques et les méthodes de lutte contre ce crime transfrontalier. Dans ce sens, le commissaire divisionnaire Ahmed Bendahman a indiqué, dans une allocution au nom de la DGSN, que la Direction est consciente que lutter contre la cybercriminalité signifie faire face à une criminalité qui se métamorphose rapidement et qui exige un suivi permanent tout en passant au crible ses différentes formes et caractéristiques.
De son avis, la "sextorsion" est initialement apparue sous forme d'actions isolées menées par des jeunes au fait des moyens technologiques modernes pour réaliser des fins non lucratives, avant de prendre ensuite la forme d'un crime organisé commis individuellement ou collectivement, où plusieurs applications sont utilisées, dont le but principal est de réaliser un profit important.
Dans un allocution lue au nom du premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, le chef de département de la communication, Mohamed Khadraoui, a indiqué qu'il est difficile de cerner l'ampleur du phénomène de "la sextorsion", compte tenu du nombre de victimes qui ont succombé aux demandes des maîtres-chanteurs voulant être hors du scandale ou diffamation, et dont certains ont même cédé au désespoir tentant l'automutilation ou le suicide au lieu de porter plainte et d'affronter ceux qui exercent le chantage et les menacent.
"Nous sommes devant le défi d'établir la sécurité dans la société par ses dimensions éthique, numérique et humaine, ce qui nous oblige à affronter ces crimes en mobilisant toutes nos ressources et nos capacités dans le cadre d'un plan stratégique intégré, hiérarchisé, assorti d'une vision claire et d'objectifs précis", a-t-il précisé.
M. Khadraoui a, en outre, fait savoir que l'approche préventive fondée sur les valeurs de la communication, de l'ouverture, de la sensibilisation et de la participation de tous les acteurs des domaines de la famille, de l'éducation et des médias aura sans aucun doute des effets positifs sur la réduction de ce crime qui porte atteinte aux valeurs morales inhérentes et entraîne des coûts sociaux, économiques et humains considérables.
De son côté, le chef de la section des affaires pénales de la présidence du Ministère public, Abderahman Lamtouni, a soutenu, dans une allocution lue au nom du président du Ministère public, que l'extorsion sexuelle est devenue l'un des phénomènes criminels graves qui se sont répandus à un niveau important dernièrement, causant de graves dommages aux victimes et à leurs familles, qui subissent des préjudices psychologiques et sociaux pouvant entraîner l'anéantissement des relations conjugales et familiales en général.
Dans ce même sillage, M. Lamtouni a expliqué que ce phénomène dépasse les frontières nationales pour guetter des victimes hors territoire, car ce n'est plus une activité criminelle isolée par individu, mais dans certains cas, elle est commise par un groupe de personnes dans un cadre organisé où les rôles sont partagés entre ses auteurs. La politique pénale tend à insister sur ce type d'actes pour que la majorité des poursuites soit couplée à l'arrestation de l'accusé, et des peines privatives de la liberté, a-t-il relevé, notant toutefois que le phénomène se poursuit et qu'une série de cas de récidive sont enregistrés, ce qui signifie que la politique pénale doit instamment accorder plus d'attention à cette question en développant des moyens de confrontation et de rigueur dans la résolution de ce problème.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.