Congrès extraordinaire du PJD à l'horizon    IDE : les estimations de BAM    L'inflation s'établirait à 0,4% en 2020 et à 1% en 2021 (BAM)    Fenie Brossette : Un plan commercial et opérationnel pour atténuer l'impact Covid    Fès: Saisie de plus de 55.000 bouteilles de boissons alcoolisées, trois individus interpelés    Enseignement supérieur : Une rentrée universitaire bousculée, des étudiants décalés mais non recalés    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Youssef Amrani déplore «le non-Maghreb», un «gâchis économique, un handicap politique et une aberration historique»    «La couverture sociale globale, un investissement productif»    L'OFPPT lance les travaux de construction de sa 5ème Cité des Métiers et des Compétences    Au siège de l'AIEA, une fontaine marocaine s'offre un lifting    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    L'effervescence des supporters envahit les réseaux sociaux    UFC: Khamzat Chimaev, le Khabib 2.0 !    Botola (25e journée)    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le Maroc de l'ancien monde    Alerte vidéo – Casablanca : Gigantesque incendie dans une usine du quartier industriel de Sidi Bernoussi    Les lunettes de vue offrent une protection contre le coronavirus [Etude]    Ghita Mouttaqi-Allah, présidente du Rotary Club Casablanca La Sqala : « On veut vulgariser et partager des expériences touchant la maladie d'Alzheimer »    Le doute et le désarroi s'installent    Une geste citoyen pour améliorer la qualité de l'air respiré en ville    Taux directeur : CDG Capital anticipe des baisses supplémentaires lors des prochains Conseils de Bank Al-Maghrib    Les polycliniques de la CNSS: où est le problème?    Une grande perte pour la recherche sur l'amazighe    Mme Fettah Alaoui: «La culture est un pilier majeur pour le tourisme marocain»    Entre le monde des Arts et l'univers des Lettres    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    La chaîne française M6 interdite en Algérie après la diffusion d'un documentaire au vitriol    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    Présidentielle en Côte d'Ivoire : le représentant de l'ONU appelle à la «retenue»    Au Mali, l'ex-ministre de la défense Ba N'Daou nommé président de transition    Elections : La bataille des jeunes a commencé    L'actrice Mariem Hussein arrêtée à Dubaï    Tourisme : Marrakech affûte ses armes pour la reprise    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Moha Ouali Tagma désigné membre de la délégation de haut niveau à l'OIF    Joe Biden. « 200 millions d'Américains morts du Covid »    Botola: le Hassania d'Agadir tombe à Oued Zem (VIDEO)    AIEA: Le Maroc préside la 64e conférence    Reportage de M6: les autorités algériennes contre-attaquent    L'hôpital des FAR prodigue des soins permanents aux brûlés de l'explosion de Beyrouth    Jawad Yamiq proche du Getafe    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage
Publié dans Libération le 07 - 12 - 2019

Les participants à une journée d'étude et de sensibilisation au sujet de "La lutte contre la sextorsion", organisée jeudi à Kénitra, ont plaidé en faveur d'une approche participative entre l'ensemble des acteurs concernés, laquelle approche doit tenir compte de la nécessité de développer les mécanismes de surveillance et de traçage de ce type de crime, né du "boom" que connaît le monde des technologies de l'information.
Lors de la séance d'ouverture de cette journée initiée par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les intervenants ont souligné que la "sextorsion", qui relève de la cybercriminalité, prend plusieurs formes et s'adapte aux changements dans le domaine des nouvelles technologies, d'où la nécessité de cerner toutes les nouveautés qui y naissent et de développer les techniques et les méthodes de lutte contre ce crime transfrontalier. Dans ce sens, le commissaire divisionnaire Ahmed Bendahman a indiqué, dans une allocution au nom de la DGSN, que la Direction est consciente que lutter contre la cybercriminalité signifie faire face à une criminalité qui se métamorphose rapidement et qui exige un suivi permanent tout en passant au crible ses différentes formes et caractéristiques.
De son avis, la "sextorsion" est initialement apparue sous forme d'actions isolées menées par des jeunes au fait des moyens technologiques modernes pour réaliser des fins non lucratives, avant de prendre ensuite la forme d'un crime organisé commis individuellement ou collectivement, où plusieurs applications sont utilisées, dont le but principal est de réaliser un profit important.
Dans un allocution lue au nom du premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, le chef de département de la communication, Mohamed Khadraoui, a indiqué qu'il est difficile de cerner l'ampleur du phénomène de "la sextorsion", compte tenu du nombre de victimes qui ont succombé aux demandes des maîtres-chanteurs voulant être hors du scandale ou diffamation, et dont certains ont même cédé au désespoir tentant l'automutilation ou le suicide au lieu de porter plainte et d'affronter ceux qui exercent le chantage et les menacent.
"Nous sommes devant le défi d'établir la sécurité dans la société par ses dimensions éthique, numérique et humaine, ce qui nous oblige à affronter ces crimes en mobilisant toutes nos ressources et nos capacités dans le cadre d'un plan stratégique intégré, hiérarchisé, assorti d'une vision claire et d'objectifs précis", a-t-il précisé.
M. Khadraoui a, en outre, fait savoir que l'approche préventive fondée sur les valeurs de la communication, de l'ouverture, de la sensibilisation et de la participation de tous les acteurs des domaines de la famille, de l'éducation et des médias aura sans aucun doute des effets positifs sur la réduction de ce crime qui porte atteinte aux valeurs morales inhérentes et entraîne des coûts sociaux, économiques et humains considérables.
De son côté, le chef de la section des affaires pénales de la présidence du Ministère public, Abderahman Lamtouni, a soutenu, dans une allocution lue au nom du président du Ministère public, que l'extorsion sexuelle est devenue l'un des phénomènes criminels graves qui se sont répandus à un niveau important dernièrement, causant de graves dommages aux victimes et à leurs familles, qui subissent des préjudices psychologiques et sociaux pouvant entraîner l'anéantissement des relations conjugales et familiales en général.
Dans ce même sillage, M. Lamtouni a expliqué que ce phénomène dépasse les frontières nationales pour guetter des victimes hors territoire, car ce n'est plus une activité criminelle isolée par individu, mais dans certains cas, elle est commise par un groupe de personnes dans un cadre organisé où les rôles sont partagés entre ses auteurs. La politique pénale tend à insister sur ce type d'actes pour que la majorité des poursuites soit couplée à l'arrestation de l'accusé, et des peines privatives de la liberté, a-t-il relevé, notant toutefois que le phénomène se poursuit et qu'une série de cas de récidive sont enregistrés, ce qui signifie que la politique pénale doit instamment accorder plus d'attention à cette question en développant des moyens de confrontation et de rigueur dans la résolution de ce problème.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.