Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump
Publié dans Libération le 10 - 12 - 2019

"Dossier en béton" contre procédure de destitution "bidon": les démocrates et Donald Trump étaient aux antipodes avant l'ouverture lundi, dans un Congrès profondément divisé, d'une audition qui devrait mener sous peu à la mise en accusation du président américain.
Soupçonné d'abus de pouvoir, Donald Trump serait déclaré coupable "en trois minutes chrono" par un jury s'il était devant un tribunal, a affirmé l'élu démocrate qui supervisera la rédaction des chefs d'accusation.
"Nous avons un dossier en béton", a ajouté dimanche sur CNN Jerry Nadler, président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants.
Forts de leur majorité à la Chambre, les démocrates ont ouvert fin septembre une enquête en destitution contre Donald Trump après avoir appris qu'il avait demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de l'élection présidentielle de 2020.
Selon M. Nadler, "l'accusation au coeur (du dossier) est que le président a placé ses intérêts au-dessus de ceux du pays à plusieurs reprises et qu'il a demandé l'ingérence d'une puissance étrangère dans nos élections à plusieurs reprises".
Cela pose, a-t-il mis en garde, "un véritable danger pour le scrutin" présidentiel de novembre 2020, à l'occasion duquel le milliardaire républicain espère décrocher un second mandat.
Donald Trump proclame son innocence et dénonce une enquête anticonstitutionnelle, une "mascarade" démocrate montée à charge contre lui avec laquelle il refuse de coopérer.
Après deux mois d'enquête à la Chambre basse et une quinzaine d'auditions, la commission judiciaire s'attèlera cette semaine à la rédaction des chefs d'accusation visant le président.
Elle devait commencer par entendre, lundi, des représentants des groupes républicain et démocrate.
Ces avocats devaient présenter chacun leur version, très probablement contradictoires, des conclusions à tirer de l'enquête et des fondements constitutionnels justifiant, ou non, la destitution.
Les démocrates pourraient ensuite, dans les prochains jours, retenir plusieurs chefs d'accusation: abus de pouvoir et corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la justice.
Cette nouvelle étape accélère la procédure vers un vote en séance plénière à la Chambre sur la mise en accusation ("impeachment" en anglais) du président, qui surviendra probablement avant Noël.
Il faudra avant cela passer par un vote clé en commission judiciaire sur ces mêmes chefs d'accusation, qui pourrait être organisé dès la fin de la semaine.
Compte tenu de la majorité démocrate à la Chambre, Donald Trump deviendra certainement le troisième président de l'histoire, après Andrew Johnson et Bill Clinton, mis en accusation au Congrès américain. Lâché par ses troupes, Richard Nixon avait démissionné avant le vote en séance plénière.
Mais le milliardaire devrait ensuite être acquitté lors du procès politique qui sera organisé au Sénat, où les républicains sont majoritaires et le soutiennent largement.
Ils accusent les démocrates d'aller trop vite, avec pour seul objectif de destituer un Donald Trump qu'ils craignent de ne pas battre en 2020. Et le président républicain jure de prendre sa revanche dans les urnes.
L'enquête des démocrates est une "véritable honte", a dénoncé dimanche la porte-parole de la Maison Blanche, Stephanie Grisham. "Ils ont peur de la prochaine élection".
Mais s'il est mis en accusation à la Chambre, le président pourra au moins bénéficier d'une "procédure juste" au Sénat, a-t-elle affirmé sur Fox News, martelant qu'il n'avait "rien fait de mal".
Les sénateurs républicains prendront alors les rênes de la procédure et Donald Trump veut qu'ils convoquent une batterie de démocrates, dont Joe Biden et son fils Hunter.
Ce dernier avait été nommé au conseil d'administration d'un grand groupe gazier ukrainien lorsque son père était vice-président de Barack Obama. Ce qui mène le président à les accuser, sans preuves, d'être corrompus.
Le sénateur républicain Lindsey Graham, un allié influent du président, a prévenu dimanche qu'il lui conseillerait de ne pas convoquer ces témoins, afin d'en finir rapidement avec une procédure qui "déchire le pays".
"Dès que 51 d'entre nous", soit une majorité simple au Sénat, "diront que nous en avons assez entendu, ce procès se terminera", a-t-il déclaré sur Fox News. "Le président va être acquitté".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.