Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump
Publié dans Libération le 10 - 12 - 2019

"Dossier en béton" contre procédure de destitution "bidon": les démocrates et Donald Trump étaient aux antipodes avant l'ouverture lundi, dans un Congrès profondément divisé, d'une audition qui devrait mener sous peu à la mise en accusation du président américain.
Soupçonné d'abus de pouvoir, Donald Trump serait déclaré coupable "en trois minutes chrono" par un jury s'il était devant un tribunal, a affirmé l'élu démocrate qui supervisera la rédaction des chefs d'accusation.
"Nous avons un dossier en béton", a ajouté dimanche sur CNN Jerry Nadler, président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants.
Forts de leur majorité à la Chambre, les démocrates ont ouvert fin septembre une enquête en destitution contre Donald Trump après avoir appris qu'il avait demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter lors de l'élection présidentielle de 2020.
Selon M. Nadler, "l'accusation au coeur (du dossier) est que le président a placé ses intérêts au-dessus de ceux du pays à plusieurs reprises et qu'il a demandé l'ingérence d'une puissance étrangère dans nos élections à plusieurs reprises".
Cela pose, a-t-il mis en garde, "un véritable danger pour le scrutin" présidentiel de novembre 2020, à l'occasion duquel le milliardaire républicain espère décrocher un second mandat.
Donald Trump proclame son innocence et dénonce une enquête anticonstitutionnelle, une "mascarade" démocrate montée à charge contre lui avec laquelle il refuse de coopérer.
Après deux mois d'enquête à la Chambre basse et une quinzaine d'auditions, la commission judiciaire s'attèlera cette semaine à la rédaction des chefs d'accusation visant le président.
Elle devait commencer par entendre, lundi, des représentants des groupes républicain et démocrate.
Ces avocats devaient présenter chacun leur version, très probablement contradictoires, des conclusions à tirer de l'enquête et des fondements constitutionnels justifiant, ou non, la destitution.
Les démocrates pourraient ensuite, dans les prochains jours, retenir plusieurs chefs d'accusation: abus de pouvoir et corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la justice.
Cette nouvelle étape accélère la procédure vers un vote en séance plénière à la Chambre sur la mise en accusation ("impeachment" en anglais) du président, qui surviendra probablement avant Noël.
Il faudra avant cela passer par un vote clé en commission judiciaire sur ces mêmes chefs d'accusation, qui pourrait être organisé dès la fin de la semaine.
Compte tenu de la majorité démocrate à la Chambre, Donald Trump deviendra certainement le troisième président de l'histoire, après Andrew Johnson et Bill Clinton, mis en accusation au Congrès américain. Lâché par ses troupes, Richard Nixon avait démissionné avant le vote en séance plénière.
Mais le milliardaire devrait ensuite être acquitté lors du procès politique qui sera organisé au Sénat, où les républicains sont majoritaires et le soutiennent largement.
Ils accusent les démocrates d'aller trop vite, avec pour seul objectif de destituer un Donald Trump qu'ils craignent de ne pas battre en 2020. Et le président républicain jure de prendre sa revanche dans les urnes.
L'enquête des démocrates est une "véritable honte", a dénoncé dimanche la porte-parole de la Maison Blanche, Stephanie Grisham. "Ils ont peur de la prochaine élection".
Mais s'il est mis en accusation à la Chambre, le président pourra au moins bénéficier d'une "procédure juste" au Sénat, a-t-elle affirmé sur Fox News, martelant qu'il n'avait "rien fait de mal".
Les sénateurs républicains prendront alors les rênes de la procédure et Donald Trump veut qu'ils convoquent une batterie de démocrates, dont Joe Biden et son fils Hunter.
Ce dernier avait été nommé au conseil d'administration d'un grand groupe gazier ukrainien lorsque son père était vice-président de Barack Obama. Ce qui mène le président à les accuser, sans preuves, d'être corrompus.
Le sénateur républicain Lindsey Graham, un allié influent du président, a prévenu dimanche qu'il lui conseillerait de ne pas convoquer ces témoins, afin d'en finir rapidement avec une procédure qui "déchire le pays".
"Dès que 51 d'entre nous", soit une majorité simple au Sénat, "diront que nous en avons assez entendu, ce procès se terminera", a-t-il déclaré sur Fox News. "Le président va être acquitté".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.