Les villes doivent impérativement maintenir des systèmes alimentaires durables, affirme la FAO    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    Le Raja de Casablanca retrouve la tête du classement de Botola Pro D1    Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti
Publié dans Libération le 13 - 12 - 2019

L'ex-Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a officiellement lancé vendredi son parti politique, rejetant tout "culte de la personnalité" et appelant au respect de l'Etat de droit, une pique à peine voilée à l'adresse du président Recep Tayyip Erdogan accusé de dérive autoritaire.
M. Davutoglu a été chef du gouvernement sous M. Erdogan de 2014 à 2016, avant d'être brutalement écarté en raison de désaccords avec le chef de l'Etat et alors qu'il semblait vouloir prendre davantage d'autonomie.
Lors d'une cérémonie à Ankara, il a officialisé la naissance du "Parti de l'Avenir" et présenté son emblème, une feuille de platane, symbole d'enracinement, de la couleur verte de l'islam, un appel du pied aux électeurs conservateurs déçus du parti présidentiel AKP.
Dans un discours fleuve, cet ancien universitaire âgé de 60 ans a présenté ses priorités en matière d'économie et de politique étrangère, mais surtout insisté sur le respect de l'Etat de droit en reprenant des griefs souvent adressés à M. Erdogan.
"Il est essentiel pour un Etat de droit d'avoir pour socle l'indépendance de la justice (...) La presse ne devrait pas s'autocensurer ou être directement censurée", a-t-il déclaré.
M. Davutoglu n'a pas prononcé le nom de M. Erdogan, mais ce réquisitoire semble directement viser le président turc, accusé par les ONG et des pays occidentaux de dérive autoritaire, en particulier depuis une tentative de coup d'Etat le visant en 2016.
"Notre parti rejette une manière de faire de la politique basée sur le culte de la personnalité", a-t-il ajouté.
M. Davutoglu, qui a également servi comme chef de la diplomatie de M. Erdogan, a longtemps été l'un de ses plus proches alliés depuis son arrivée au pouvoir en 2003.
Mais le président turc l'a écarté sans ménagement en 2016, alors que les deux hommes s'opposaient sur plusieurs dossiers, notamment une révision constitutionnelle visant à instaurer le régime hyperprésidentiel voulu par M. Erdogan.
Vendredi, M. Davutoglu a appelé à revenir sur cette réforme qui "ne remplit pas les critères démocratiques".
M. Davutoglu n'est pas le seul ancien proche du président à faire sécession : un ancien vice-Premier ministre et ministre de l'Economie de M. Erdogan, Ali Babacan, a indiqué qu'il lancerait son propre parti dans les semaines à venir.
Les opposants de M. Erdogan espèrent que la création de ces formations dissidentes contribuera à affaiblir l'AKP, qui a essuyé des revers sans précédent lors des dernières élections municipales en mars, sur fond de difficultés économiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.