Coupe de la CAF: Le Hassania d'Agadir qualifié pour les quarts de finale    Immigration clandestine : 5 individus devant la justice à Oujda pour falsification    Coronavirus : trois cas confirmés en France    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages
Publié dans Libération le 15 - 12 - 2019


Militaire, islamiste, champion des pétrodollars ou criminel recherché: l'ex dirigeant soudanais Omar El-Béchir, condamné samedi à deux ans de détention dans un centre correctionnel pour corruption après son éviction du pouvoir, a montré différents visages en 30 ans de règne autoritaire. Célèbre pour les pas de danse qu'il n'hésitait pas à entreprendre en public, l'homme n'a jamais manqué d'assurance, assumant sans hésitation chacune de ses postures politiques. Quelques jours seulement avant d'être destitué le 11 avril par l'armée sous la pression de la rue, Omar El-Béchir haranguait encore la foule, en tenue safari et faisant tournoyer sa canne au dessus de sa tête coiffée d'un turban. Pour l'opinion internationale, l'ex dictateur, qui a écrasé impitoyablement toute rébellion ou opposition depuis son accession au pouvoir en 1989 par un coup d'Etat, a surtout pris le visage d'un criminel recherché. Dans le conflit du Darfour à partir de 2003, les milices arabes pro-régime Janjawid terrorisent la population de la province occidentale. Bilan selon l'ONU: 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés. La Cour pénale internationale (CPI) émet alors en 2009 un mandat d'arrêt à l'encontre de M. Béchir pour "crimes de guerre", "crimes contre l'humanité" au Darfour, et pour "génocide" depuis 2010. L'intéressé met ensuite un point d'honneur à narguer l'institution internationale en paradant lors de visites à l'étranger, en Arabie saoudite ou en Egypte. Mais c'est une affaire de corruption, pour des fonds perçus auprès du prince héritier d'Arabie saoudite Mohamed ben Salmane, qui lui a valu d'être samedi jugé et condamné à deux ans de détention dans un centre correctionnel pour personnes âgées, par un tribunal spécial. Le gouvernement de transition, installé en septembre, n'a pas à ce jour autorisé son extradition vers la Haye où siège la CPI. Crâne dégarni, large moustache et silhouette enrobée, Omar Hassan Ahmad el-Béchir, 75 ans, a deux femmes mais pas d'enfant. Il est né dans la petite ville d'Hosh Bannaga, à près de 200 km au nord de Khartoum, dans ce qui était alors le Soudan anglo-égyptien. Issu d'une famille pauvre, il appartient à la tribu des Al-Bedairyya AlDahmashyya, l'une des plus puissantes du pays. Formé à l'académie militaire en Egypte, il participe en 1973 à la guerre contre Israël aux côtés de l'armée égyptienne. Le 30 juin 1989, entouré d'un groupe d'officiers, il saisit le pouvoir à Khartoum, en renversant le gouvernement démocratiquement élu de Sadek al-Mahdi. M. Béchir est alors appuyé par le Front islamique national, le parti de son mentor Hassan Al-Tourabi. Sous l'influence de ce dernier, il oriente le Soudan --pays morcelé en une pléthore de tribus et alors divisé entre le Nord majoritairement musulman et le Sud peuplé de chrétiens-- vers l'islam radical. Khartoum devient la plaque tournante de l'internationale islamiste, accueillant notamment le chef d'Al-Qaïda, Oussama ben Laden, avant de l'expulser en 1996 sous la pression des Etats-Unis. Puis, à la fin des années 90, M. Bé- chir se démarque d'Al-Tourabi et tourne le dos à l'islamisme radical pour améliorer ses relations avec ses adversaires et voisins. "Béchir est devenu habile avec le temps, il a appris le métier, au départ, ce n'était pas une personnalité de premier plan", se souvient Marc Lavergne, directeur de recherches au CNRS, spécialiste de la Corne de l'Afrique. A l'apogée de son pouvoir, il bénéficie dans les années 2000 de la manne pétrolière qui afflue et renforce encore son emprise sur le pays. En 2005, en plein conflit au Darfour, il signe l'accord de paix avec les rebelles du Sud qui ouvre la voie à un partage du pouvoir et à un référendum sur l'indépendance de cette région. Celle-ci deviendra en 2011 le Soudan du Sud. Les réserves pétrolières étant concentrées dans le sud, Omar El-Béchir perd un atout de poids, et entame son déclin alors que le pays s'enfonce peu à peu dans une grave crise économique. Longtemps allié de l'Iran, qui l'a aidé à mettre en place son appareil sécuritaire, M. Béchir tente un dernier pari en rejoignant le camp du grand rival régional, l'Arabie saoudite, jugée meilleure alliée après le choc des révolutions arabes en 2011. "Béchir a toujours louvoyé pour survivre à travers les conflagrations du monde arabe", résume Marc Lavergne. En 2013, un soulèvement lié au coût de la vie est rapidement écrasé par le régime. Ce n'est qu'en avril 2019, après quelques mois de manifestations de rue, que la contestation aura raison de lui. Après avoir été élu deux fois président dans des scrutins boycottés par l'opposition, en 2010 et 2015, M. Béchir comptait briguer un troisième mandat en 2020.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.