Des directives pour protéger l'ordre public économique    Centres d'appels: «Nous contribuons à relever les minima sociaux du pays»    Réalité virtuelle: La technologie du vidéo gaming s'invite dans la formation    Irrigation: Une solution pour économiser l'eau    Les Algériens défilent toujours    Brèves    Météo: le temps qu'il fera ce jeudi au Maroc    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Affaire "Hamza mon bb": le hacker condamné n'en a pas fini avec les ennuis    Tunisie: la composition du nouveau gouvernement annoncée (VIDEO)    Le Maroc tance de nouveau Amnesty International    Nasser Bourita : les relations maroco-mauritaniennes sont à leur meilleur niveau    Examen des relations entre le Maroc et la région de Valence    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    La Côte d'Ivoire inaugure son consulat général à Laâyoune    Ligue des champions : Dortmund et Atlético s'en tirent à bon compte    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Divers Economie    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Le Maroc se porte candidat pour organiser la finale de la Ligue des Champions africaine 2020    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    OMS : la pneumonie Covid-19 s'avère bénigne dans quatre cas sur cinq    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Bourita : Le Sahara marocain est un « pôle de coopération Sud-Sud »    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye
Publié dans Libération le 17 - 01 - 2020

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a affirmé, mercredi à Rabat, que les ingérences étrangères en Libye auront un impact négatif sur les efforts visant à rétablir la stabilité dans ce pays.
«Le Maroc, qui a déjà fait part de sa position à l'égard de la crise libyenne, considère que l'ingérence étrangère, y compris militaire, complique la situation libyenne et impacte négativement les efforts internationaux visant à résoudre cette crise», a indiqué Nasser Bourita lors d'un point de presse à l'issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères grec, Nikos Dendias.
Ces ingérences «auront un impact négatif sur tous les efforts visant à rétablir la stabilité en Libye», a-t-il averti. Pour le Maroc, «la solution en Libye ne peut être militaire», a encore insisté Nasser Bourita, qui a estimé que cette solution «ne peut être que politique et venant des Libyens eux-mêmes, comme cela a été démontré à Skhirat, avec l'accompagnement de la communauté internationale». La résolution de la crise libyenne «ne saurait provenir de l'extérieur, ni servir des agendas extérieurs», a-t-il dit.
«La Libye n'est pas un fonds de commerce ou de diplomatie qui peut être utilisé pour organiser des conférences et se prendre en photos», a souligné le chef de la diplomatie marocaine, insistant que cette crise ne doit pas être traitée comme un «levier diplomatique», ni comme un «élément de shows diplomatiques», mais requiert un traitement «sobre et responsable, loin de toutes ces manœuvres et de cette exploitation de la souffrance du peuple libyen».
Le ministre a fait part, en ce sens, du «regret» du Maroc de voir «certaines parties contraindre les Libyens à prendre des positions et des obligations juridiques qui ne servent pas les intérêts du peuple libyen», s'interrogeant à cet égard sur «la conformité de ces engagements juridiques avec les dispositions de l'accord de Skhirat».
Ces engagements juridiques et ces positions politiques vers lesquels certaines parties tentent d'entraîner le gouvernement libyen et les différentes factions dans ce pays «servent des agendas extérieurs qui n'ont rien à voir avec les intérêts du peuple libyen, ni avec la stabilité et la paix que les Libyens appellent de leur voeu», a-t-il dit.
Par conséquent, «nous sommes aujourd'hui à une étape cruciale dans le développement de la question libyenne, qui requiert coordination et responsabilité et exige l'éloignement de la Libye et des Libyens des agendas et des engagements juridiques qui ne servent ni la stabilité ni la paix dans ce pays», a ajouté Nasser Bourita.
Le ministre a noté, par ailleurs, avoir convenu avec le chef de la diplomatie grecque de «coordonner davantage à l'avenir nos positions sur la crise libyenne», faisant savoir que les deux parties se sont également mises d'accord pour travailler ensemble «en faveur d'une solution politique basée sur l'accord de Skhirat, qui demeure jusqu'ici la seule expérience diplomatique réussie dans le traitement de la question libyenne».
Concernant la prochaine réunion sur la Libye, prévue à Berlin, Nasser Bourita a noté qu'il s'agira de la «7ème réunion internationale depuis Skhirat», formulant le vœu que cette réunion ne soit pas vouée au même destin que ses précédentes et qu'elle soit plutôt «suivie d'une action responsable pour parvenir à des solutions pratiques basées sur l'accord de Skhirat».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.