Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient
Publié dans Libération le 20 - 02 - 2020


Le "Hirak", le mouvement de
contestation populaire qui secoue l'Algérie depuis un an, est "gérable" pour l'armée, pilier du régime, selon Luis Martinez, politiste et directeur de recherche au CERI-Sciences Po de Paris.
En revanche, la crise financière et
économique qui s'annonce "ne l'est pas", estime ce spécialiste du Maghreb, auteur de "Violences de la rente pétrolière,
Algérie-Libye-Irak".
Pourquoi considérez-vous la situation économique comme plus préoccupante pour le pouvoir algérien que le "Hirak"?
Luis Martinez : Le "Hirak" ne constitue pas une menace à court terme pour le régime, bien au contraire grâce à ce mouvement populaire pacifique, l'armée a réussi à démanteler tous les réseaux financiers, économiques qui étaient liés à l'ancien président (Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission le 2 avril).
Il a été l'opportunité politique de se débarrasser de puissants réseaux civils qui s'étaient affranchis de la tutelle de l'armée.
Si le "Hirak" est gérable pour l'armée, la crise financière et économique qui arrive ne l'est pas.
L'effondrement du prix du baril de pétrole à partir de 2014 a réduit de moitié les recettes liées aux exportations d'hydrocarbures (qui représentent plus de 90% des recettes extérieures du pays, ndlr).
(...)
Les réserves de change (180 milliards de dollars en 2014, 50 milliards en 2020) (...) s'épuisent et il est à craindre qu'en décembre 2020, il ne reste plus grand-chose pour soutenir les dépenses en 2021.
(...) Le gouvernement utilise le déficit budgétaire (7,2% du PIB) pour sécuriser les dépenses publiques et surtout les dépenses de l'armée (12 milliards de dollars).
"Le mur" est devant, dîtes-vous, comment faire pour l'éviter ?
Depuis 2018, les autorités s'efforcent de réduire les dépenses de fonctionnement et d'équipements (-20%) et de limiter les importations.
Les autorités ne peuvent pas aller trop loin, le secteur public représente selon certains économistes 45% dans la formation de la valeur ajoutée. Plus de 400 entités publiques sont soutenus directement et il est difficile de mettre un terme à ces subventions publiques.
Il reste donc à augmenter les recettes fiscales: si les recettes fiscales pétrolières dépendent du prix du baril de pétrole et donc du marché pétrolier international, le gouvernement prévoit d'augmenter les recettes fiscales ordinaires (élargissement de l'assiette fiscale et meilleur recouvrement).
Ces mesures conjoncturelles seront insuffisantes et la probabilité est élevée de voir fin 2020 le gouvernement négocier des prêts, donc choisir l'endettement, pour compenser l'épuisement des réserves de change.
Politiquement, le gouvernement est contraint d'entretenir à n'importe quel prix les dépenses publiques afin de ne pas plonger l'Algérie dans une crise sociale aux conséquences et aux effets plus redoutées que les revendications du "Hirak".
Le nouveau gouvernement vient d'adopter son "Plan d'action" axé sur la relance de l'économie. Mais ne risque-t-il pas précisément de fragiliser davantage le tissu social et donc alimenter une radicalisation du "Hirak"?
Le "Plan d'action du gouvernement" est instructif car il part du constat de la nécessaire "moralisation de la vie publique" comme préalable à des réformes financières et à un renouveau économique.
Le sentiment que la vie publique est polluée par la corruption et l'incompétence est un grief ancien, dénoncé par toutes les tendances politiques, et cela depuis les années 80.
Le problème majeur de l'économie algérienne est qu'elle repose sur une hyper-dépendance vis-à-vis du marché pétrolier et à chaque crise se pose la question de nécessaires réformes de cette économie rentière, et chaque fois que le prix du baril repart à la hausse, les autorités privilégient la redistribution à l'investissement et à la diversification. Diversifier l'économie, réduire la part des hydrocarbures dans le PIB, développer l'attractivité de l'Algérie constituent des réponses à termes. De telles réformes demandent du temps et la confiance de la société. Or aujourd'hui, le gouvernement ne dispose d'aucun des deux. Il doit reconstruire dans l'urgence une vie politique, mettre en oeuvre son plan d'action et espérer que le prix du pétrole remonte!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.