Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède
Publié dans Libération le 27 - 02 - 2020

La ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, a demandé mardi à la Chine de libérer l'éditeur suédois d'origine chinoise Gui Minhai condamné la veille en Chine à dix ans d'emprisonnement.
"Nous avons toujours été clairs pour demander que Gui Minhai soit libéré de manière à retrouver sa fille et sa famille. Cette demande demeure", a déclaré Mme Linde dans un communiqué. A la fois libraire et éditeur, Gui Minhai, 55 ans, publiait à Hong Kong des livres au contenu salace sur les dirigeants chinois. Il avait déjà été détenu en Chine entre 2015 et 2017, avant de "disparaître" à nouveau dans le pays en février 2018. Un tribunal de Ningbo (est de la Chine), qui a prononcé la condamnation lundi, l'a reconnu coupable d'avoir "illégalement diffusé à l'étranger des informations classées", sans préciser la nature de ces dernières.
Le tribunal a assuré dans un communiqué que l'éditeur avait demandé en 2018 à recouvrer sa nationalité chinoise. Or, la Chine ne reconnaît pas de double nationalité et on ignorait dans l'immédiat s'il avait renoncé à son passeport suédois. M. Gui "a reconnu sa culpabilité, accepté le verdict et ne fera pas appel", selon le communiqué du tribunal. Gui Minhai travaillait à Hong Kong pour la maison d'édition Mighty Current qui publiait, profitant des libertés publiques du territoire chinois semi-autonome, des livres au ton sensationnaliste sur la vie privée des dirigeants chinois, interdits en Chine continentale. Mais en 2015, comme quatre de ses confrères, M. Gui s'était volatilisé: il avait disparu lors de vacances en Thaïlande, avant de réapparaître dans un centre de détention chinois et "d'avouer" à la télévision d'Etat son implication dans un accident de la route en 2003.
Les autorités chinoises avaient assuré l'avoir relâché en octobre 2017, mais selon sa fille, Angela Gui, il avait été placé en résidence surveillée à Ningbo (est). M. Gui avait été de nouveau interpellé en janvier 2018 dans un train, alors qu'il se rendait à Pékin, accompagné de diplomates suédois, pour un rendez-vous médical. Après cette deuxième "disparition", Gui Minhai était de nouveau apparu à la télévision chinoise, accusant son pays d'adoption - la Suède - de l'avoir manipulé comme "un pion" et avouant "avoir enfreint la loi à son instigation". Une version que mettent en doute ses proches, qui ont dénoncé sans relâche des poursuites à caractère politique.
La détention de Gui Minhai a gravement perturbé les relations entre la Chine et la Suède. Stockholm avait vivement dénoncé en février 2018 l'interpellation "brutale" de M. Gui dans le train où des diplomates suédois l'accompagnaient, la jugeant "contraire aux règles internationales fondamentales sur le soutien consulaire".
Et la Chine avait exprimé sa colère lorsque, en novembre dernier, la ministre suédoise de la Culture avait remis à Gui Minhai, en son absence, un prix de l'Association de défense des écrivains PEN. L'ambassadeur de Chine avait menacé Stockholm de "mesures de rétorsion" et Pékin avait annulé la venue en Suède de deux importantes délégations de patrons chinois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.