Examen de la coopération sécuritaire maroco-américaine    Josep Borrell brise les rêves du Polisario et de l'Algérie    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Le Maroc émet avec succès un emprunt obligataire de 1 milliard d'euros en deux tranche    Médicaments covid-19, la rupture est confirmée    Grand oral du Maroc à Genève sur la politique des services    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Enzo Zidane proche du Wydad de Casablanca    Messi, prié de rester au Barça mais privé de sa garde rapprochée    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Vaccin anti-Covid19: la Chine veut produire 610 millions de doses par an    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Dislog Group consolide son portefeuille de marques avec « Fine »    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré
Publié dans Libération le 27 - 02 - 2020

Les mesures entreprises depuis l'instauration de la Commission de lutte contre la spoliation foncière d'autrui ont permis de contourner le phénomène et de limiter sa prolifération, a indiqué, mardi à Rabat, le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, précisant qu'aucun nouveau cas de spoliation n'a été enregistré depuis la mise en œuvre des décisions et recommandations de ladite instance.
Dans une allocution lors d'une réunion de la Commission de lutte contre la spoliation foncière d'autrui, il a affirmé que le nombre des affaires en cours, lesquelles sont antérieures à la création de la commission, ne dépasse pas 40 dossiers, dont neuf sont en cours d'instruction, six ont été soumis au tribunal de première instance, quatorze sont devant les Cours d'appels et quatre devant la Cour suprême, tandis que sept affaires font l'objet d'enquêtes préliminaires.
La commission, créée sur hautes instructions Royales pour suivre la question de la spoliation foncière d'autrui sous la supervision du ministère de la Justice, a commencé ses travaux en établissant un diagnostic précis du phénomène et de ses causes et a proposé des moyens pour y faire face, a-t-il indiqué, précisant que la commission a œuvré à l'identification des lacunes juridiques contenues dans un certain nombre de textes de la législation nationale, dont profitent les auteurs de tels actes criminels. Et d'ajouter que les dispositions juridiques, comprises dans le code des droits réels, le code pénal, le code de la procédure pénale, et le droit des obligations et des contrats (DOC), comportent certaines carences et lacunes nécessitant l'introduction d'amendements pour barrer la route aux auteurs de ces actes criminels et limiter la propagation de ce fléau.
En application des recommandations et décisions prises par la commission, le ministère de la Justice a élaboré un ensemble de projets de loi et les a soumis au Parlement, en coordination et en consultation avec toutes les parties concernées, pour réduire les cas de falsification des procurations coutumières, unifier la sanction y afférente et organiser les opérations d'enregistrement des procurations, a-t-il fait savoir.
Le ministre s'est félicité du bilan législatif réalisé dans le domaine de la lutte contre la spoliation foncière d'autrui ainsi que de la qualité des textes juridiques promulgués, soulignant que la gravité du phénomène et son impact sur la sécurité immobilière des citoyens requièrent la vigilance juridique ainsi que le traitement en profondeur des lacunes des textes juridiques afin de consolider les acquis et assurer l'efficacité des mesures prises.
Aux volets organisationnel et pratique, Mohamed Benabdelkader a indiqué qu'un inventaire des propriétés délaissées, réalisé en coordination entre le ministère de l'intérieur et l'Agence nationale de la conservation foncière, du Cadastre et de la cartographie (ANCFCC), relève que le nombre de ces biens s'élevait à 8.299, dont 4.037 biens immobiliers titrés, ajoutant qu'une série de mesures ont été prises pour protéger ces biens immobiliers à travers l'inclusion de la mention "bien immobilier abandonné" sur le dossier de la conservation foncière concerné et en incitant les conservateurs des biens immobiliers à faire preuve de vigilance lors de l'examen des transactions et le traitement des requêtes relatives aux biens immobiliers abandonnés. Pour sa part, le directeur général de l'ANCFCC, Karim Tajmouati, a expliqué que le Maroc dispose de six millions de titres fonciers et que plus de 350.000 titres fonciers sont produits chaque année, d'où le grand nombre de propriétés titrées au niveau du Royaume.
Il a également souligné que les mesures prises ont pu neutraliser le phénomène de spoliation foncière d'autrui, ajoutant que la commission est déterminée à poursuivre son action à travers l'application de nouvelles mesures qui concernent, notamment, la restriction de l'accès aux informations sur les biens immobiliers.
La Commission de lutte contre la spoliation foncière d'autrui a recommandé, lors de sa réunion, la révision des articles 27 et 28 du décret relatif aux formalités de l'immatriculation foncière, qui permet aux tiers de consulter la situation des titres fonciers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.