Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coronavirus plombe l'économie
Publié dans Libération le 28 - 02 - 2020

Comme si la pénurie de produits de contrebande espagnols, conséquence de la fermeture des postes frontaliers entre les présides occupés de Sebta et Mellilia et le reste du Maroc ne suffisait pas à leur malheur, plusieurs commerçants de Casablanca subiront, à court ou moyen terme, selon les stocks encore disponibles, l'arrêt des exportations chinoises causé par le gel des activités portuaires dans l'empire du Milieu, à cause des mesures prises afin d'endiguer l'avancée du Coronavirus.
Ainsi, dire que l'économie marocaine est impactée par la situation dans laquelle se trouve son quatrième partenaire relève de l'euphémisme. A l'exception des unités de production de masques sanitaires qui tournent à plein régime, nombre de commerçants dont les activités sont basées sur les produits importés de Chine, se trouvent aujourd'hui dans une situation délicate, ne sachant plus sur quel pied danser et encore moins de quoi l'avenir sera fait, avec des stocks de produits qui seront écoulés, selon les prévisions les plus optimistes dans trois mois. Une situation révélatrice d'une vulnérabilité liée à la mondialisation qui jette un trouble et pose question sur une industrie marocaine incapable d'assurer une continuité et encore moins de colmater les brèches. En outre, cette situation rappelle la place prépondérante acquise au fil du temps, par le secteur informel au Maroc, qui est de toute évidence le premier impacté. La crainte d'une flambée des prix crée de l'empathie pour les commerçants de l'informel qui, rappelons-le, sont hors-la-loi.
La crainte a également gagné le secteur du tourisme avec des indicateurs sans aucun doute revus à la baisse dans les mois à venir. L'afflux des touristes asiatiques en général et chinois en particulier, censé monter en flèche après l'ouverture d'une ligne aérienne reliant Pékin à Casablanca, se trouve quasiment à l'arrêt, ou du moins très loin des prévisions espérées. Et le Maroc n'est pas le seul dans ce cas. A vrai dire, l'économie mondiale dans son ensemble commence, plus que jamais, à avoir des sueurs froides. A tel point que la panique des responsables économiques pousse à croire que l'inquiétude sur les bénéfices est plus intense que les craintes pour la santé.
Clairement, le monde de la finance commence à être gagné par la peur. De l'Asie aux Etats-Unis en passant par l'Europe, les bourses du monde entier sont traversées par un vent d'inquiétude. Pourtant, les conséquences réelles sur l'activité mondiale sont difficiles à prévoir, car, d'une part, l'expansion de l'épidémie l'est tout autant, et d'autre part, jamais le monde n'avait connu une telle situation. Surtout que la Chine, épicentre de l'épidémie, durement touchée sur les plans économique et humain, à cause des mesures de confinement massif prises, est incontournable d'un bout à l'autre de la chaîne de production planétaire.
A dire vrai, les menaces qui pèsent sur l'économie mondiale dépendent aussi de la durée de l'alerte. S'ils ne persistent pas trop longtemps, les retards se rattrapent. Mais faut dire que l'affaire s'annonce mal. Difficile d'afficher un quelconque optimisme quand on sait que la Chine qui représente 12% du commerce mondial, connaît un ralentissement économique majeur. Les ports chinois sont pratiquement à l'arrêt. Le chargement et le déchargement de conteneurs se sont sensiblement ralentis du fait que les dockers restent chez eux. Ce ralentissement pourrait résulter sur une chute des importations chinoises à hauteur de 20%. Dans le sens des exportations, sachant que la Chine est un véritable ogre des matières premières avec près de 50 % de la production mondiale de métaux engloutie, les pays exportateurs de ces matières sont directement touchés par le ralentissement de l'activité du géant asiatique, lequel absorbe également près de 15 % du pétrole mondial.
Considéré comme l'usine du monde, l'empire du Milieu est incontournable pour la production de portables, d'écrans plats, d'ordinateurs, de pièces détachées pour voitures. D'ailleurs, en parlant de pièces détachées, Fiat Chrysler a par la force des choses, annoncé l'arrêt provisoire de son usine de Kragujevac, en Serbie, par manque de disponibilité de certains composants en provenance de Chine. Une mise à l'arrêt forcée à laquelle se sont également pliés le japonais Toyota et l'allemand Volkswagen ou encore le sud-coréen Hyundai.
Les économistes les plus optimistes refusent de céder au catastrophisme. Pour eux, certes les marchés financiers risquent de piquer du nez, la rentabilité des entreprises sera moins prometteuse, les investissements connaîtront sûrement une chute libre, tout comme les prix mondiaux, mais au bout du compte, ils pensent que les banques centrales viendront à la rescousse des marchés financiers pour éviter une crise économique mondiale. Sauf que voilà, croire en cela, c'est aussi passer à côté d'un détail d'une importance capitale. Depuis 2008 et la crise des subprimes, les banques centrales du monde entier n'ont jamais cessé de baisser les taux d'intérêt pour éviter une rechute. Du coup, avec des taux d'intérêt désormais proches de zéro, leur marge de manœuvre est elle aussi proche de zéro. Autrement dit, l'économie mondiale n'est pas encore sortie d'affaire tout comme les humains dont elle sert l'intérêt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.