Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saaïd Amzazi : Il n'y aura pas d'année blanche pour cause de pandémie
Publié dans Libération le 13 - 04 - 2020

Le ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a, une fois de plus, mis les points sur les i à propos de l'année scolaire 2019-2020
lors de son passage sur la chaîne de télévision 2M vendredi dernier.
Saaïd Amzazi qui a été désigné la semaine dernière porte-parole du gouvernement, a rappelé que son département n'a pas l'intention de décréter une année blanche dans les écoles à cause de la pandémie, soulignant par ailleurs que les examens sont maintenus et que la programmation restera tributaire de la date de la levée du confinement.
Le responsable gouvernemental a également avancé que les cadres du ministère de l'Education nationale travaillent actuellement sur différents scénarios concernant la fin de l'année scolaire en cours, sans pourtant autant donner de précisions là-dessus.
Il a également précisé que les cours de soutien seront intensifiés après la reprise des études, tout en mettant en avant le fait que l'année scolaire a démarré début septembre 2019 et que les cours présentiels n'ont été interrompus que le 13 mars dernier, ce qui constitue 75 % du temps scolaire.
S'agissant de l'enseignement à distance initié depuis le début de cette crise sanitaire, le ministre de l'Education nationale a donné la priorité essentiellement aux élèves qui vont passer les examens nationaux, précisant que cet enseignement ne pourra en aucun cas suppléer l'enseignement présentiel.
Et pourtant, Saaïd Amzazi a précisé que le ministère a pu mettre en place plus de 657.000 classes virtuelles, soit 90 % de celles qui existent dans la réalité. « Les cours virtuels produits durant cette période dépassent ceux qui ont été produits lors des dix dernières années », a noté le ministre de l'Education nationale, soulignant que certains élèves ne suivent pas ces cours vu que l'enseignement à distance est facultatif selon lui.
Il a aussi mis l'accent sur un point essentiel. D'après lui, les examens et les devoirs que les enseignants donnent à distance durant cette période de confinement sanitaire ne seront pas pris en compte,et ce afin de garantir le principe de l'égalité des chances entre tous les élèves.
Concernant les frais de scolarité dans l'enseignement privé, il a appelé les établissements d'enseignement privés à faire preuve de flexibilité pendant cette crise sanitaire en prenant en considération la situation des familles et leur a demandé d'octroyer des facilités de paiements pour certaines familles en difficulté.
« Les parents d'élèves qui travaillent dans le secteur public et qui n'ont pas été touchés financièrement par la pandémie doivent payer les frais de scolarité de leurs enfants, parce que les établissements d'enseignement privé sont tenus de payer les salaires de leur personnel », a précisé le porte-parole du gouvernement. Et d'ajouter: « Pour ceux qui ont perdu leur emploi à cause de la crise du coronavirus, ils peuvent parvenir à un deal avec les établissements d'enseignement privé soit pour reporter le paiement des frais à une date ultérieure soit pour les exonérer partiellement ou totalement desdits frais ».
Il y a lieu de préciser que la question de l'annulation des examens scolaires au Maroc a été posée après la décision prise récemment par les autorités françaises d'évaluer cette année les élèves de Terminales qui passent un bac général, technologique et professionnel uniquement via le contrôle continu. Saaïd Amzazi a déjà écarté cette éventualité au Maroc soulignant, dans une déclaration à nos confrères de Finances News Hebdo, que « l'épidémie au Maroc n'est pas au même niveau qu'en France et que les deux pays ne sont pas dans la même situation. Et donc, on ne peut absolument pas extrapoler la décision française au Maroc ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.